À la manière de son équipe, Rémi Oudin est une révélation de la Ligue 1 Conforama. L’ailier culmine déjà à neuf buts dans l’élite avec le Stade de Reims. Retraçons le parcours de ce jeune et prometteur joueur.

Son parcours

Rémi Oudin découvre le football en Lorraine, à Sarreguemines, avant d’être repéré par le FC Metz dont il rejoint la section jeune en 2008. Il n’est cependant pas conservé par le club mosellan et part avec son père pour une nouvelle aventure : Reims. Il rejoint le centre de formation en 2011 et s’engage dans la foulée pour le club champenois qui ne le teste même pas, conscient du talent peut-être caché lors de son passage au FC Metz.

Dans les équipes de jeunes, il connait quelques difficultés à s’imposer lors de sa première année en U17 et  U19, mais il parvient toujours à se faire une place dans le onze la saison suivante. Lors de la saison 2014-2015, le jeune Oudin inscrit vingt-deux buts et dix-sept passes décisives en U19.

Cette saison prolifique permet à Reims d’être champion de France en U19 et de découvrir la Youth League. L’aventure européenne tourne court face à Middlesbrough. Malgré une victoire 5-3 à l’aller où notre ailier marque un doublé et délivre une passe décisive, les Rémois sont éliminés après une défaite au retour sur le score de 3-0. Tandis que sa première saison en CFA2 se conclut avec dix-neuf buts en vingt-quatre rencontres.

Une formalité pour Oudin qui continue sa progression et décroche un contrat professionnel. Il débute en professionnel dans un match amical mais aussi hommage. Face au Real Madrid, il inscrit son premier but. Mais en Domino’s Ligue 2, le jeune Rémois a d’abord du mal à faire son trou. Souvent dans la rotation, il s’impose finalement en seconde partie de saison. Il effectue sa première réalisation en match officiel face au Chamois Niortais en 2016. Comme en équipe de jeunes, il a du mal à s’imposer lors de la première saison et dispute vingt-quatre matchs pour quatre buts et une offrande.

La saison suivante, en 2017-2018, ressemble un peu à la précédente.  Il ne parvient pas à s’imposer, avant finalement de se révéler. Ill joue là aussi vingt-quatre rencontres durant lesquelles il délivre sept passes décisives et autant de buts. En plus de ces statistiques satisfaisantes, il est champion de Domino’s Ligue 2.

Son style de jeu

Elégant avec le ballon, il s’agit d’un ailier très technique. Oudin développe dans les équipes de jeunes des qualités de buteur, avec de l’adresse mais aussi du sang-froid, même s’il en manqua face à Dijon (1-1). Les gauchers peuvent avoir quelques difficultés lorsqu’il s’agit d’utiliser son pied le plus faible, mais son but contre Nantes (1-0, que je vous laisse admirer) montre qu’il n’a aucun problème avec ses pieds.

Oudin est aussi un joueur qui ne rechigne pas à la tâche. Il est capable de descendre très bas pour récupérer les ballons et participer aux tâches défensives.

Avec son nouvel équipier, Arbër Zeneli, les deux joueurs techniques se comprennent parfaitement. Il n’est pas rare de voir la synergie de leur agilité technique éblouir le jeu rémois et faire des différences dans les rencontres.

L’avenir ?

Cette partie de l’article pourrait s’autodétruire si elle se révèle fausse.

Premièrement et idéalement, il confirmerait son niveau dans l’élite une année de plus sous les couleurs du Stade de Reims. Bien que la tentation des dirigeants pourrait être d’accepter des belles offres pour ce jeune joueur de 22 ans. Au début du mois de février, son entraîneur déclara dans France Football:

«Il y a encore un cap à franchir. Il a déjà beaucoup progressé depuis le début de la saison. Je ne suis pas inquiet pour sa marche en avant. C’est un très jeune joueur. Je rappelle que la saison dernière, il n’était pas titulaire en Ligue 2, il a commencé à jouer à partir de janvier. C’est un garçon qui a saisi sa chance, qui est en train de découvrir la Ligue 1, il n’a pas encore beaucoup de matches, il faut y aller doucement, il est encore en apprentissage.»

Ce cap, il pourrait le franchir durant une nouvelle pige à Reims, qui a l’avantage d’un environnement stable et d’un excellent entraîneur. Le choix de rester en terre champenoise une saison de plus semble donc être une évidence.

À l’avenir, il pourrait faire sa place dans un club jouant régulièrement la Ligue des Champions, voire dans la rotation d’un très grand club d’Europe. Mais nous en sommes encore loin. Il faut d’abord qu’il se montre encore plus décisif face au but et dans la dernière passe. Auteur de neuf buts et de deux passes décisives cette saison, l’ailier rémois a moyen de faire bien mieux. D’ailleurs son entraîneur, toujours dans France Football, annonça qu’il devait faire mieux cette saison devant le but. Mission accomplie avec ce début tonitruant de l’année civile 2019 ?

A propos Aloïs 183 Articles
C'est un viking, il rencontre un ami gaulois dans un port et le gaulois il lui fait : "dis-donc toi, avec ton casque à cornes ! présente moi ta femme tu sauras pourquoi t'as des cornes !"