Nous l’avons vu la semaine dernière, le début de saison manqué par l’Olympique Lyonnais quasi impose au club de pallier les lacunes de son effectif dès l’hiver. Alors, quel recrutement effectuer ? Notre scout Mycki esquisse les traits de mercatos aux profils et budgets variés pour l’OL. 

Le poste d’arrière-gauche :

Alex Telles (1992 / FC Porto)

Joueur confirmé du FC Porto, Alex Telles est un titulaire indiscutable sur son couloir gauche. Il dispose d’une bonne expérience en Coupe d’Europe (39 matches) dont ce jeune groupe de l’OL manque.

Avantage : Un latéral gauche confirmé qui dispose d’une bonne technique pour dominer son couloir. Telles facilite la sortie de balle résistant à la pression et se projetant vers l’avant. Il use d’un pied gauche précis qui lui permet d’être efficace sur CPA ainsi dans l’animation offensive par la passe, le centre et le tir. Son placement défensif attentif lui évite de se laisser surprendre et sa vitesse  honorable lui permet de couvrir la profondeur.

Inconvénient : Dans un football ou les latéraux ont une place de plus en plus importante dans l’animation offensive, rares sont les latéraux capables d’offrir une telle garantie. De par sa qualité individuelle, le nom d’Alex Telles a été annoncé dans différentes grosses écuries européennes lors du dernier mercato. En fin de contrat en juin 2021, s’il n’y a pas de prolongation d’ici là, son départ sera programmé en 2020. Une concurrence accrue et un prix de transfert élevé en font toutefois une piste difficilement atteignable.

Estimation : 35/40M

Facilité du transfert : 1/5

Caio Henrique (1997 / Atlético Madrid)

Milieu de formation de l’Atlético Madrid parti en prêt au Brésil pour trouver du temps de jeu, c’est en 2019, là-bas, que la carrière de Caio Henrique va connaître un renouveau. En effet, Fernando Diniz, alors entraîneur, repositionne Caio Henrique en latéral gauche, poste où il deviendra l’un des meilleurs du Brasileirao.

Avantage : Les qualités de meneur de jeu appliquées sur le couloir gauche. Un joueur technique capable de se libérer de la pression et d’offrir une solution constante dans un jeu de position par son placement. Il sait par exemple alterner avec un placement intérieur pour offrir l’amplitude à l’ailier et faciliter les combinaisons dans le cœur du jeu. Il verticalise le jeu et trouve les décalages animant les offensives de son équipe.

Inconvénient : Il appartient toujours à l’Atlético Madrid. Avant son départ, il a prolongé jusqu’en 2022 avec une clause de 30M. Avec Renan Lodi qui commence à se faire sa place en Seleçao et Caio Henrique titulaire avec le Brésil Olympique, le club dispose d’une paire qui pourrait combler un besoin non négligeable pour l’avenir. Sans passeport européen, son arrivée ne peut se faire qu’en cas de départ d’un extra-communautaire de l’OL (Marçal, Marcelo, Thiago Mendes, Jean Lucas).

Estimation : 8M – 10M

Facilité du transfert : 3.5/5

Matías Viña (1997 / Nacional)

Révélation du championnat d’Uruguay, il s’est installé dans l’une des plus grosses équipes du pays en tant que titulaire redoutable sur le couloir. Un profil et des performances qui lui ont permis d’intégrer l’équipe nationale en 2019.

Avantage : Dominant physiquement que ce soit dans les duels au sol ou dans les airs, il verrouille aisément son couloir. Son activité sur le flanc anime le jeu de l’équipe et il se retrouve souvent à l’origine des actions grâce à sa capacité à déborder sur l’aile ou plonger à l’intérieur. Il ne rechigne pas sur les efforts pour animer et défendre depuis son couloir.

Inconvénient : Son arrivée récente en sélection l’expose aux yeux de tous et attise donc les convoitises. Sans expérience en Europe, il pourrait en plus avoir besoin d’un temps d’adaptation pour sa première expérience à l’étranger. Sans passeport européen, son arrivée ne peut se faire là aussi qu’en cas de départ d’un extra-communautaire de l’OL.

