Nombreux sont les amateurs de football qui ont vu une carrière footballistique passer devant leurs yeux sans s’arrêter. Et nombreux sont ceux qui n’ont pas digéré cela. Une blessure, souvent, masque cette déception. Mais pas que. Petite liste d’excuses pour une carrière pro n’ayant jamais vu le jour. Souvent vues et revues, elles forment la parfaite panoplie du footballeur tentant d’impressionner ses amis.

« Je me suis fait les croisés »

Classiquement, on retrouve chez ceux qui auraient pu prétendre à une carrière professionnelle l’excuse des ligaments croisés. Chacun sait en effet combien il est difficile de revenir de cette blessure. Et combien, aussi, à moins d’un talent hors du commun, les clubs rechignent à faire confiance aux joueurs revenant tout juste d’une si grosse blessure. Alors il n’est pas rare de retrouver sur les terrains de quartier des joueurs doués techniquement expliquant aux petits qu’ils auraient pu passer pro, si bien sûr ils ne s’étaient pas faits les croisés… Quel dommage quand même, d’être passé à côté d’un ballon d’or pour un stupide genou.

« J’avais pas envie »

Peu original, également. Ne pas avoir envie de faire les efforts est un des grands classiques de ceux qui n’ont jamais eu de carrière footballistique. Pas envie d’avoir l’hygiène de vie, pas envie d’avoir le mode d’existence des footballeurs professionnels… Les mots peuvent légèrement varier, mais l’idée reste toujours la même : la personne en question ne se sentait pas prête à faire autant de sacrifices pour un futur incertain. Cette excuse à l’avantage d’une certaine honnêteté. Au moins, on sait à quoi s’en tenir concernant les justifications de la personne en question au sujet de sa possible carrière de footballeur professionnel. On regrettera simplement le fait de ne pas avoir eu envie au bon moment. Parce qu’en y réfléchissant, l’envie, ce n’est pas grand chose devant une carrière de footballeur.

« Ça me dégoûtait »

Le monde du football est souvent dégueulasse. Alors il n’est pas rare de voir des gens être dégoûtés par cet univers et ce milieu. Certains vont donc expliquer leur insuccès dans le football par un manque de motivation lié à un dégoût pour le sport. On peut tout à fait comprendre cette vision. Il est vrai que ce n’est pas facile, au quotidien, de baigner dans le milieu du football. Face à tant d’argent, mais aussi de jeu de chapelles, le dégoût s’installe. Par contre, il est plus que surprenant de trouver les utilisateurs de cette excuse sur… les terrains de football ou dans les tribunes. En effet, la logique voudrait un écartement total du football. A moins que la nature même du football ne se tiennent pas dans l’argent ? On tiendrait alors une piste…

« Je n’étais pas assez fort »

Cette excuse est la seule qui devrait être admise. Tout ceux qui n’ont pas réussi à avoir une carrière professionnelle, même de petite ampleur, n’avaient pas le niveau, tout simplement. Pas le niveau mental, pas le niveau physique, pas le niveau tactique, pas le niveau technique, pas le niveau intellectuel… Peu importe. Mais lorsque l’on ne réussit pas à faire quelque chose, il n’est pas la peine de venir se chercher des excuses ou de reporter son échec sur les autres. Dans cette situation – et dans le football comme dans absolument toutes les autres activités – c’est que l’on n’a pas le niveau suffisant. Alors ceux qui utilisent cette excuse, plutôt que d’être raillés, devraient être applaudis. Car ce sont les seuls qui ont le courage de voir la vérité en face.

A propos NSOL 705 Articles
« C'est la marche funèbre des cendres que voici. À côté de celles de Carnot avec les soldats de l'an II, de celles de Victor Hugo avec les Misérables, de celles de Jaurès veillées par la Justice, qu'elles reposent avec leur long cortège d'ombres défigurées ». (André Malraux)