Deuxième épisode de notre série des premiers matches. Alors que l’épisode précèdent nous avait emmené sur les traces de Pauleta, changement de région et d’année pour cet épisode. Direction Saint-Etienne pour nous pencher sur le premier match d’Alex Dias avec les verts lors de la saison 99-00.

Alex Dias, son parcours.

Alex Dias de Almeida, est né un 26 mai 1972 à Rio Brilhante dans l’état du Mato Grosso do Sul. C’est dans cette ville du sud-ouest du Brésil qu’il commence le foot à 7 ans au E.C. Águia Negra. Après un passage au EC Comercial, il débute sa carrière professionnelle en septembre 1993 au Clube Do Remo. Avec ce club du nord du Brésil, Alex joue suffisamment bien pour être recruté par Boavista, en première division portugaise.

Ainsi, en hiver 1994, c’est âgé de 22 ans qu’il s’envole tenter sa chance en Europe. Malheureusement, le mal du pays ne l’aide pas, seulement treize rencontres disputées pour un petit but. Au terme de la saison, l’aventure avec le club basé à Porto se finit et il repart donc au Brésil. Après six mois sans jouer, c’est au Goías E.C. qu’il revit et rencontre celui qui deviendra son ami : Aloísio. Dans ce club du centre du Brésil, il y restera de 1996 à 1999 et c’est là qu’il sera repéré.

Départ pour la France et le Forez.

C’est lors d’un match contre l’International que l’attaquant est repéré. Venu spécialement pour voir Aloísio, Gerard Soler, alors président délégué de l’ASSE*, tombe sous le charme de Dias et du duo qu’il forme avec son compère. Emballé, Soler propose un contrat à Alex, que ce dernier signe dans l’heure. En effet, l’idée de continuer à jouer avec son pote et de retenter l’aventure en Europe le ravit. C’est ainsi que la délégation stéphanoise prend le risque de ramener le pack dans ses valises dès le lendemain. Voilà comment le champion de France de D2 et nouveau promu se retrouve avec une doublette brésilienne devant.

Dans son nouveau club, le brésilien a du mal à se faire accepter par Nouzaret, alors entraîneur des verts. Ce dernier lui reproche, entre autres, ses retards et son coté caractériel. Ces facteurs ne l’aident pas et le privent de terrain pendant 3 matchs. Mais lors de la 4ème journée de ligue 1, la magie va opérer de la plus belle des manières.

Alex Dias est égal à la somme de 35 minutes de bonheur

Nous sommes le vendredi 20 août 1999. Alex Dias est sur le banc pour cette journée. Mais, au contraire des précédentes journées, qui auront vu les verts faire nuls chez l’ASM et l’OM puis perdre à domicile contre Nantes, Dias va participer au jeu.

Nous sommes à la 55ème minutes de cette quatrième journée de Division 1. L’ASSE est mené 0-1 par Nancy. C’est à ce moment-là que Robert Nouzaret décide de faire connaître Alex aux yeux de la Division 1 et du peuple vert. Le petit attaquant (1m75) ne tarde pas à se faire remarquer pour son premier ballon. Coup franc pour Saint-Étienne envoyé dans la boite. Le gardien de Nancy, Laquait, le repousse du poing. Le ballon revient sur Sarr qui centre pour Dias. Ce dernier reprend de volée et voit son ballon filer au-dessus de la cage nancéienne. Premier ballon et première alerte pour l’adversaire. Malheureusement pour eux, le deuxième ballon sera le bon.

Nous jouons la 65ème, la défense stéphanoise balance un long ballon devant qui trouve la tête d’Aloísio. Ce dernier détourne de la tête pour Alex, qui ne se fait pas prier pour filer tout droit au but. Un peu excentré sur la gauche, le numéro 21 se retrouve face à Laquait et la suite est toute simple. Frappe enroulée pied droit à ras de terre, l’ASSE égalise et la démonstration d’Alex Dias ne fait que commencer.

Welcome in Division 1

En effet, l’attaquant ne s’arrête pas là et prend un malin plaisir à se jouer de la défense de Nancy. Après un double une-deux avec Pedron, Alex contrôle du droit et effectue un coup du sombrero sur Rambo. Le numéro 7 est aux fraises et le brésilien reprend le ballon de volée avec l’extérieur du gauche. Le gardien est battu, mais malheureusement, le ballon vient taper le poteau droit de Laquait. La nouvelle recrue verte vient de passer à côté d’un des buts de l’année. Il n’est pas pour autant découragé. Il se fait encore remarquer à neuf minutes du terme.

Après une touche effectuée rapidement par Pedron, Dias est lancé coté gauche. L’attaquant se permet le luxe de refaire un sombrero, sur Lécluse cette fois, et rentre dans la surface. Le brésilien a tout le temps de servir Aloísio du plat du pied droit. Son ami ne se fait pas prier et transforme l’offrande pour permettre à l’ASSE de remporter ce match 2-1.

Suite de sa carrière en France

En France, Alex Dias se fait une réputation, impressionne et acquiert le surnom de « Panthère verte ». Son plus beau chef d’œuvre dans le Forez restera sûrement son match contre l’Olympique de Marseille. L’ASSE reçoit l’OM et lui inflige un 5-1 avec un quadruplé de la panthère. Au terme de sa première saison, Alex inscrira 15 buts en 29 matches, soit à 8 buts de Sonny Anderson. Cette performance permet aux verts d’accrocher une très belle 6ème place pour leurs retours dans l’Élite.

Cependant, la deuxième saison sera plus compliquée. Déjà, Aloísio se fait les croisés en début de saison. Le numéro 21 se retrouve privé de son compère. C’est surtout une sombre affaire de faux passeport qui viendra pourrir la saison des verts et de Dias. Le buteur est suspendu deux mois. Malgré 13 buts en 25 rencontres, il ne peut éviter la relégation du club. À la suite de cette saison, il rejoint en prêt le PSG et son camarade brésilien transféré un peu plus tôt. Malheureusement, il ne s’impose pas et retourne dans le Forez lors de la saison 2002-2003. Sa dernière saison en France se déroulera donc en deuxième division et sera médiocre, seulement 6 buts en 29 matchs. Ainsi, après 4 ans en France et un échec dans l’opération remontée, Alex rentre au Brésil et s’engage avec le Cruzeiro.

Après la France

L’attaquant signe donc en 2003 au Cruzeiro, qui ne sera pas son dernier club. La panthère verte changera  d’équipe quasiment à chaque saison, toutes au Brésil. En effet, Il ne connaîtra pas moins de 13 clubs en 9 ans, avec deux retours à Goías en 2004 et 2008. C’est après 18 ans de carrière et plus de 130 buts, dont 37 pour l’ASSE, que l’attaquant décide de raccrocher les crampons.

En France, Alex Dias laissera l’image d’un joueur avec un sens du but aigu et une technique remarquable.

*Merci à @ASSEmemories pour la confirmation du poste de Gerard Soler

A propos Prince Owski 340 Articles
Comme Ole Gunnar Solskjær en 1999, je suis le joker de luxe de DV. Heureux propriétaire du suffixe -Owski. "Qu’importe : on pourra même me traiter de fou, il n’y a que ces couleurs Parisiennes qui illuminent mon cœur. Et à chaque blessure, il saigne ce cœur-là. Mais il s’enflamme encore." Francis Borelli