Estimation : 6M – 8M

Facilité du transfert : 4.5/5

Vitaliy Mykolenko (1999 / Dynamo Kiev)

Depuis ses débuts en 2017-2018, il s’est installé peu à peu comme titulaire dans cette équipe du Dynamo Kiev. Une régularité qui lui a ensuite permis de gagner sa place en sélection nationale.

Avantage : Des qualités physiques naturelles pour dominer son couloir grâce notamment à sa vitesse et son endurance. Il fait les différences sur sa première touche et son explosivité pour éliminer et attaquer. Son pied gauche précis lui permet d’amener le danger par son jeu de passes et ses centres. Mykolenko est un joueur solide capable de résister et de décharger la pression. En position défensive, il est doté d’une belle anticipation grâce à sa lecture du jeu et, en cas de besoin, il peut répondre aux duels pour récupérer la possession.

Inconvénient : La barrière de la langue peut être un frein car elle peut compliquer l’intégration du joueur dans une équipe et un championnat où les joueurs d’Europe de l’est ne sont pas légion. De plus, il est actuellement un élément indiscutable du Dynamo Kiev, ce qui pourrait compliquer les transactions en cours de saison.

Estimation : 12M – 15M

Facilité du transfert : 2.5/5

Kóstas Tsimíkas (1996 / Olympiakos)

Depuis ses débuts lors de la saison 2015-2016 avec l’Olympiakos, Tsimikas a déjà connu deux expériences à l’étranger (Esbjerg fB au Danemark et Willem II au Pays-Bas). De retour en Grèce, il s’est imposé dans son club formateur où il est désormais un titulaire. Son nom est déjà ressorti du côté de l’OL.

Avantage : Il s’agit d’un latéral offensif capable d’alimenter les offensives de son équipe sur son couloir. Rapide et technique, il se montre efficace en un-contre-un pour prendre le couloir et déborder pour attaquer. Tsimíkas est efficace en combinaison pour se libérer de la pression et progresser dans le camp adverse. Son pied gauche est assez précis pour exploiter les intervalles ou chercher la diagonale avec un centre soigné.

Inconvénient : Des garanties offensives qui peuvent parfois laisser place à des sauts de concentration au niveau défensif et le contraindre à commettre des fautes. Titulaire indiscutable, l’Olympiakos serait peu enclin à se séparer d’un joueur clef en cours de saison d’autant plus que son contrat se termine en juin 2022.

Estimation : 6M – 8M

Facilité du transfert : 3/5

Le poste de défenseur central

En cas de départ Marcelo :

Rick Van Drongelen (1998 / Hambourg SV)

Pour sa cinquième saison en tant que professionnel en 2016, Van Drongelen a fait ses débuts en Eredivisie avec le Sparta Rotterdam, club avec lequel il fut promu la saison précédente. Puis, il est parti renforcer les rangs de Hambourg en 2017 et s’est imposé comme un titulaire de l’équipe. Il connait actuellement sa deuxième saison en Bundesliga. 2 et s’impose comme un joueur régulier de l’équipe espoir des Pays-Bas.

Avantage : Un défenseur moderne qui a joué plus de 100 matchs professionnels, un leader naturel et un joueur dominant dans les duels avec une bonne lecture du jeu afin de trouver et anticiper le positionnement le plus efficace pour défendre. Balle au pied, il est capable d’amener le surnombre en portant la balle ou trouvant la verticalité par la passe.

Inconvénient : Il est un élément indispensable de Hambourg et l’un des joueurs sur qui compte le club pour retrouver l’élite. Une solution compliquée mais qui rentre dans un besoin à la fois court et long-termiste.

Estimation : 14M – 18M

Facilité du transfert : 2/5

Victor Cuesta (1988 / Internacional)

Le constat est simple: Victor Cuesta est un joueur expérimenté qui s’est imposé depuis son arrivée au Brésil comme l’un des meilleurs défenseurs du championnat.

Avantage : Véritable leader défensif de l’équipe, il se montre dominant aux duels grâce à son physique ainsi qu’en zone avec sa lecture du jeu qui lui permet d’anticiper et de bloquer les incursions adverses. Cuesta est à l’aise avec la balle, capable de résister au pressing et d’éliminer son adversaire. Son pied gauche lui octroie de la verticalité pour exploiter les failles du bloc adverse.

