Véritables pièces de collection pour certains, objets symboliques pour d’autres, les maillots de football se vendent à prix d’or pour ce qui s’apparente pourtant comme un simple « tee-shirt ». Mais pourquoi sont-ils si chers ?

La Ligue 1, championnat où les clubs sont les plus demandeurs

Le football vous manque en ce temps de confinement, et vous comptiez en profiter pour commencer, continuer, ou élargir encore votre collection de maillots ? Vous allez peut-être y réfléchir à deux fois : le porte-monnaie va en prendre un sacré coup, les maillots de football sont de plus en plus chers.

D’après une étude réalisée en 2016 par footpack.fr, la Ligue 1 est le championnat où les maillots se vendent le plus cher. Comptez en moyenne plus de 92€ avec un flocage, 78€ sans. La palme du maillot le moins cher de la saison 2019/2020 revient à Amiens (65€), tandis que l’OL (89,95€) puis l’OM, Bordeaux, le PSG, Rennes et Nice (90€) sont les plus demandeurs.

Si la Premier League vous fait rêver, tant mieux. C’est en effet en Outre-Manche que les maillots sont les moins chers avec un coût moyen de 75€ avec la personnalisation, 63€ sans. Jackpot pour les supporters de Burnley qui devront dépenser à peine plus d’un billet orange (53€) pour s’offrir le maillot de leur équipe fanion.

En moyenne, en prenant en compte les 98 clubs du Big 5, c’est environ 85€ qu’il faut compter pour la version réplique, 140€ pour la version authentique.

Lors de la saison 2016-2017, Valenciennes avait tenté un coup marketing en engageant Kipsta, la filiale de Décathlon, comme équipementier. De quoi satisfaire les supporters qui n’avaient qu’à dépenser 49,90€ pour s’offrir le maillot de VA ! Cependant, l’occupant du stade du Hainaut a troqué Kipsta pour Acerbis deux saisons plus tard.

À la merci de la contrefaçon

Face à ces prix rebutants, le marché des maillots officiels ouvre la porte à celui de la contrefaçon. En effet, des maillots étonnamment semblables aux vrais, sont disponibles pour moins de 15€ sur des sites asiatiques. Un prix extrêmement attractif qui incite nombre de supporters à délaisser l’original pour la contrefaçon !

Devant un tel succès, certains vendeurs ont même entrepris la confection de maillots vintages à des prix de vente tout aussi alléchants. De véritables objets de collection dont le tarif des modèles originaux peut facilement atteindre 200, voire 300 euros.

L’exemple du maillot de l’Equipe de France

Après le sacre des Bleus en Russie il y a deux ans, et malgré la longue attente qu’il a fallu, le maillot 2 étoiles, disponible à partir de 85€, se vendait et se vend encore comme des petits pains. Pourtant, sur ces 85 €, seuls 3€ (3,5% du prix du maillot) sont nécessaires à la fabrication d’un exemplaire !

Notons que Nike – qui investit plus de 50 millions d’euros par an pour équiper les Bleus – emploie des ouvriers au Vietnam ou en Thaïlande, là où les salaires sont les moins chers (150 à 200€). La main d’œuvre est devenue trop onéreuse en Chine.

Après cette maigre somme qui sert à la fabrication, 23,40€ par maillot (27,5% du prix total) sont alloués au distributeur (d’après capital.fr), 17€ (20%) à la TVA ; 6,80€ (8%) aux royalties pour la Fédération française de football, tandis que la marque à la virgule s’octroie une marge conséquente de… 26,80€ soit près du tiers du prix du produit ! Ainsi, le prix de revient du maillot est estimé à 11€ – soit 13% du prix de vente.

Evidemment, si ces maillots sont chers, c’est parce que le football est de loin le sport le plus populaire et qu’à l’heure où le marketing s’invite plus que jamais dans le monde du football, le prix de l’outil numéro 1 du joueur de football suit forcément la tendance puisque les consommateurs sont de leur côté de plus en plus demandeurs.

A propos Clément Barbier 21 Articles
Passionné de football ! J'écris quelques articles sur différents sujets qui m'intéressent !