Si vous lisez cet article, c’est sans doute que vous possédez un intérêt, aussi infime soit-il, pour le football. Mais peut-être que sa pratique vous effraie. Car ne nous mentons pas : le football est un sport compliqué. Il peut certes sembler simple de dribbler un joueur, mais aucun d’entre nous n’est dupe : il faut un minimum de bagage technique. Je vais donc essayer de vous apprendre comment faire semblant de savoir jouer au football.

Dans quel contexte mes conseils peuvent-ils s’appliquer ?

Soyons bien clair, si mes conseils peuvent servir, ils ne vous permettront en aucun cas de duper un recruteur professionnel. Non, mon objectif n’est pas celui-là. Je veux plutôt vous aider à ne pas être ridicule si l’on vous convie à jouer un match de foot.

Replaçons le contexte : vous êtes invités à jouer avec des amis. Vous ne savez pas jouer au foot. Cependant, vous voulez faire un semblant de bonne impression. Il va vous falloir jouer pendant – mettons une heure – un laps de temps relativement long. Vous ne voulez pas avoir l’air d’un tocard. Et vous souhaitez même leur donner envie de parler de football avec vous. Car ne nous mentons pas, le gens comprennent bien mieux si vous parlez de foot quand vous maniez bien le ballon rond.

Vous allez donc au-devant d’un massacre. La jeune fille séduisante qui est sur le bord du terrain va vous répudier. Mais la lecture de cet article va empêcher cela. Car grâce à mes conseils – qui marchent une fois voire deux, pas trois – vous allez pouvoir garder la face en faisant semblant de savoir jouer.

La tenue : un « faire-semblant » efficace

Vous n’êtes pas complètement stupides. Et vous savez donc qu’il est plus facile de faire semblant quand on a le look. Inutile cependant de claquer votre PEL dans l’achat d’un kit complet du Real de Madrid ou du FC Barcelone. Et Inutile d’arriver avec maillot-short-chaussettes-survêtement-casquette-veste de votre club du cœur. Inutile aussi de porter les dernières Mercurial. Car votre tenue très professionnelle va tendre à faire croire que vous pratiquez souvent le football.

Non, le meilleur moyen de faire semblant et de vous faire passer pour un hipster du football. Et pour ce, rien de plus simple. Il vous suffira en effet de porter des chaussures de football noir sobres, comme les Kipsta premier prix. Vous porterez des chaussettes courtes et pas de protèges tibias – non, vous n’avez pas la prétention de savoir jouer au foot. Un short omnisport suffira à faire semblant. Pour le maillot, soit vous en possédez un – si possible un peu ancien ou d’un club peu connu – soit vous utilisez un T-Shirt d’un autre sport, ou omnisport aussi.

Vos circonstances atténuantes

Bien sûr, même en appliquant tous mes conseils, vous n’arriverez pas à faire semblant d’être les nouveaux Alexis Sanchez ou Diego Godin. Mais vous aurez des circonstances atténuantes – ou exténuantes, tout dépend de votre condition physique.

La première est bien entendu votre retour de blessure. En effet, vous revenez d’une grave blessure – mais invérifiable – de type tendinite ou inflammation du cartilage ou du ligament. Bien sûr, cette blessure vous a ôté toute confiance dans votre jambe. Et c’est pourquoi vous êtes fébriles sur vos passes. Et vous ferez donc semblant d’avoir mal.

La seconde, due à votre retour de blessure, est le fait que vous n’ayez du fait de celle-ci plus de condition physique. Vous êtes donc incapable d’avoir la lucidité inhérente à votre poste, quel qu’il soit – nous y viendront plus bas. C’est un très bon atout que la fatigue.

Enfin, le troisième caractère atténuant est que vous n’avez pas l’habitude de jouer sur ce type de terrain. Car si vous jouez sur un City ou en salle, vous n’avez pas les automatismes. Vous jouez en effet dans ce cas d’habitude sur grand terrain. Inversez si besoin est.

Votre semblant de positionnement

Pour votre position sur le terrain, c’est très simple. Vous commencez par vous dévouer pour aller aux cages. Comme habituellement, il ne s’agit pas de votre poste, il est normal que vous y soyez mauvais. Et comme personne ne veut y aller, vous n’aurez aucune difficulté à y rester longtemps. Laissez quelqu’un d’autre dégager.

Ensuite, si vous ne pouvez pas vous dévouer pour aller dans les buts, allez devant. Vous ferez un semblant de pressing. Fatiguez-vous bien, et votre manque de lucidité vu avant vous servira. En plus, si vous vous mettez toujours à l’opposé du jeu, vous ne devrez pas recevoir trop de ballons. Surtout, n’essayez pas de porter le ballon. Vous le perdrez. Frappez dès que vous vous trouvez dans la surface : si vous ratez, c’est à cause de votre blessure. Faites des appels en retrait, en essayant de vous démarquer. Sur un malentendu, vous pourrez en effet peut-être marquer.

Si vous êtes amenés à jouer derrière, soyez agressif, presque violent. Car ce semblant de hargne que vous amènerez donnera au moins de l’envie. Et dégagez devant. Au milieu, faites de même ; et distribuez des passes courtes vers vos meilleurs coéquipiers. Surtout, ne demandez pas le ballon. En clair, à tous les postes, montrez de l’envie, et n’essayez pas de faire réellement quelque chose avec le ballon.

Autres aspects à prendre en compte

Si vous possédez une attelle, ou encore un bandage, n’hésitez pas à le mettre : cela crédibilisera complètement votre fausse blessure. Apprenez à faire des passes courtes, avec un contrôle. Faites le minimum et soyez très collectif. Si vous savez faire quelques jongles, faites-les avant le match en faisant les équipes. Ayez le maximum d’engagement possible.

Apprenez également quelques ratés célèbres ou récents – Arconada ou Edel dans la cage, Maxwel Cornet face à l’Ajax, la glissade de Gerrard au milieu – pour pouvoir surfer sur vos références. Prenez également chacun de vos ratés en rigolant et vous engueulant – « B*rdel, je sais plus rien faire ! » – et ne vous moquez pas de vos partenaires. Et si malgré tous mes conseils, cela ne marche pas : et bien assumez !

A propos NSOL 762 Articles
« Quand un vrai génie apparaît en ce bas monde, on le peut reconnaître à ce signe que les imbéciles sont tous ligués contre lui ». (Jonathan Swift, 1667-1745)