Inconvénient : Un joueur expérimenté qui n’a toutefois jamais connu une aventure en Europe, ce qui peut laisser quelques doutes sur son intégration. Sans passeport européen, son arrivée ne peut se faire qu’en cas de départ d’un extra-communautaire lyonnais.

Estimation : 8M – 12M

Facilité du transfert : 4/5

César Montes (1997 / CF Monterrey)

Déjà sa cinquième saison dans le championnat mexicain, où il est un titulaire indiscutable de son équipe. En outre, il a effectué ses débuts en sélection en 2017, avec qui il joue peu à peu (10 sélections).

Avantage : Un grand gabarit (191 cm) pour dominer le jeu aérien en phase défensive comme offensive. Néanmoins, il ne se repose pas sur son physique pour défendre. Il anticipe et occupe le placement le plus judicieux pour prendre le dessus sur l’attaquant. Malgré sa taille, il se montre précis dans ses tacles pour couper les courses adverses. Il sait être agressif au duel pour surgir et bloquer les circuits de passe. Il arrive en fin de contrat en juin 2020

Inconvénient : Un physique longiligne qui peut être sujet à des petites blessures. N’ayant aucun passeport européen, il faudrait que l’OL se déleste d’un extra-communautaire pour s’attacher ses services.

Estimation : 2,5M – 5M

Facilité du transfert : 5/5

Lucas Martinez Quarta (1996 / River Plate)

L’un des meilleurs défenseurs du championnat argentin. Il est un titulaire important du dispositif de Marcelo Gallardo avec qui il est de nouveau allé en finale de Libertadores cette saison. Un joueur d’avenir pour la sélection avec qui il a fait ses débuts cette saison.

Avantage : Il est souvent apparu avec River Plate comme dernier rempart, tenant la défense grâce à sa lecture du jeu qui lui confère un placement efficace pour intervenir défensivement. Solide au marquage, il prend l’avantage en enclenchant le contact dans le bon timing. Il peut aussi bien jouer axe gauche que droit de la défense. Lucas est calme balle au pied, n’hésitant pas à porter la balle vers l’avant cherchant la verticalité avec ses passes. En fin de contrat en juin 2021, River Plate sera plus réceptif à commencer les négociations pour le vendre en 2020.

Inconvénient : Sa situation va intéresser plus d’un club, on annonçait cet été l’intérêt du Milan AC. Il occuperait par contre une place en plus d’extra-communautaire.

Estimation : 12M – 15M (Clause d’achat de 22M)

Facilité du transfert : 4/5

Si Marcelo ne part pas :

Sebastian Caceres (1999 / Liverpool URU)

Titulaire de Liverpool URU depuis deux saisons, Caceres s’est imposé dans cette défense. Capable d’occuper un rôle axial gauche ou droit et doté d’une bonne expérience du haut niveau (60 matchs), il est une solution d’avenir qui peut offrir un soutient ponctuel en cas de besoin tout en lui laissant le temps de progresser pour anticiper l’après Marcelo.

Avantage : Caceres est un défenseur qui ne panique pas balle au pied, capable de se projeter et de trouver la verticalité. Un joueur intelligent avec une appréciation du jeu qui lui permet d’anticiper pour intervenir plus efficacement possible au sol et dans le domaine aérien. Avec sa vitesse, il peut ainsi couvrir la profondeur en cas de contre adverse. De plus, il s’incorpore parfaitement dans une équipe qui aime tenir la balle et jouer haut.

Inconvénient : Il est encore jeune et aura besoin de temps pour s’intégrer. Il devra se renforcer au niveau physique pour résister et répondre au rythme européen.

Estimation : 4M – 6M

Facilité du transfert : 5/5

Strahinja Pavlović (2001 / FK Partizan)

Depuis sa première apparition lors de la saison  2018-2019, Strahinja Pavlović s’est imposé comme un titulaire important de l’équipe, affichant une maturité intéressante malgré son jeune âge.

Avantage : Il possède un physique robuste pour dominer et s’imposer dans les duels, et est efficace dans son placement pour compenser sa vitesse. Il enclenche le pressing et anticipe au bon moment afin de maintenir une position haute de l’équipe avec la ressource pour apporter offensivement d’une position basse.

