Dans la vie, il y a des événements marquants qui sont liés à un objet, moment ou action. Rares sont les événements qui ont plusieurs fois le même dénominateur commun. Pourtant, c’est ce qui est arrivé à Thierry Henry dans sa vie de footballeur professionnel. Trois, voir cinq événements marquant de sa carrière internationale sont reliés à une seule et même équipe : l’Afrique du Sud. Il n’est pas question ici de refaire le tour de la carrière du meilleur attaquant français, mais plutôt de raconter ses événements. Après notre épisode de Premier Match consacré à Henry, voici notre deuxième opus sur Thierry Henry.

Première Sélection : France-Afrique du Sud – Samedi 11 octobre 1997

Après un Euro 1996 plutôt réussi avec la demi-finale perdue aux tirs-au-but à Old Trafford, Aimé Jacquet doit redynamiser son attaque. En effet, la France dispute deux ans plus tard sa Coupe de monde, la première depuis 1986, et veut la gagner. Pour se faire, le sélectionneur veut se bâtir sur une nouvelle attaque et teste donc des attaquants.

Parmi ces nouveaux attaquants scrutés, Henry est repéré. Il faut dire que le joueur tourne bien en ce début de saison 1997. Le joueur, élu meilleur espoir de Division 1, est sur la lancée de sa précédente saison et enchaîne avec l’AS Monaco. Déjà cinq buts en ce début octobre pour celui qui joue sur l’aile avec son club. C’est assez logiquement que Jacquet offre sa première sélection au Monégasque en ce mois d’octobre 1997.

Et c’est donc contre l’Afrique du Sud et au Stade Bollaert que Henry honore sa première sélection. L’attaquant, d’à peine vingt ans, ne brille guère et voit plutôt Guivarc’h et Ba donner la victoire aux Français. Henry ne brillera pas, mais acquiert de l’expérience et continuera son bonhomme de chemin avec l’ASM, ne retrouvant la sélection qu’en mai 1998.

Premier but et premier match en Coupe du Monde : France-Afrique du Sud – Vendredi 12 juin 1998

Finalement, Henry fait partie des vingt-deux élus qui vont disputer cette Coupe du Monde. Et pour ce premier match face à l’Afrique du Sud, « Titi » est titulaire. L’emblématique numéro 12 des bleus est sur le front droit de l’attaque. Ce soir-là, c’est Guivarc’h qui prend l’axe, du moins pendant 29 minutes à la suite de son remplacement par Dugarry. Pour finir, à gauche, on retrouve Youri Djorkaeff.

Dans ce match, Henry n’est pas avare d’effort sur son côté droit. Il fait des misères à Nyathl et Fish, l’arrière gauche et le central Sud-africain ayant du mal à contenir la vitesse du jeune homme. De plus, il n’hésite pas à revenir défendre dans son couloir et ainsi suppléer Thuram, lui aussi à droite. Logiquement, l‘ailier sera récompensé par un but, le troisième de ce match.

Nous sommes dans les arrêts de jeu et Didier Deschamps place une frappe qui est détourné en corner. Ce corner, tiré à gauche, c’est Dugarry qui se charge de le botter. Le premier buteur de ce match envoie, intentionnellement ou pas, le ballon en retrait aux 25 mètres. À la réception, il y a Henry qui essaie de contrôler cette balle de la poitrine. Le contrôle n’est pas très bon et il doit se battre avec Barlett pour garder le cuir.

L’attaquant s’arrache, accélère, place un petit pont à Jackson et rentre dans la surface. Le gardien adverse, Vonk, sort pour éviter le troisième but. Malheureusement pour lui, Henry est un futur attaquant de grande classe. Il garde la tête froide et pique son ballon. Le ballon file au but et le retour de Pierre Issa, qui essaiera tant bien que mal de sortir la balle, ne changera rien. Avec ce but, Henry ouvre son compteur but, le premier d’une longue série.

Un gap de douze ans

Avant, le troisième acte de sa carrière face à l’Afrique du Sud, douze années sépareront ce match du 12 juin 1998 et celui du 22 juin 2010. Entre temps, Henry aura le temps de marquer l’histoire des bleus avec un titre supplémentaire lors de l’Euro 2000. Pendant ces douze ans, il nous gratifiera de but et de moment diffèrent.

On pense notamment à ses mouvements de la main envers le banc italien lors de la finale de l’Euro 2000. Wiltord égalise au bout du temps réglementaire, Henry se dirige vers le banc italien, déjà debout, pour leur demander de se rasoir.

En octobre 2000, Henry et la France, affronte une nouvelle fois la sélection Sud-Africaine. C’était pour un match amical chez les Bafana Bafana. Henry ne joue que la première mi-temps et le match se terminera sur un score vierge. Pour Henry en bleu, il y a aussi sa sévère expulsion, lors de la Coupe du monde 2002 contre l’Uruguay. Ou encore son plat du pied, lors du quart-de-finale contre le Brésil lors de la Coupe du Monde 2006.

À partir d’août 2008, il est nommé capitaine des bleus, brassard qu’il porte pendant plus de vingt matches. En octobre 2009, il devient le meilleur buteur des bleus avec 51 buts, devançant ainsi Michel Platini.

Malheureusement, il sera aussi au centre d’une polémique lors d’un match contre l’Irlande. Lors de ce match retour des barrages comptant pour les qualifications de la Coupe du Monde 2010, Henry fait main. En effet, l’attaquant contrôle la balle de la main dans la surface puis fait une passe à Galles. Ce dernier égalise lors des prolongations et envoie la France en Afrique du Sud disputer la Coupe du Monde.

Dernière sélection : France – Afrique du Sud – Mardi 22 juin 2010

Pour cette Coupe du Monde 2010, Thierry Henry n’est pas titulaire et perd donc le brassard. Cette compétition, marquée entre autres par l’épisode du bus, ne sera pas son meilleur souvenir sous le maillot bleu. Pour le premier match, contre l’Uruguay, il rentre pour les trente dernières minutes à la place d’Anelka. Il ne pourra influer sur le score de la rencontre et éviter le nul. Mais cette 122ème sélection lui permet de devenir le seul joueur français à disputer quatre Coupes du Monde.

C’est lors du dernier match de groupe contre l’Afrique du Sud qu’Henry connait ses dernières minutes en bleu. Henry rentre à la place de Cissé pour les vingt dernières minutes. Ses vingt dernières minutes en bleu ne changeront pas grande chose au résultat du match.

En effet, la France est menée depuis la vingtième, minutes et perdra Gourcuff six minutes plus tard à la suite d’un carton rouge. Puis, elle sera menée 2-0 juste après le dernier quart d’heure de la première mi-temps. Onze minutes après, l’Afrique du Sud double la mise

Florent Malouda réduira bien le score, mais le France est éliminée et Henry met un terme à sa carrière internationale quelques semaines après. Ainsi, après avoir débuté contre l’Afrique du Sud à Bollaert, Henry boucle la boucle en terminant contre l’Afrique du Sud. Les « Bafana Bafana » auront donc assisté à la naissance, l’éclosion et la retraite d’un des meilleurs joueurs français de l’histoire.

A propos Prince Owski 350 Articles
Comme Ole Gunnar Solskjær en 1999, je suis le joker de luxe de DV. Heureux propriétaire du suffixe -Owski. "Qu’importe : on pourra même me traiter de fou, il n’y a que ces couleurs Parisiennes qui illuminent mon cœur. Et à chaque blessure, il saigne ce cœur-là. Mais il s’enflamme encore." Francis Borelli