Aujourd’hui, gros plan sur un très jeune milieu offensif qui s’illustre en Argentine. Ezequiel Barco est le nouveau lutin d’Independiente et une promesse énorme pour l’avenir. Dans un format un peu plus court que d’habitude mais avec un talent lui vraiment dans la continuité de nos chapitres précédents.

La carte de résumé

Ne pouvant trouver plusieurs sources crédibles et concordantes sur ses stats, la carte de résumé ne peut être complétée. En effet, ESPN, Transfermarkt et Wyscout fournissent des données contradictoires.

Ce que l’on peut dire se résume à cela : Ezequiel Barco, Milieu offensif, 18 ans (1999), 1m68.

 Petit retour rapide sur l’historique d’Ezequiel Barco

Une chance saisie

Le problème avec les jeunes talents en explosion, c’est que leur histoire  a du mal à franchir l’Atlantique. Et que malgré toutes les bonnes volontés, je n’ai pas d’histoire croustillante à raconter dans cette première édition de sa fiche. Aucun doute qu’une nouvelle version est à prévoir dans les 6 mois à 1 an.

Ezequiel Barco, c’est tout simplement l’histoire d’un jeune prodige d’un des plus grands clubs Argentins*, à qui l’on a offert la chance de jouer dès le début de saison. Et La Joya, âgé d’alors 17 ans, a croqué à pleines dents cette opportunité que lui a offert son coach Gabriel Milito. Pour  au final totaliser plus de 1700 minutes de jeu en équipe première pour sa première année (Championnat – Sudamericana).

* En effet, historiquement les 5 gros clubs Argentins sont Boca Juniors, Independiente, le Racing Club, River Plate et San Lorenzo

L’enfant de Griffa

Ezequiel Barco a fait en un an un grand bond, il est passé du championnat U17 au championnat Argentin d’un coup, en se faisant remarquer lors du stage de préparation d’été. Ezequiel Barco a rejoint Independiente à 16 ans, sur les conseils de son formateur de l’équipe, Jorge Griffa, au club Atletico à Rosario. Jorge Griffa n’est pas bien connu outre Atlantique mais il s’agit d’un des plus grand formateur Argentin, qui a « construit » Newell’s en s’inspirant de ce qu’il a vu en Europe.

En y apportant une forme de rigueur et de professionnalisme, il a pu former de nombreux joueurs. Jorge Valdano, Américo Gallego, Ricardo Giusti, Gabriel Batistuta, Fabián Basualdo, Roberto Sensini, Fernando Gamboa, Mauricio Pochettino, Gerardo Martino, Maxi Rodríguez, Juan Simón, Walter Samuel, Aldo Duscher, Julio Zamora, Pablo Guiñazú, Abel Balbo et Gabriel Heinze ;  tous ont éclot sous sa direction au club de Rosario. Et rajoutons-y son travail à Boca. En effet, il a contribué à lancer Nicolás Burdisso, Éver Banega, Sebastián Battaglia, Fernando Gago et Carlos Tévez.

Mais il a aussi contribué à un autre phénomène : Marcelo Bielsa. C’est le modèle qui a construit Bielsa, c’est lui qui l’a réellement lancé (Voir le papier de SoFoot: Jorge Griffa : Le maitre de Bielsa).

Un talent en éclosion

Mais retournons à Barco, malgré sa petite taille due à sa croissance toujours en cours, il a su trouver sa place dans l’effectif de Milito. Que ce soit en milieu offensif où ses dribbles courts et ses passes dans les petits espaces ou à travers les lignes font des ravages. Ou en ailier où sa vivacité et sa capacité à repiquer assomment l’adversaire. Ajouter à cela une capacité fascinante de conservation de balle et une intelligence de jeu supérieure. On a là le concentré pour former un futur grand.

Son club en a bien conscience et fait tout pour le protéger. Ainsi ils essayent d’éviter au maximum le contact avec la presse et de lui mettre la pression. « Il doit jouer et progresser doucement » a déclaré Gabriel Milito. Mais Ezequiel Barco est déjà rentré dans le coeur des hinchadas d’Independiente malgré tout, parce que c’est un joueur qui fait soulever un stade de foot. Qui apporte cette folie, ce côté spectaculaire à notre sport. Et bien conscient de son jeune âge, personne ne lui tient encore rigueur de ses absences lors d’un match par moment. Ou de son incapacité à gérer ses efforts qui l’empêche de terminer un match. Parce qu’ils ont entre leurs mains un diamant brut à exploiter.

L’avis du scout DV

Ezequiel Barco est un diamant brut, un joueur qui incarne le fantasme du joueur Sud-Américain. Dribbleur à outrance, technique excellente, vivacité et pugnacité à toute épreuve. Il est encore très jeune, mais il joue déjà énormément dans son club d’Independiente. C’est donc un talent à surveiller de très près. Probablement qu’un club Européen qui souhaiterait miser sur lui pourrait profiter du fait qu’il débute seulement sa carrière. Et pourrait se l’offrir tout en le prêtant dans la foulée. A la manière d’un Lo Celso en somme.

Ses défauts sont assez évidents : physiquement il reste fragile. Et il n’a pas encore l’endurance pour assumer tout un match, à cause de ses courses et ses diagonales dans tous les sens sur le terrain. La position de 10 le libère beaucoup plus que celle d’ailier mais c’est en ailier qu’il prend du volume de jeu actuellement. Sa courbe de progression reste constante. Ce qui augure de bonnes choses pour l’avenir. Il se disperse assez souvent sur le terrain, surtout en milieu offensif et probablement qu’en Europe il devra épurer son jeu. Mais il a une telle capacité à conserver son ballon, que, malgré tout, la copie reste remarquable.

En somme, un grand talent et un grand joueur à fort potentiel. Et les grands clubs ne le manquent pas : le Barça l’a déjà observé sans toutefois passer à l’action. Mais comme toujours et surtout vu son âge,  l’inconnu restera la manière dont il gérera sa carrière et son travail.

Mise à jour :

Après cinquante-six apparitions et sept buts avec Independiente, le milieu offensif a signé à l’hiver 2018 pour l’Atlanta United. Ce transfert, d’un montant de 15 millions de dollar, marque un changement de stratégie pour nombre d’écuries de MLS : il ne s’agit plus de récupérer des stars vieillissantes mais bien de s’attirer les services d’une jeune génération de joueurs prometteurs. Ezequiel Barco en fait partie.

Point vidéo

 

Épisodes précédents

 

A propos betse 20 Articles
Nabil Fekir est était notre sauveur. (mise à jour 2019)