Inconvénient : C’est encore un jeune joueur qui devra être encadré, une transition pour lui décharger de la pression d’un transfert est judicieux pour un joueur qui pourrait s’imposer comme un leader défensif d’avenir. Malheureusement, il y a une concurrence accrue autour de ce jeune défenseur.

Estimation : 8M – 10M

Facilité du transfert : 3.5/5

Le poste de milieu :

Lucas Torreira (1996 / Arsenal)

À son arrivée en Europe, Torreira a franchi les paliers rapidement. Il débute en Série B avant de confirmer par la suite en Série A. L’un des meilleurs milieux de Série A qui a tenté l’aventure à Arsenal. Des rumeurs ressurgissent concernant ses envies d’ailleurs dû à sa frustration de ne pas assez jouer. Régulièrement convoqué en équipe nationale il comptabilise 23 sélections.

Avantage : C’est un joueur confirmé qui a prouvé sa valeur dans l’un des meilleurs championnats d’Europe ainsi qu’en sélection. Il domine la base du jeu, a une lecture du jeu pour occuper judicieusement les espaces pour défendre ainsi que faciliter les combinaisons pour occuper le camp adverse. Torreira est doté techniquement, sait résister et se défaire du pressing pour trouver les ouvertures. Son pied droit est précis et lui permet d’amener le danger sur ses tirs. Il est de plus très polyvalent aussi bien dans le positionnement que dans le registre.

Inconvénient : C’est plus un doux rêve qu’une réelle piste vu la complexité du dossier. D’un point de vue financier, les exigences espérées risquent d’être surévaluées. En cas de départ, il va sûrement privilégier l’Italie, un pays qu’il affectionne.

Estimation : ? (Le marché de PL est particulier et semble compliqué à estimer)

Facilité du transfert : 1/5

Teun Koopmeiners (1998 / AZ Alkmaar)

Lors de la première conférence de presse de Juninho, l’annonce de la recherche d’un joueur plus technique à la base du jeu capable de dicter le tempo semblait correspondre en tout point à Teun Koopmeiners. Capitaine en club ainsi qu’en sélection espoir, il est un leader en dehors et sur le terrain.

Avantage : Un joueur polyvalent capable d’occuper différentes positions (DC, MDC, MC) et systèmes. Un leadership pour contrôler son équipe et offrir un point d’équilibre afin de stabiliser la défense ou soutenir les offensives. Son jeu technique dicte le tempo avec un soyeux pied gauche en alternant jeu court et long. Tandis que son placement offre plus de liberté de terrain avec cette intelligence pour effectuer un dépassement de fonction.

Inconvénient : Koopmeiners est un joueur essentiel dans le dispositif d’Arne Slot. De fait, il semble compliqué de voir l’AZ, qui réalise un début de saison remarquable en championnat et en Europa League, s’alléger d’un des piliers de l’équipe.

Estimation : 15M – 20M

Facilité du transfert : 2.5/5

Mady Camara (1997 / Olympiakos)

S’il a fait ses débuts à Ajaccio, Mady Camara est parti, après la relégation, rejoindre la Grèce et l’Olympiakos où il s’est imposé comme titulaire de l’équipe. Ses performances en Grèce lui ont ouvert les portes de la sélection guinéenne.

Avantage : Un milieu polyvalent qui peut s’adapter à différent système au milieu de terrain. Un joueur qui met de l’engagement au milieu pour faciliter son rôle de récupérateur. Son pied droit lui permet d’orienter le jeu par de longs ballons ou d’amener le danger par le tir. Il exerce une domination à la base du jeu pour tenir une position haute et fermer les incursions adverses.

Inconvénient : Leader du championnat, le club risque d’être peu enclin à se séparer d’un joueur important de l’entrejeu.

Estimation : 8M – 12M

Facilité du transfert : 3.5/5

Sander Berge (1998 / KRC Genk)

Berge entame sa quatrième saison en Belgique, où il a su s’imposer comme un titulaire important du KRC Genk qui lui a permis d’évoluer en coupe d’Europe. Depuis ses débuts en 2017 avec l’équipe nationale de Norvège, il s’est peu à peu imposé comme un titulaire en sélection, dont il est décidément l’un des joueurs d’avenir.

