Dites au revoir la Coupe des confédérations et bonjour à la Coupe arabe des nations. Cette compétition se déroulera dans un an tout pile, du 1er au 18 décembre 2021. Qu’est-ce que c’est ? Pourquoi faire ? Et quid de la tant adorée Coupe des confédérations ? 

Répétition générale

La Coupe des confédérations fut créée en 1992. Cette compétition était une sorte de préparation pour le Mondial qui suivait. Le but était de tester les stades et les infrastructures du pays hôte, un an avant la date fatidique de la compétition la plus scrutée de la planète. L’année de battement entre les deux compétitions laissait ainsi le temps au pays hôte de procéder aux dernières retouches. Mais la FIFA fit table rase de la Coupe des confédérations en 2019 pour laisser place à la Coupe du monde des clubs à 24 participants dans un calendrier toujours plus chargé. De fait, le Qatar, pays organisateur du prochain Mondial, l’a substituée par la Coupe arabe des nations qui se déroulera une année avant la Coupe du monde, soit dans tout pile un an.

Il faut savoir que la Coupe arabe des nations existe depuis des années. Elle vit en réalité le jour en 1963. La première édition s’est déroulée la même année à Beyrouth, au Liban, et fut remportée par la Tunisie. Mais cette compétition n’a jamais été reconnue par la FIFA, ce qui n’a pas empêché l’existence d’une Coupe arabe des clubs. Les clubs y participent donc beaucoup plus pour l’aspect financier que pour le prestige de la compétition. Toutefois, la FIFA vient officiellement de reconnaitre cette compétition sous sa nouvelle formule, confirmant ainsi que son but est de bien préparer le Mondial qatari.

Les 22 équipes participantes

Plusieurs grosses nations ont annoncé leur participation à ce tournoi. C’est la FIFA elle-même qui a envoyé les invitations. L’Algérie, championne d’Afrique en titre, y sera, tout comme le Maroc ou encore l’Egypte. Sans oublier bien entendu le champion d’Asie, le Qatar, qui sera le pays hôte.

Au total, l’Algérie, le Bahreïn, les Comores, Djibouti, l’Egypte, l’Irak, la Jordanie, le Koweït, le Liban, la Libye, la Mauritanie, le Maroc, Oman, la Palestine, le Qatar, l’Arabie Saoudite, la Somalie,  le Soudan, la Syrie, la Tunisie, les Emirats Arabes Unis et le Yémen se déplaceront pour la répétition grandeur nature de la Coupe du monde 2022.

“Considérée comme l’occasion idéale de tester les opérations et les installations avant Qatar 2022, la Coupe arabe se déroulera dans les mêmes créneaux horaires que la Coupe du Monde de la FIFA,” ajoute le communiqué de l’instance présidée par Gianni Infantino.

La seule question qu’on peut se poser concerne les joueurs. Les joueurs professionnels qui évoluent en Europe pourront-ils y participer ? Car si la compétition devient officielle, elle devient par conséquent une date inscrite dans le marbre dans le calendrier de la FIFA. Evidemment, si des joueurs comme Riyad Mahrez, Mohamed Salah ou encore Hakim Ziyech participent à cette compétition, cela donnerait un énorme coup de boost médiatique au tournoi, ainsi qu’au Qatar. Dans le cas contraire, ce seront les joueurs des championnats locaux des pays participants qui seront utilisés.

A propos Tarik Boulouh 8 Articles
Chroniqueur Sportif chez Radio Campus Montpellier. Chroniqueur dans l’émission Sport'N'Chill (RCM). Rédacteur NouvelleVue.com Rédacteur Demivolee.com