Un à quatre. One – four, Uno a cuatro. Quelque soit la langue, le choc est toujours le même. Le mardi 6 mars dernier, l’Ajax Amsterdam a obtenu bien plus qu’une victoire, bien plus qu’une qualification sur le terrain du triple tenant du titre. Elle a obtenu le respect du monde du football. Les néerlandais ont délivré un véritable spectacle, une leçon de football sans fausse note. Comment ? Grâce aux talents individuels et collectifs des De Jong, De Ligt ou autre Van de Beek, mais pas seulement. Car sur le banc amstelodamois figurait un entraîneur encore trop peu méconnu, qui est pourtant le disciple d’un des technicien les plus respectés au monde : Pep Guardiola. Cet homme, c’est Erik Ten Hag.

Un parcours atypique

C’est en 2012 que la carrière d’entraîneur d’Erik Ten Hag débute du côté de Go Ahead Eagles. L’ancien milieu relayeur de Twente ou d’Utrecht, qui avait mit un terme à sa carrière dix ans plus tôt est encore loin de se douter de ce que l’avenir lui réserve. Dès sa première saison, Erik Ten Hag marque les esprits du football néerlandais. Alors que son club avait pour objectif le maintien en seconde division, le tout jeune technicien parvient à accrocher la sixième et dernière place qualificative pour les barrages de promotion en Eredivisie. En série éliminatoire, il ne fait qu’une bouchée de de Dordecht (6-3), du VVV (4-0) et enfin du FC Volendam (3-1) pour décrocher son billet en Eredivisie, une première pour le club depuis dix-sept ans.

La patience plutôt que la gloire

Alors qu’il a l’occasion de briller en Eredivisie, il décide de quitter le club pour rejoindre une équipe réserve d’un cador européen. Quelle idée ! Pourquoi rejoindre une équipe réserve évoluant en quatrième division alors que l’on a l’occasion d’entraîner dans la première division de son pays et de se faire un nom en Europe ? Et bien, il s’avère qu’Erik Ten Hag est un homme patient et discret. Il ne cherche pas la popularité, et ne veut pas brûler les étapes. Cette équipe réserve, ce n’est pas n’importe laquelle. C’est le Bayern Munich II. Qui rejoint le Bayern Munich en 2013 ? Pep Guardiola.

Erik Ten Hag a saisi cette opportunité afin de pouvoir travailler au quotidien avec Pep Guardiola, et apprendre de son désormais mentor. Au cours des deux saisons passées en Bavière, Ten Hag n’a pas fait dans la demi-mesure. Vainqueur de son groupe la première saison, puis deuxième la saison suivante. Des performances qui, contrairement à ce que l’on peut penser, n’étaient pas fréquente pour les munichois. Ce n’était que le deuxième titre décroché par l’équipe réserve.

En plus des bons résultats, Erik Ten Hag a également fait quelque chose qui n’était presque jamais arrivé auparavant. Il a attiré les foules à venir voir un match de l’équipe réserve. Si l’on prend les statistiques avant son arrivée puis après son départ, l’affluence moyenne frôle les 500. Sur les deux saisons de l’entraîneur Néerlandais en Bavière, l’affluence moyenne dépassait le millier de spectateurs.

Pep Guardiola et Erik Ten Hag au Bayern Munich (crédit photo : T-Online)

Retour à la maison

Après deux saisons pleines en Bavière, Erik Ten Hag a d’une part obtenue de bons résultats et d’autres parts eu l’occasion d’apprendre auprès d’un des meilleurs entraîneurs du monde. Lorsque Utrecht souhaite l’engager lors de l’été 2015, il accepte le défi. Dès son arrivée, il signe un joueur totalement méconnu un certain Sébastien Haller. Avec des joueurs tel que l’ancien auxerrois ou encore Yassin Ayoub, les hommes de Ten Hag finissent cinquième et accrochent une place pour les playoffs en vue d’une qualification en Europa League, où ils furent finalement éliminés en finale contre Héraclès. Au cours de la saison, Ten Hag parvient notamment à tenir tête à… l’Ajax Amsterdam (victoire 1-0 puis nul 2-2 à la Johan Cruyff Arena).