Avantage : Il offre une flexibilité grâce à sa polyvalence, puisqu’il est capable d’occuper une fonction de sentinelle ou bien d’évoluer dans un double pivot. Sander Berge allie physique et intelligence, et affiche un sens d’anticipation et de placement afin de récupérer en interceptant ou en allant aux duels. Il est technique et n’hésite pas à se projeter vers l’avant pour attaquer. Une fois en possession de la balle, il devient difficile de la lui retirer des pieds. C’est un milieu relativement complet qui se montre efficace avec et sans la balle.

Inconvénient : Avec ses prestations abouties en club et sélection, il attire de plus en plus d’équipes. C’est un grand gabarit qui peut subir quelque petite blessure l’éloignant des terrains.

Estimation : 20M – 25M

Facilité du transfert : 3/5

Bastien Toma (1999 / FC Sion)

Depuis ses débuts lors de la saison 2018-2019, il s’est imposé comme un titulaire important impactant le milieu de terrain. Des performances qui lui ont permis d’intégrer la sélection espoir Suisse.

Avantage : Il arrive en fin de contrat en juin 2020. C’est donc une opportunité financière d’obtenir un milieu polyvalent prometteur à un coût réduit. Toma est un milieu polyvalent capable de jouer dans différents systèmes et positions du milieu de terrain. Un joueur technique, avec une vision de jeu intéressante qui lui permet, avec la précision de son pied droit, de créer le danger depuis des positions reculées ainsi que sur coups de pied arrêtés. Il dispose également d’une frappe de balle précise pour déclencher de loin. Il fait preuve d’un volume intéressant en se dévouant pour amener une solution de soutien dès la relance. Dos au jeu il peut se remettre dans le bon sens sur sa première touche et peut varier entre jeu long et court pour occuper le camp adverse.

Inconvénient : Un jeune joueur qui n’a pas d’expérience dans les compétitions européennes et ne connaît que le championnat Suisse. La transition avec la Ligue 1 risque d’être compliquée, surtout pour occuper une position de titulaire dans un premier temps.

Estimation : 2,5M – 4M

Facilité du transfert : 4/5

Charles Aranguiz (1989 / Bayer Leverkusen)

Avant de rejoindre l’Europe, Charles Aranguiz avait fait ses preuves en Amérique du Sud. Milieu d’expérience, il a prouvé sa valeur en Bundesliga avec le Bayer Leverkusen (115 matchs) ainsi qu’avec la sélection du Chili (77 sélections).

Avantage : Un milieu expérimenté, technique, polyvalent, capable de s’adapter à différents systèmes. Un volume de jeu important au milieu de terrain, un placement efficace pour faciliter la récupération ainsi que d’amener un soutien à la première passe. Aranguiz sait offrir une solution pour combiner et occuper le camp adverse avec une qualité technique pour dominer l’entrejeu grâce à son ambidextrie. Enfin, il arrivera au terme de son contrat en juin 2020, ce qui peut impacter son prix.

Inconvénient : Un joueur de qualité qui en fin de contrat risque toujours d’éveiller l’intérêt de plusieurs clubs et en particulier du Proche- et Extrême-Orient.

Estimation :  15M – 20M

Facilité du transfert : 2.5/5

Le poste d’attaquant

Taison (1988 / Shaktar Donetsk)

Arrivé en 2010 en Ukraine, le Brésilien s’est imposé comme l’un des meilleurs joueurs du championnat dans l’une des équipes dominantes du pays. Cela lui a permis de régulièrement jouer en coupe d’Europe (91 matchs) et de se constituer une expérience attrayante.

Avantage : Déjà en instance de départ cet été, les événements tragiques lors du Shaktar Donetsk – Dynamo Kiev, durant lequel il a été victime de racisme, ont renforcé son désir de changer d’air. Un joueur technique, expérimenté, son efficacité dans les duels lui permet de se créer les positions les plus adéquates pour impacter le jeu dans les derniers mètres que ce soit à la finition ou à la création.

Inconvénient : Sa situation est surveillée par d’autres clubs européens. Il n’a pas de passeport européen et l’OL n’a plus de place extra-communautaire disponible pour l’instant.

