Pour cette nouvelle série d’articles, nous allons nous intéresser aux joueurs qui ont marqué pour leur première apparition sous leurs nouvelles couleurs. Au programme, Weah, Ronaldo, Ibrahimovic, Licha et bien d’autres. Dans cet opus initial, découvrons la première de monsieur Pedro Miguel Pauleta. C’était contre le FC Nantes sous le maillot des Girondins de Bordeaux.

Avant ses débuts à Bordeaux

Né un 28 avril 1973, à Ponta Delgadas, dans l’archipel des Açores, Pauleta effectue ses débuts professionnels en 1995. Lors de sa première saison à l’Estoril-Praia, en deuxième division portugaise, ce jeune homme de vingt-deux ans impressionne. En effet, au terme de la saison, l’attaquant finit avec un total de 19 buts en 30 matchs.

Ce ratio est suffisant pour filer en Espagne à l’intersaison et rejoindre l’U.D. Salamanque, qui évolue alors en Segunda División. Sa première saison est un succès, ses 19 buts permettent à Salamanque de terminer deuxième derrière Mérida et d’accéder à la D1. Sa deuxième année espagnole, en 1997-1998, se déroule donc dans l’élite. Là encore, son talent et ses 15 buts permettent à son club de se maintenir. Au terme de sa deuxième saison à Salamanque, le portugais tape dans l’œil du club qu’il a crucifié d’un triplé quelques mois auparavant : le Deportivo la Corogne.

Sa première saison avec le « Depor » est plutôt moyenne. Seulement 10 buts en 28 matchs. Sa deuxième saison en Galice ne sera guère meilleure. En effet, malgré un titre de champion d’Espagne, le futur bordelais n’inscrit que 8 petits buts en 30 matchs.

Départ pour Bordeaux

Barré par Djalminah, Makaay et Tristan, le buteur décide de faire ses valises et de s’envoler pour la France. Ainsi, le 31 août 2000, à dix minutes de la fin du mercato, Pauleta signe un bail de quatre ans avec les Girondins.

L’entraîneur de Bordeaux, Elie Baup, titularise le portugais à la Beaujoire contre le FC Nantes, seulement deux jours après son arrivée dans le vestiaire. Le coach espère un électrochoc pour enfin lancer la saison et décrocher leur première victoire. En effet, les marines et blancs sont au plus mal : seulement 3 points en 5 matchs.

Nous sommes le 6 septembre 2000 et Pauleta va signer son entrée en division 1 de la plus belle des manières. On joue la 22ème minute, le portier Ulrich Ramé dégage le ballon sur la droite pour Lilian Laslande. L’attaquant à la lutte récupère le ballon et lance Christophe Dugarry à droite dans la surface. Ce dernier centre aux six mètres pour Pedro Pauleta, qui, d’une tête croisée, vient tromper Mickaël Landreau.

« Bonjour, moi c’est Miguel »

Bien en jambe, la nouvelle recrue s’offrira un doublé, le deuxième but étant quasiment la copie du premier. Juste avant la mi-temps, à la 44ème minute, David Sommeil ouvre en profondeur coté droite pour Laslande. Le numéro neuf centre et seul aux six mètres, Pedro croise sa tête qui vient une deuxième fois tromper le gardien.

Le score est de deux buts à zéro et l’histoire aurait pu s’arrêter là. Mais, en bon renard de surface, Pauleta exploite la moindre faille. Suite à une passe en retrait d’Olembe, le cuir ne trouve personne, du moins aucun canari. Ce mauvais ballon est récupéré par le numéro 22 qui ne se fait pas prier pour aggraver la marque. Grâce à une touche de balle du pied droit à l’entrée de la surface, il trompe Landreau pour la troisième fois de la soirée.

L’aigle des Açores effectue son emblématique célébration pour la troisième fois en 62 minutes. Bras écartés tel un aigle il se dirige vers le parcage des quelques mille bordelais qui ont fait le déplacement. Fort de son triplé, le portugais sortira six minutes plus tard et les bordelais gagneront ce match 0-5. De son côté, le FC Nantes finira champion de France.

La suite des aventures de Pauleta en France

Après ses trois premiers buts, Pauleta réinscrira un triplé 20 jours plus tard, cette fois en Coupe de l’UEFA contre le club Belge de Lierse SK. En tout, il inscrira 91 buts et finira meilleur joueur de Ligue 1 en 2002 et 2003 avec Bordeaux. En Gironde, il terminera deux fois 4ème et une fois 6ème avec successivement 20, 22 et 23 buts en L1.

Après trois ans sur la côte Atlantique et une Coupe de Ligue en 2002, l’Aigle des Açores s’envole à Paris. Il quitte la Gironde en tant que 5ème meilleur buteur de l’histoire du club. En effet, il compte 91 buts en 130 apparitions avec le maillot bordelais.

Nous somme en 2003-2004. Pour sa première saison au PSG, Pauleta termine deuxième du championnat et remporte la Coupe de France. C’est logiquement qu’il découvre la Ligue des Champions la saison suivante mais sans grand succès. Seulement 1 but en 6 matchs et une élimination dès la phase de poules. La suite de son aventure parisienne sera mitigée. En effet, s’il acquiert très vite le statut de leader et le cœur des supporter, les classements successifs du club en championnat ne sont pas au rendez-vous. Le PSG terminera deux fois de suite neuvième et luttera contre la relégation les deux saisons suivantes.

Malgré cela, Pauleta devient le meilleur buteur du club parisien le 15 décembre 2007. Il inscrit son 101ème but lors d’une défaite au Parc des Princes contre Toulouse. À terme, il inscrira 109 buts et restera pendant quelques années le meilleur buteur du club, jusqu’à ce que Zlatan Ibrahimovic vienne lui ravir ce titre ; lui-même depuis dépassé par Edinson Cavani.

L’Aigle des Açores met un terme à sa carrière à l’âge de trente-cinq ans en 2008, après une deuxième Coupe de France gagnée en 2006 et une Coupe de la Ligue en 2008 glanée avec le PSG. Dans sa période française, il inscrira 200 buts en 350 apparitions dont 141 rien qu’en Ligue 1. Doué techniquement, adroit des deux pieds et de la tête, il était l’un des meilleurs attaquants de Ligue 1 des années 2000.

A propos Prince Owski 344 Articles
Comme Ole Gunnar Solskjær en 1999, je suis le joker de luxe de DV. Heureux propriétaire du suffixe -Owski. "Qu’importe : on pourra même me traiter de fou, il n’y a que ces couleurs Parisiennes qui illuminent mon cœur. Et à chaque blessure, il saigne ce cœur-là. Mais il s’enflamme encore." Francis Borelli