La plus grande performance de la saison est sans aucun doute en Coupe des Pays-Bas. Après avoir éliminé Sneek, Groningue et Achille, Utrecht fait tomber le PSV, à Eindhoven. Les hommes de Ten Hag s’inclineront en finale face au Feyenoord. La saison suivante, Utrecht décroche cette fois ci une quatrième place en championnat. Après avoir battu Heerenveen en demi-finale de playoffs pour l’Europa League, Utrecht réalise une remontada énorme face à Alkmaar. Après avoir perdu 3-0 le match aller, les hommes de Ten Hag s’imposent sur le même score à la maison et remportent les playoffs au penalty. Alors qu’il débute sa troisième saison à la tête d’Utrecht, il s’engage en décembre en faveur de l’Ajax Amsterdam suite au licenciement de Marcel Keizer.

La vie en rouge

Il finit la saison sans grande pression ni objectifs si ce n’est celui de se qualifier en Ligue des Champions. L’été dernier, il perfectionne une équipe déjà bien homogène grâce à l’arrivée de joueurs tels que Dusan Tadic. Le club est une fusion de joueurs expérimentés (Schöne, Blind), de jeunes au potentiel indescriptible (De Ligt, De Jong, Neres) ou encore de joueurs au talent exemplaire (Ziyech, Tadic, Tagliafico).

Le début de saison est quasi parfait et l’Ajax de Ten Hag se révèle rapidement comme l’une des équipes à suivre cette saison. Avec une seule défaite en Ligue des Champions en ayant affronté des équipes comme le Real Madrid, le Bayern Munich ou encore Benfica, l’Ajax est probablement l’équipe la plus tendance en Europe cette saison. Erik Ten Hag est d’aileurs le premier entraîneur de l’Ajax à avoir été invaincu lors des cinq premières journées de phase de groupe de Ligue des Champions depuis Louis Van Gaal en 1994.

Le jeu de l’Ajax Amsterdam face aux autrichiens de Sturm Graz en juillet dernier, le total football de retour

Une tactique calquée sur Pep Guardiola

Le jeu pratiqué par Ten Hag nous remémore évidemment le jeu de Guardiola. Son style est basé sur la possession, des mouvements entre les lignes et une pression élevée envers les adversaires. Initialement, l’Ajax de Ten Hag évolue dans un 4-3-3 qui peut prendre la forme d’un 4-2-3-1 avec le duo Schöne / De Jong qui sont alignés en tant que relayeurs.

Le positionnement de Frenkie de Jong contre le Real Madrid (Crédit photo : whoscored)

Dans cet Ajax là, le rôle de Frenkie De Jong est capital. Lorsque son équipe défend ; ou est en difficulté, le joyau néerlandais redescend d’un cran afin d’épauler Blind et De Ligt en défense. Toutefois, De Jong est également capable d’apporter du soutien en attaque grâce à sa technique incroyable, ce qui fut le cas contre le Real Madrid.

Le positionnement moyen des latéraux néerlandais contre le Real Madrid (crédit : Whoscored)

Autre fait intéressant, le positionnement des deux latéraux, Noussair Mazraoui et Nicolas Tagliafico. Erik Ten Hag n’a pas hésité à encourager les deux jeunes perles à monter pour venir prendre leur rôle d’attquant intérieur. Ces derniers venaient ainsi respectivement soutenir David Neres et Dusan Tadic, auteur d’un match tout simplement parfait.

Si la première saison complète d’Erik Ten Hag à la tête de l’Ajax n’est pas encore finie, elle est sans aucun doute déjà réussie. A seulement 49 ans, le disciple de Pep Guardiola s’affiche comme un nouvel entraîneur à suivre dans les prochaines années et s’ajoute ainsi à la liste des Julian Nagelsmann, Eddie Howe, Pablo Machin ou autre Ivan Leko. Le coach néerlandais aura fort à faire la saison prochaine avec une équipe qui risque d’être fortement décimé cet été, et qui a d’or et déjà perdu son principal joyau. Avant cela, cap sur les quarts de finale de la Ligue des Champions, ou les néerlandais ont rendez-vous avec l’histoire contre la Juventus…

A propos Rijsel 17 Articles
"Le football est un jeu simple, mais il est extrêmement difficile de jouer simplement."