Estimation : 15M – 20M

Facilité du transfert : 4/5

Viktor Tsygankov (1997 / Dynamo Kiev)

Malgré son jeune âge, Tsygankov s’est vite imposé comme un joueur offensif essentiel du Dynamo Kiev. Il jouit également d’une bonne expérience en coupe d’Europe (35 matchs). Tsygankov a même déjà endossé le rôle de capitaine à plusieurs reprises et compte déjà 20 sélections nationales.

Avantage : Un joueur technique qui se montre disponible entre les lignes et organise les attaques dans le dernier mètres avec sa vista. L’Ukrainien est doté d’un pied gauche redoutable pour les coups de pied arrêtés ainsi que dans les tirs de loin. S’il aime couper à l’intérieur pour se mettre en position sur son gauche, il peut aussi déborder pour chercher la passe. Il privilégie son pied gauche mais n’est pas maladroit de son droit.

Inconvénient : Un joueur important de l’effectif du Dynamo Kiev qui sera réticent de se séparer de lui en cours de saison. La barrière de la langue peut être un frein car elle peut compliquer l’intégration du joueur.

Estimation : 25M – 30M

Facilité du transfert : 3/5

Krépin Diatta (1999 / Club Brugge)

Après ses débuts en Norvège, il rejoint Club Brugge en Belgique où il est devenu titulaire. Des performances convaincantes en Belgique lui ont permis d’intégrer la sélection du Sénégal et de participer à la CAN 2019.

Avantage : Un joueur offensif polyvalent capable d’occuper les deux couloirs. Diatta est rapide, technique et efficace en un-contre-un pour créer le déséquilibre. Cette capacité d’élimination lui permet d’atteindre les zones clefs pour créer le danger. Cette saison, on constate une amélioration de son efficacité dans le dernier geste pour influer dans les zones dangereuses. Il varie ses courses entre débordements et courses intérieures. En outre, le Sénégalais est capable aussi bien de combiner que de dribbler pour progresser dans le camp adverse.

Inconvénient : C’est un jeune joueur qui est en phase de progression dans plusieurs domaines, et n’offre de garanties qu’à moyen terme.Ses performances en Ligue des Champions ont attiré l’œil et risquent logiquement d’augmenter sa cote.

Estimation : 15M – 20M

Facilité du transfert : 3.5/5

Hee-chan Hwang (1996 / RB Salzburg)

Déjà présent en Europe depuis 2014, il s’est principalement développé en Autriche. Hwang a, grâce à ses prestations, intégré la sélection nationale de Corée du Sud avec qui il compte 32 sélections.

Avantage : C’est un joueur polyvalent capable d’évoluer sur l’ensemble de la ligne offensive. Sa vitesse et son agilité lui permettent d’être imprévisible avec et sans la balle. Un joueur technique capable de chercher la balle d’une position basse afin d’activer les combinaisons pour fluidifier et accélérer le jeu. Il varie son activité sur le front de l’attaque pour ainsi être à l’origine et à la conclusion des actions.

Inconvénient : Il fait partie de ce trio qui s’est révélé aux yeux de tous avec le RB Salzburg (Erling Haland, Takumi Minamino) en Ligue des Champions. Ce qui, en plus de sa qualité technique et sa flexibilité tactique, va drastiquement attirer la concurrence. Il n’a pas de passeport européen et l’OL n’a plus de place d’extra-communautaire disponible pour l’instant.

Estimation : 14M – 18M

Facilité du transfert : 2.5/5

Jarrod Bowen (1997 / Hull City)

Bowen est un joueur confirmé de Championship devenu un titulaire indiscutable de l’équipe de Hull City, comptabilisant déjà plus de 110 matchs.

Avantage : Il arrive en fin de contrat en juin 2020. C’est un joueur rapide et technique capable de partir bas pour éliminer et attaquer. Dominant sur son couloir, il est capable de créer le danger par le tir ou en trouvant les zones clefs par la passe une fois sur son pied gauche.

Inconvénient : Il prouve cette saison être fin prêt pour jouer à un niveau supérieur et est donc surveillé de près par les clubs de Premier League avec des ressources compliquées à concurrencer.

Estimation : 14M – 18M

Facilité du transfert : 2.5/5

Jérémie Boga (1997 / Sassuolo)

Passé par Chelsea, Boga a beaucoup bougé lors des dernières saisons entre la France, l’Angleterre et l’Espagne avant de se poser en Italie.

