C’est officiel : Schalke 04, un des clubs les plus titrés en Allemagne, prend la direction de la Bundesliga 2. Le club de la Rhur habitué a la coupe d’Europe connait un déclin fatal et, à la manière du HSV Hambourg ou encore du VfB Stuttgart, n’échappera pas à la relégation.

Des mercatos très moyens, une gestion des ventes catastrophique 

Nous sommes loin des années où Schalke 04 arrivait à attirer des joueurs comme Raul, Klass Jan Huntelaar, Kevin-Prince Boateng ou encore la fusée péruvienne Farfán. Ajouté à cela une formation efficace avec des joueurs comme : Manuel Neuer, Benedikt Höwedes, Julian Draxler, Leroy Sane etc., ces belles transactions permettaient aux Royal Blues de réussir des saisons abouties avec de très bons résultats. Il y a cette coupe d’Allemagne et cette demi-finale de Ligue des champions en 2011 par exemple. Ou encore une belle compagne en 2013 avec la très belle victoire sur Arsenal à l’Emirates Stadium : cette année-là, Schalke finissait 1er de son groupe devant les Gunners.

Klaas Jan Huntelaar arrive à Schalke 04 en 2010 en provenance du Milan AC pour 14 millions d’euros

Mais après cette belle période, les dirigeants commencèrent à commettre beaucoup d’erreurs concernant la vente de joueurs. Joel Matip, Sead Kolasinac, Leon Goretzka, Max Mayer, Lewis Hotby, Alexander Nubel tous partis gratuitement direction l’Angleterre pour la plus part d’entre eux. Et quand on connait la possibilité de récupérer pas mal d’argent des clubs anglais, cela montre la très mauvaise gestion et le manque de flair des dirigeants en place, même s’ils ont réussi quelques ventes intéressantes comme celle de Draxler à hauteur de 43 millions d’euros, ou Leroy Sane pour 52 Millions qui a pris la direction de la Premier League à Manchester City.

Une crise financière dévastatrice et une guerre en interne qui fait mal

Avant la pandémie du Covid-19, Schalke 04 cumulait des dettes de 197 millions d’euros. La pandémie a achevé le club. Alors que la billetterie représente une manne importante pour le club, Schalke fait partie des clubs en Europe qui jouent quasiment tous leurs matchs à huis clos. Coté sportif, les directeurs techniques qui étaient en place depuis dix ans n’ont pas fait long feu. Comme Horst Heldt, Christian Heidel, ou encore Jochen Schneider, qui au moindre faux pas des résultats étaient éjectés. Des écarts auxquels on ajoutera une mauvaise gestion économique, et des déclarations limites du président Christian Tönnies, empruntes de racisme sur les joueurs africains, qui l’obligeront à démissionner.

Tous ces problèmes réunis ont eu un impact très négatif sur l’effectif, comme souligné plus haut. Avec l’arrivée de joueurs qui ont moins de talent que ceux qui partent, la plusvalue sportive ne suit pas. Dites-vous que Schalke a recruté cet été des joueurs remplaçants dans des clubs moyens : Vedad Ibisevic (Hertha Berlin), Gonçalo Paciência (Eintracht Francfort) et Frederik Rönnow (Eintracht Francfort). En plus, beaucoup de cas d’indiscipline de certains joueurs comme Amine Harit et de l’une des stars de cette équipe Nabil Bentaleb n’aident pas à maintenir une atmosphère sereine. Hélas, tout ce bazar mène Schalke 04 à sa disparition de l’élite du football allemand.

Les nouveaux riches prennent le pouvoir 

Le Palmarès de Schalke 04 n’est pourtant pas mal du tout avec 7 Bundesliga, 5 coupes d’Allemagne, 2 coupes Intertoto et une coupe de l’UEFA en 1997. Avec 8 participations européennes sur les dix dernières années, cela montre que Schalke est un candidat sérieux en Allemagne. Souvent relégué au second rang derrière le Bayern Munich et l’ennemi juré le Borussia Dortmund, la saison 2017-2018 en est le parfait exemple. Dauphin du Bayern après une saison aboutie avec le jeune coach Domenico Tedesco, cela ne ne s’avère qu’être un one-shot. En plus de cela, l’émergence des nouveaux clubs riches comme Wolfsburg, Hoffenheim ou dernièrement Leipzig, les places sont de plus en plus chères, et les joueurs de plus en plus difficiles à avoir.

Enfin pour conclure, cette relégation en Bundesliga 2 ne peut faire que du bien aux Knappen. Ça leur permettra de reconstruire le club en entier, des dirigeants jusqu’aux joueurs pour un nouveau départ. Certes, le Derby de la Rhur contre le Borussia Dortmund nous manquera, même si une confrontation en coupe d’Allemagne est possible. Et la Bundesliga perdra un des plus beaux stades d’Europe, avec une ambiance qui n’est plus à présenter. Mais Schalke 04 n’est pas le premier club à connaitre cette désillusion et ne sera surement pas le dernier. Nous avons eu les Rangers en Écosse, Newcastle en Angleterre, Parme en Italie et j’en passe. Tous ces clubs ont réussi a revenir dans l’élite à un moment ou un autre.

A propos Tarik Boulouh 11 Articles
Chroniqueur Sportif chez Radio Campus Montpellier. Chroniqueur dans l’émission Sport'N'Chill (RCM). Rédacteur Demivolee.com