TripAdvisor compte au Burundi 24 hôtels, 5 locations de vacances, 13 activités et 45 restaurants. C’est intéressant, certes, mais cela ne l’est pas assez pour cerner toute la réalité du pays. En effet, jamais TripAdvisor ne nous parle de football. Pourtant, au Burundi, il y a un club très intéressant à conter. Et c’est ce que nous allons faire aujourd’hui. Dans cet épisode de Tour du Monde, nous prenons l’avion vers le Burundi pour découvrir l’Athletico Olympic Football Club !

Autant Athletico qu’Olympic

Quand on se réfère à l’Athletico Olympic Football Club, il faut d’abord prendre la route jusqu’à Bujumbura. Cette ville, de 650 000 habitants, est la capitale du Burundi. La ville se situe au bord du Lac Tanganyika, le plus profond du monde après le lac Baïkal. C’est donc dans cette ville que siège Pierre Nkurunziza, le président du Burundi. Il y a plusieurs grands clubs dans la ville : l’Athletico Olympic FC, le Stella Matutina FC, le LLB Sports4Africa FC, le Vital’O FC, le Muzinga FC et le Messager Football Club de Bujumbura. Du beau monde, et donc forcément une forte influence sur le football national, sachant qu’il n’y a que 16 équipes dans le championnat.

Le principal problème au niveau de l’Athletico Olympic, c’est le nom. Outre le fait qu’il soit absolument ridicule – on associe tous les noms possibles pour un club sans préciser une quelconque localisation -, l’orthographe pose problème. En effet, le nom a parfois été inscrit : Atlético Olympic FC, Athletico Olympique FC ou bien FC Athlético Olympic. Je vous assure que l’on s’y perd quand on regarde l’histoire du club. Son histoire est pourtant récente, puisque le club a été fondé en 1989. Ce qui en fait quand même le quatrième plus ancien du pays.

La tenue principalement utilisée par le club est assez originale. Le maillot domicile ressemble globalement à celui habituellement utilisé par le Genoa FC tandis que le maillot extérieur s’approche de celui de l’Olympique Lyonnais 2017-2018. Vous l’avez donc deviné, les couleurs habituelles du club sont rouge et bleu.

Titro Athletico

L’Athletico Olympic a un palmarès relativement faible malgré son ancienneté. Trois Premier League du Burundi (2004, 2011, 2012) et une coupe du Burundi en 2000 constituent l’intégralité du palmarès du club. Bien loin des vingt titres de champion du rival du Vital’O FC. Il y a donc un déficit de popularité et un déficit de crédibilité criant pour le club. Pourtant ce n’est pas faute d’un effectif de très haut niveau. En effet, le milieu Kwizera ou le défenseur Nimuboma font partie depuis plusieurs saisons de l’effectif de l’Athletico Olympic. C’est à rien n’y comprendre ! Le club n’a par exemple jamais réussi à voire un de ses joueurs être sacré meilleur buteur du championnat. Cela fait mal, très mal.

Malgré le fait que le championnat soit dans un niveau relativement amateur, il y a un stade de haute capacité pour le club. En effet, le Prince Louis Rwasagore Stadium peut contenir 22 000 supporters du club. Ce qui est très important pour un club de petite taille. Cependant, il nous faut préciser qu’il s’agit également du stade de l’équipe nationale du Burundi. Il s’agit du plus grand stade du Burundi avec ses 5 000 places. Il tient son nom de Louis Rwagasore, qui fut d’abord prince puis homme politique. De plus, Louis Rwagasore est considéré comme un héros du Burundi.

Cette saison, le club a échoué à huit points du leader et champion, le LLB Sports4Africa. La faute notamment à seulement quatre victoires lors des dix derniers matches. Beaucoup trop faible pour avoir des espoirs réels de titres. Mais le club est prêts à se renforcer ! En effet, les rumeurs concernant l’Athletico Olympic FC envoient nombre de jeunes espoirs du Burundi dans le club de Bujumbura. Alors, si vous passez au Burundi, n’oubliez pas d’acheter un maillot de l’Athletico OFC !

Épisodes précédents

Vous pouvez retrouver nos cinq derniers épisodes de Tour du Monde en cliquant sur les liens ci-dessous :

A propos NSOL 751 Articles
« Quand un vrai génie apparaît en ce bas monde, on le peut reconnaître à ce signe que les imbéciles sont tous ligués contre lui ». (Jonathan Swift, 1667-1745)