Avantage : Un joueur redoutable sur ses premières touches, très instinctif, qui amène la rupture. Boga offre un point de déséquilibre pour l’équipe adverse en étant un joueur imprévisible qui se projette dans les zones clefs. Il varie ses courses entre prises intérieures et débordements.

Inconvénient : Une grande qualité d’élimination qui peut encore s’améliorer dans le dernier geste.

Estimation : 14M – 18M

Facilité du transfert : 3/5

Pedrinho (1998 / Corinthians)

Depuis ses débuts en 2017, il s’est imposé comme un titulaire de Corinthians. Intégrant l’équipe du Brésil Olympique et s’affirmant joueur-clef de son équipe, il semble fin prêt à quitter le brésil pour rallier l’Europe.

Avantage : En fin de contrat en décembre 2020, le club de Corinthians va vouloir vendre son joueur avant qu’il ne parte libre. Vif et technique, il peut jouer dans différentes positions sur la ligne d’attaque. Un joueur libre dans ses mouvements avec et sans la balle, capable de faire les différences de par son contrôle de balle qui lui permet de fixer avant de profiter de sa vision de jeu pour décharger et créer les décalages. Pedrinho est un offensif créatif qui peut s’exprimer dans des espaces clos et ouverts.

Inconvénient : Il n’a pas de passeport européen et l’OL n’a plus de place d’extra-communautaire disponible pour l’instant.

Estimation : Clause d’achat de 50M mais un transfert disponible pour 16M – 20M

Facilité du transfert : 4.5/5

Diego Rossi (1998 / LAFC)

Présent en MLS depuis 2 saisons, il s’est installé comme l’un des atouts les plus décisifs du championnat cette saison (36 matchs, 17 buts, 8 passes décisives). Une aventure en Europe pourrait donc lui permettre de se valoriser pour tenter de gagner sa place en équipe nationale.

Avantage : En fin de contrat en décembre 2020, c’est la dernière chance du LAFC pour en tirer un bénéfice. Il dispose d’un passeport italien, ce qui permet de libérer un place d’extra-communautaire. Capable de jouer des deux pieds, Rossi est de fait très polyvalent sur la ligne offensive. Il compense son gabarit par sa mobilité et cette capacité d’amener le danger dans différentes positions des deux pieds. Dans les 25 mètres, l’association de ses courses et l’habileté de ses deux pieds lui permettent d’être un important vecteur de danger.

Inconvénient : La transition entre MLS et L1 peut être compliquée, un besoin d’adaptation pour s’habituer au rythme et à l’intensité qui peut prendre du temps

Estimation : 8M – 12M

Facilité du transfert : 5/5

Javairô Dilrosun (1998 / Hertha BSC)

Passé par l’Ajax et Manchester City lors de sa formation, c’est au Hertha BSC qu’il fait ses débuts professionnels. Il était régulièrement présent dans les sélections jeune des Pays-Bas, et a fait ses débuts avec les A en 2019.

Avantage : Un joueur qui allie vitesse et technique peut aussi bien exceller en contre-attaque exploitant la profondeur, qu’en possession pour montrer tout son contrôle de balle précis avec son pied gauche vif pour éliminer ses adversaires. Cette dextérité lui vaut aussi d’influer à la création et finition de l’équipe.

Inconvénient : Encore un jeune joueur qui doit gagner en régularité sur la durée. Lors des dernières saisons, il a été victime de petits problème physiques qui l’ont empêché d’enchaîner sur la durée.

Estimation : 15M – 20M

Facilité du transfert : 3.5/5

Calvin Stengs (1998 / AZ Alkmaar)

Depuis son retour de blessure, Calvin Stengs est en constante progression au point d’intégrer les espoirs mais surtout de faire ses débuts avec la sélection des Pays-Bas.

Avantage : Stengs est doué et redoutable avec la balle quand il s’agit d’éliminer son opposant sur les premières touches ainsi que d’animer le cœur du jeu par son placement et sa créativité. Il est doté d’un contrôle de balle précis pour tenir et conserver la balle dans les zones clés. Par ailleurs, lors de son match avec les Pays-Bas, son association avec Memphis Depay était plus qu’encourageante, de quoi envisager une alchimie technique intéressante pour l’avenir.

