Alors que les élections présidentielles ont vu Emmanuel Macron s’imposer, il nous semblait nécessaire de faire un lien avec le merveilleux monde du football. Des escrocs de partout et de l’argent qui coule à flot, ces deux secteurs ont beaucoup de ressemblances. Surtout, ne comptez pas sur nous pour nous abstenir. Pour les 11 candidats, nous trouverons un joueur, entraineur ou rapport avec le futchbol.

Allez, faisons dans l’ordre (croissant) du nombre de voix au premier tour. Petite précision, cet article n’est pas une publicité pour quelconque politique, ou parti politique.

Jacques Cheminade – Stade Vélodrome. Le saviez-vous ? Toutes les personnes qui ont voté pour M. Cheminade aux présidentielles tiennent dans le stade marseillais. Et encore, on pourrait y trouver 2 000 places en rab. Pour les plus minutieux : Jacques Cheminade a obtenu 65 598 voix (0,18%), alors que le nouveau “Orange Vélodrome” voit sa superficie grimper à 67 354 spectateurs. Mais seul inconvénient, la dernière fois qu’un politicien à ramener autant de monde dans un stade, ça s’est pas très bien terminé. Surtout dans un vélodrome.

Nathalie Arthaud – Jean-Michel Aulas. Un discours un peu répétitif, et des arguments un peu caricaturaux. En clair : “si je gagne pas, c’est à cause des riches”. Cependant, pas sur que Jean-Michel ait voté pour Nathalie.

François Asselineau – AS Nancy Lorraine. Dans les deux cas, ça n’attire pas grand monde. Un petit candidat qui aura été assez invisible et qui aura recueilli très peu de points. Mais bon, faut bien faire le nombre. (Fr)Exit Nancy, donc.

Philippe Poutou – Pascal Dupraz. Quand tout le monde est en costard, ils sont en pull de Noël. Tout le monde aimerait voir une discussion entre ces deux mecs. Autour d’un bon saucisson et d’un enchaînement de phrases bien ringardes, ils pourront également parler de leur équipe respective qui aura parfois fait du bruit. Mais sans ramasser les points.

Jean Lassalle – Geoffrey Jourdren. On comprend rien de ce qu’il dit sauf quand c’est des conneries, mais on l’aime bien. Voir ces deux personnes représenter respectivement la politique et le football français, c’est la République qu’on aime tous.

Nicolas Dupont-Aignan – Bafétimbi Gomis. Loin de faire l’unanimité la première fois, puis perdre la seconde fois en s’associant avec un ennemi. Ou quand l’hypocrisie n’arrive pas à vaincre. Il leur aura tous les deux manqué un petit quelque chose : 0,30% pour l’un, et le sens du placement pour l’autre.

Benoît Hamon – Jesé Rodriguez. Arrivant d’une équipe/d’un partie qu’on peut qualifier de valeur sûre, cette année aura été une chute pour lui sur son côté gauche. Faire 6% aux présidentielles avec le PS ou finir à Las Palmas, quel est le pire ? En tous cas, leur progression restera, dans le futur, à analyser.

Jean-Luc Mélenchon – Kylian Mbappé. Auteurs d’une grosse progression avec le dernier exercice, ils auront tous les deux su susciter beaucoup d’engouement. Insoumis face aux riches, l’un l’aura montré par son communisme et l’autre par ses buts dans les gros matchs. Au niveau de l’âge par contre, c’est pas la même. Qui a parlé de Maxwel Cornet ?

François Fillon – Claude Puel. Profiter d’être à la tête d’une puissance pour y mettre toute sa famille, cela n’est pas une mauvaise idée. Mais bon, quand c’est cramé ça fait mal par contre. Rajoutez qu’ils sont obligés de parler anglais (l’un pour sa femme, l’autre pour le travail), et la ressemblance s’accentue. Les avons-nous déjà vu ensemble dans la même pièce ?

Marine Le Pen – Rachid Ghezzal. Ces deux noms côte à côte, on peut trouver ça surprenant. Mais si on analyse bien, leur jeu très à droite et la répétition de leurs mêmes atouts font d’eux des personnages prévisibles, et presque agaçants. Mais quand ta famille est dans le même milieu que toi, c’est pas toujours bon pour ton image…

Emmanuel Macron – Valère Germain. Il sont jeunes, petits, et ils zozotent. Pas grand chose de plus à rajouter, si ce n’est qu’ils auront tout les deux bien gagné cette année, tant au niveau politique que sportif. On dit souvent que son programme est vide, mais tout le monde n’a pas la chance de s’y connaitre en musculation. Ne t’inquiète pas Valère.

Autre(s) article du genre :

Si les joueurs de Ligue 1 étaient au gouvernement

 

A propos François 128 Articles
Rédacteur pour demivolee.com et fier de lettre.