Aujourd’hui, nous vous proposons quelque chose de tout à fait nouveau… tout le moins sur DemiVolée.com. Car c’est monnaie courante que de faire des onze types de joueurs de telle ou telle nationalité. Aujourd’hui, onze type des joueurs sud-américains de Ligue 1. Mais avec pas plus d’un joueur par équipe ! Et sans Neymar, parce que sinon c’est de la triche !

1 | Gardien : Mauro Goicoechea (Toulouse FC)

Vous en connaissez beaucoup de gardiens sud-américains en Ligue 1 ? Non, en effet. Et c’est donc pour cela que nous avons choisi d’aligner Mauro Goicoechea dans la cage. Quasi-homonyme d’un autre gardien sud-américain passé par la France et Brest, Sergio Goycoechea ; Mauro n’est pas exactement au même niveau. Qu’importe s’il n’a disputé que onze rencontres de Ligue 1 avec le Toulouse FC depuis son arrivée au club : avec un nom pareil, on était obligé de le mettre titulaire.

2 | Arrière droit : Dani Alves (Paris S-G)

L’incontournable Daniel Alves occupe le couloir droit de notre défense. Une des valeurs sûres de la Ligue 1 – sauf quand il se fait expulser comme contre l’Olympique lyonnais. Et un des meilleurs arrières droits au monde, donc à fortiori le meilleur des sud-américains. Passé par Séville, le Barça et surtout la sélection brésilienne, il permet à notre équipe d’avoir une puissance offensive sur le couloir droit assez hors-norme. Il pourra fièrement porter le numéro deux.

4 | Central droit : Marcelo Guedes (Olympique lyonnais)

Le patron de défense de l’Olympique lyonnais permet d’apporter une touche physique à cette défense. Celui qui aurait pu devenir international polonais – et donc ne pas faire partie de cette équipe est le seul joueur de la défense de l’Olympique lyonnais à être un titulaire indiscutable. Logiquement, il vient porter non pas le brassard de capitaine mais au mois une certaine solidité à l’équipe.

6 | Central axial : Vitorino Hilton (Montpellier HSC)

Sans doute le plus français des sud-américains. Il n’est certes plus besoin de présenter Vitorino Hilton tant il a bourlingué en Ligue 1. Plus de quatre-cent matchs dans le championnat de France, double champion avec Marseille et Montpellier, le papa de 40 ans porte le brassard de notre équipe.

5 | Central gauche : Dante (OGC Nice)

Dante, c’est plus de cent-trente matchs avec le Bayern, une grosse dizaine de capes avec le Brésil – dont une lors d’un certain 7-1 – et surtout une révélation dans le championnat de France lorsqu’il jouait au Lille OSC. Désormais à Nice, son pied gauche, son placement et son leadership lui permet de prendre une place de choix dans cette équipe type des sud-américains, qui, pour perpétuer la grande tradition du football-samba, joue à cinq derrière.

3 | Arrière gauche : Gabriel Silva (AS Saint-Étienne)

C’est le premier joueur incongru de l’équipe. Mais pour un 5-2-3, il faut des arrières latéraux offensifs. Alors on s’est penché sur les effectifs de Ligue 1, et entre divers joueurs, on a trouvé le latéral gauche ou ailier stéphanois. Ce n’est pas encore une valeur sure de notre championnat. Et cela n’en sera probablement pas une dans les prochaines années. Mais en ne prenant qu’un joueur par équipe, le choix était restreint. Place à donc à Gabriel Silva.

8 | Milieu défensif : Luiz Gustavo (Olympique de Marseille)

C’est LE grand patron de l’Olympique de Marseille. Indispensable à Rudi Garcia dans son pragmatique 4-2-3-1, le milieu défensif brésilien lui aussi passé par le Bayern de Munich est un véritable patron. Capable de dicter le tempo, de jouer haut et de jouer un peu plus bas, de frapper, de défendre, de marquer et de relancer, il est le joueur de transition idéal pour notre 5-2-3.

10 | Milieu relayeur : Thiago Maia & Thiago Mendes (Lille OSC)

Deux joueurs pour un poste. Je vous avoue que ne regardant absolument jamais le LOSC autrement que dans le multiplex, je suis incapable de vous dire lequel des deux mérite le plus sa place dans le onze. D’autant que si le premier a plus joué cette saison, le second a marqué plus de but. Et comme ils ont quasiment le même nom, les deux “TM” brésiliens occupent le poste de numéro huit de notre équipe.

7 | Attaquant de soutien droit : Malcom (FC Girondins de Bordeaux)

Ceci n’est pas une simulation. Je répète : ceci n’est pas une simulation. Malcom est arrivé sur la pointe des pieds en Europe, et a très bien grandi. Désormais joueur clé du dispositif Girondins, celui qui préfère jouer ailier droit s’accommodera très bien d’un rôle de neuf et demi, en soutien de l’attaquant. Et pour la peine, on lui donne le numéro sept qu’il porte en club.

11 | Attaquant de soutien gauche : Emiliano Sala (FC Nantes)

Lui aussi fait un peu figure de surprise de ce onze type des joueurs sud-américains. Mais pourtant, il est une pièce essentielle du dispositif nantais cette saison, qui réussit, il faut l’avouer, plus que bien. Sa maladresse technique sera compensée par une grosse activité, indispensable dans un tel dispositif. Et puis, c’est aussi un attaquant qui ne rechigne pas à venir redescendre au milieu de terrain. Indispensable quand on aligne un milieu à deux.

9 | Avant-centre : Falcao (AS Monaco)

El Tigre occupe logiquement la pointe de notre attaque. Le buteur colombien est la pièce maîtresse du dispositif offensif de l’équipe. Préféré à Cavani parce que Dani Alves a été préféré à Fabinho, il pourra sans problème réceptionner les centres du latéral du Paris Saint-Germain. Et conclure des actions de toute beauté.

Entraîneur : Gustavo Poyet (FC Girondins de Bordeaux)

Pour l’entraîneur, on s’est permis une petite folie en prenant un bordelais. Mais en même temps, comme il n’y a pas beaucoup d’entraîneurs sud-américains en Ligue 1, la dérogation est tout à fait justifiée. C’est donc au néo-technicien bordelais de s’occuper d’animer ce 5-3-2.

En image :

Comme on avait aucun chilien dans l’effectif, on a choisi de vous présenter la composition avec un maillot du Chili.

Le onze type des sud-américains
Le onze type des sud-américains

Et vous, quel aurait été votre onze des joueurs sud-américains ? Proposez le dans l’espace commentaire, et illustrez le grâce à notre outil de compositions d’équipes !

A propos NSOL 756 Articles
« Quand un vrai génie apparaît en ce bas monde, on le peut reconnaître à ce signe que les imbéciles sont tous ligués contre lui ». (Jonathan Swift, 1667-1745)