Inconvénient : Calvin Stengs est un joueur clef de l’AZ Alkmaar aussi bien à la création qu’à la finition, ce qui rend compliqué tout départ lors du mercato hivernal.

Estimation : 20M – 25M

Facilité du transfert : 2.5/5

Josip Iličić (1988 / Atalanta)

Un joueur expérimenté de Série A où il a disputé plus de 277 matchs, sans compter ses 60 apparitions sous le maillot slovène.

Avantage:  Josip Iličić est un joueur d’expérience qui s’est façonné en Série A. Il impacte l’attaque avec sa conduite de balle puissante pour faire les différences et cette facilité de trouver les décalages avec son pied gauche pour créer le danger. En fin de contrat en juin 2020, il semble être une opportunité intéressante.

Inconvénient: L’Atalanta ne va pas se séparer aussi facilement de son joueur offensif, et le joueur privilégiera l’Italie en cas de sollicitations extérieures.

Estimation: 15M – 20M

Facilité du transfert: 3/5

Un besoin de renouveau

Les récentes absences de Memphis et Aouar l’ont bien montré, les limites de l’effectif lyonnais sont vite atteintes. Le mercato hivernal permet justement d’équilibrer les aspects du mercato d’été qui n’ont pas fonctionné. Toutefois, le chantier lyonnais est si profond qu’il semble compliqué de résoudre tous ces problèmes en un seul mercato. L’OL arrive donc à un tournant. Le mercato hivernal peut résoudre certains problèmes mais le club ne doit pas se précipiter en ne raisonnant que dans une vision court-termiste mais doit réfléchir dans une vision plus large pour ne pas être bloqué lors des prochains mercatos.

Remettre la formation au cœur de l’effectif

D’autres points importants seront à développer à l’avenir. C’est notamment le cas de la gestion des jeunes joueurs de l’académie. Aujourd’hui, le niveau maximum auquel peut évoluer la réserve est en National 2, à l’inverse d’autre pays (Portugal, Autriche, Pays-Bas, Espagne…) où la réserve peut atteindre la deuxième division, ce qui contribue d’autant plus au développement des jeunes. L’une des solutions pour contourner ce problème serait d’utiliser les prêts comme un processus de développement et non juste comme un moyen de valoriser un jeune avant de le vendre. Cela permettrait de sortir le joueur d’une zone de confort qu’apporte le club et donc de favoriser son développement personnel, en plus d’évoluer à un niveau plus élevé afin de ne pas stagner à une période charnière du développement d’un joueur.

De plus l’une des solutions pour régénérer un effectif peut également provenir de la formation. Avec la sérieuse blessure de Léo Dubois, combinée à celle de Marçal, il semble par exemple impératif de faire monter le jeune latéral Melvin Bard. Il est évidemment important de voir la formation comme un avantage et non une contrainte, chose que le club semble avoir oublié. L’idéal serait de trouver l’équilibre entre l’utilisation de l’académie et des ressources financières croissantes pour perfectionner qualitativement l’effectif.

Une ouverture internationale

L’OL poursuit son développement international par intermédiaire de partenariats afin d’exporter son savoir-faire au niveau de la formation. C’est ainsi qu’on peut retrouver l’OL au Liban, en Chine, en Corée du Sud, au Sénégal et plus récemment au Brésil et au Maroc. Cette stratégie est un moyen de s’implanter pour gagner en notoriété et à terme récolter les fruits de la formation locale. L’OL pourrait complémenter cette stratégie avec la recherche de joueurs à fort potentiel dans une optique de recrutement post-formation, ce qui permettrait d’acquérir des joueurs à un prix minime mais une projection sportive plus forte. Pourquoi ne pas commencer à prospecter des joueurs tel que Facundo Pellistri (2001/Penarol), Martin Minchev (2001/Tcherno More Varna), Koki Saito (2001/Yokohama FC); de quoi bénéficier de joueurs avec déjà une expérience du haut niveau tout en laissant le temps de s’adapter et s’intégrer au club lyonnais.

A propos Mycki 57 Articles
Grand passionné de football, je passe mon temps libre à analyser et observer les futurs grands du football à travers le monde.