Le football comme enjeu sociologique. C’est le sujet qui animera l’été sur demivolee.com. Cependant, le football ne sera pas analysé seul. A ses côtés, le golf. Un sport qui ne semble rien avoir en commun avec le football… 

Le sport est “un laboratoire privilégié pour réfléchir sur les rapports sociaux et leur évolution.” (Elias, 1994) Le sport, par essence, est un facteur de socialisation pour les individus, les clubs sont des instances de socialisation pour chacun de leurs membres, ce sont des institutions qui disposent de règles formelles et informelles qui permettent aux individus de s’intégrer dans la société, dans un groupe social.

Nous avons décidé d’analyser deux sports qui ont une importante stratification sociale et qui présentent à la fois des fortes similitudes et de nombreuses différences : le football et le golf. Ces sports assistent à l’heure actuelle à des phénomènes contraires, d’un côté le football tend à connaître une gentrification avec l’augmentation du prix des licences pour pouvoir le pratiquer, des droits télévisions et des places dans les stades pour pouvoir le regarder.

Dans le même temps, le golf qui est le sport historique des élites connaît une démocratisation sans précédent, le prix pour le pratiquer dans les clubs ne cesse de diminuer, les clubs ne cessent de défendre son accessibilité à travers des cours à prendre en famille pour pouvoir intégrer les femmes. Le golf semble être le reflet des progrès sociaux réalisés par la société, il s’ouvre désormais aux femmes, aux enfants, à chaque individu sans regard sur son origine sociale. Toutefois malgré cette officialisation de règles formelles, le golf possède encore de nombreuses traditions et règles informelles qui peuvent encore pénaliser sa démocratisation.

Ainsi, peut-on assimiler le football au golf, dans la mesure où ils sont le lieu d’expression de catégories sociales, de dissemblances, de ressemblances et de contradictions ?

Méthodologie

L’objectif de ce rapport est de démontrer l’importance des stéréotypes dans le sport et la possible stratification sociale qui peut en découler à travers deux exemples : le football et le golf.

Pour la rédaction de ce rapport nous nous sommes appuyés sur l’élaboration d’un questionnaire d’entretien, afin de déterminer les stéréotypes que nos interrogés ressentaient, observaient ou même subissaient lorsqu’ils pratiquaient leur sport. Pour permettre une parole livre de nos interrogés, leur anonymat a été garantie. Nos questions étaient ouvertes, notre parole rare pour identifier le plus précisément possible la vision du sport qu’ils pratiquaient. Les diverses réponses ont permis d’étayer et d’affiner notre recherche. La série de question n’est pas exactement identique pour chacune des interviews car ils n’exerçaient pas tous le même sport et qui n’avaient pas tous vécu la même expérience de jeu, ni les mêmes stéréotypes.

Cette étude a été écrite par NSOL, aidé pour la récolte des interviews par F.A., N.L. et D.F. ; et à la rédaction par N.L. et D.F.. Réalisée sous l’aimable supervision de S.C..

A propos NSOL 686 Articles
« C'est la marche funèbre des cendres que voici. À côté de celles de Carnot avec les soldats de l'an II, de celles de Victor Hugo avec les Misérables, de celles de Jaurès veillées par la Justice, qu'elles reposent avec leur long cortège d'ombres défigurées ». (André Malraux)