« Neymar portera le numéro 10 au Paris Saint-Germain », « Memphis Depay a troqué son numéro 9 contre le 11 à l’OL », « Kylian Mbappé réclame le 10 en équipe de France »… Les numéros de maillot sont quelque chose d’intimement lié à l’histoire du football. Et qui fait régulièrement l’actualité. Mais d’où viennent-ils réellement ? Pourquoi l’arrière droit est-il numéro 2 ? Explications.

Le 2-3-5 : la première tactique

Dans les années 1900, les premiers schémas tactiques stables font leur apparition. En effet, auparavant, les tactiques se résumaient à courir vers le ballon en fonction des situations de jeu. Si au début du siècle, la numérotation des maillots n’est pas obligatoire, et est même peu courante (elle apparaît en 1928), petit à petit, cependant, le 2-3-5 va imposer son ordre des numéros. A l’époque, pas question de se casser la tête. On prend les trois lignes, et on numérote de la défense vers l’attaque et de la droite vers la gauche.

Tactique en 2-3-5
Tactique en 2-3-5

Et afin de donner un nom aux postes nouvellement créés, la stratégie ne serait guère plus compliquée. Derrière, ce sont les arrières (numéro 2 et 3), au milieu les demis (4, 5 et 6), et devant, les avants (7, 8, 9, 10 et 11). Ce sont ces termes que l’on retrouve d’ailleurs aujourd’hui dans le… baby-foot, où les buts des milieux de terrains sont, dans certaines variantes, appelés « demis ».

Le WM : la révolution

Mais, très vite, cette tactique va se révéler peu stable défensivement, et des évolutions vont être nécessaires. En effet, la règle du hors-jeu va faire son apparition, et un système plus axé défensivement va se faire urgent. C’est ainsi que des tacticiens de génie, comme le mister George Kimpton en France, vont mettre en place le WM. Celui-ci dominera le football mondial pendant de nombreuses années, jusqu’au fameux match Angleterre – Hongrie de 1953 qui verra le onze d’or triompher des inventeurs du football sur un score sans appel de 3 à 6.

Au niveau tactique, donc, le demi-centre axial (5) va reculer, prendre le nom d’arrière central, et se placer entre sa paire de centraux. Ceux-ci vont se décaler sur le côté et devenir arrière gauche (3) et droit (2). De leur côté, afin d’aider leurs deux demi-centre, les deux attaquants axiaux vont se transformer en meneur de jeu avancés. Voilà la naissance de l’inter gauche et de l’inter droit (10 et 8). Plus isolé, le 9 devient avant-centre, et les joueurs de côté prennent le nom d’ailier gauche (11) et droit (7).

Le WM numéroté à l'anglaise
Le WM numéroté à l’anglaise

Le 4-3-3 : grand changement tactique

L’arrivée du 4-3-3 est symbolique. En effet, il s’agit du premier système à mettre en place de façon pérenne la défense à quatre. En sus, il donne naissance à la numérotation moderne. Là encore, on a une évolution plus défensive (ou plus équilibrée, c’est selon !) du WM traditionnel. Ce système a cependant l’inconvénient de faire disparaître le poste d’inter.

Le demi-centre droit (4) descend en défense, en tant que stoppeur, et va se placer aux côtés du numéro 5, qui devient libéro. Si cette petite distinction a aujourd’hui disparue, elle reste quand même visible dans les défenses : on a souvent un défenseur technique et relanceur avec un autre défenseur plus dur sur l’homme. Le milieu restant prend le nom de milieu défensif (6), et est rejoint dans sa tâche par les deux inters : le milieu offensif (10) et le milieu relayeur (8). Devant, pas de changements majeurs, si ce n’est dans le travail défensif des ailiers, plus fort de nos jours.

4-3-3
4-3-3

Numérotations alternatives

C’est donc désormais à partir de cette numérotation que se font les numérotations obligatoires. Mais aujourd’hui, tout le monde à l’air de s’en battre gentiment l’œil. En effet, les numéros ne sont plus forcément liés aux postes sur le terrain : Pelé en a été l’instigateur, avec son numéro 10 alors qu’il jouait en pointe.

Mais les variations dans les numéros de maillot ne sont pas le fruit du hasard. En effet, on observe certaines variations dans la numérotation des maillots selon le pays. Ainsi, l’Argentine et le Brésil ont mis au point leur propre numérotation, assez différente de celle que l’on trouve en Europe et en Angleterre. Et depuis 1954, la FIFA impose aux sélections des numéros fixes, ce qui a mis fin au numéro poste…

4-4-2 argentin
4-4-2 argentin
4-2-3-1 brésilien
4-2-3-1 brésilien
Pour approfondir le sujet
A propos NSOL 748 Articles
« Quand un vrai génie apparaît en ce bas monde, on le peut reconnaître à ce signe que les imbéciles sont tous ligués contre lui ». (Jonathan Swift, 1667-1745)