Le football et le golf touchent donc des parties de la population relativement différentes. De ce fait, il est intéressant de comprendre comment les inégalités sont perçues dans chacun des deux sports. Entamons ensemble la troisième partie de notre enquête, les blocages sociétaux. Pour commencer, attaquons nous aux stéréotypes. Car ceux-ci semblent gangrener nos deux sports…

Des blocages sociétaux nocifs de part et d’autre

Un entretien des stéréotypes

Les hommes, d’abord…

Ces deux sports sont soumis à de nombreux stéréotypes à la fois pour ceux qui le perçoivent de l’extérieur mais aussi pour les membres au sein des différents clubs. Il y a une vision extérieure élitiste du golf qui a tendance à exclure les personnes qui n’ont ni le porte-monnaie, ni le bagage social et culturel pour pouvoir accéder à ce cercle très privé. Le style vestimentaire, la tenue du corps, le carnet d’adresse sont autant de barrières stéréotypées ressenties par ceux qui voient le golf depuis l’extérieur. Le vocabulaire spécifique du golf est également un frein pour la venue de nouveaux membres, comme le montre Pierre Bourdieu dans son ouvrage « Ce que parler veut dire », le langage est un facteur d’exclusion sociale et de rapport de domination entre les différentes classes sociales. Les moqueries, les remarques sont un moyen d’exclure, d’entretenir l’entre-soi (Bourdieu, 1982).

« C’est un sport de riches et uniquement pour mecs. C’est ce que mon entourage ne cesse de me faire remarquer pour me taquiner, surtout mes amis. J’avais moi-même ce sentiment lorsque j’ai rejoint mes collègues pour leur faire plaisir »

Des éléments de langage décrivant l’ascension sociale de la part du sujet A, il a en effet pratiqué le golf pour la première fois avec ces supérieurs, lorsqu’il avait fait ses preuves au sein de l’entreprise, il ne se sentait lui-même pas légitime de pratiquer ce sport avant ses promotions répétées et son travail de qualité.

Pouvoir jouer

Pour pouvoir jouer au golf, il est nécessaire dans l’imaginaire commun d’avoir une place socialement valorisée pour pratiquer ce sport qui est lui-même considéré ainsi. Les médias sont ici décisifs pour relayer les stéréotypes, l’image qu’ils transmettent du sport concerné va rentrer dans l’imaginaire commun. Le sujet A nous confirme en effet :

« Les médias ont un rôle décisif sur la négation ou la confirmation des stéréotypes de tout le monde, quand tu vois des personnalités importantes comme Trump aller au golf ou le code vestimentaire imposé, tu n’as pas le sentiment que ce sport est fait pour toi. Si le golf est présenté comme ce que je vis quotidiennement je pense que ce sport va attirer toujours plus de néophytes. » 

Le football a l’air beaucoup plus accessible pour chacun, ne serait-ce que financièrement. Toutefois une véritable stratification sociale s’opère en réalité, tout d’abord elle s’opère selon la région dans laquelle on habite, en effet, s’inscrire dans un club en Bretagne pour un vétéran est 2 fois moins cher que s’inscrire dans un club en Ile de France Cette stratification sociale s’observe également au sein d’une même ville, la License n’a en effet pas le même prix selon le quartier où le club se situe, opérant ainsi une certaine « discrimination par les prix » et une volonté de prolonger l’entre-soi.

Prix des licences
Prix des licences
Retrouvez les premiers épisodes ci-dessous !
A propos NSOL 705 Articles
« C'est la marche funèbre des cendres que voici. À côté de celles de Carnot avec les soldats de l'an II, de celles de Victor Hugo avec les Misérables, de celles de Jaurès veillées par la Justice, qu'elles reposent avec leur long cortège d'ombres défigurées ». (André Malraux)