Si les 4 premiers épisodes se sont centrés sur des joueurs de L1, pour ce 5ème opus, nous partons en Italie. À Rome, plus précisément, pour vous conter le premier match de Miroslav Klose avec le maillot de la Lazio. Oui, le meilleur buteur de l’histoire de la Coupe du Monde avec seize buts a bien réussi sa première.

Miroslav Klose : Enfance et début

Mirosław, transformé en Miroslav, Klose, même s’il est de nationalité allemande, est né le 9 juin 1978 à Opole, ville de Pologne d’un peu plus de 100.000 habitants. Il n’y restera pas longtemps, à peine 5 mois. En effet, son papa, Józef Klose, est footballeur professionnel et signe la même année à l’AJ Auxerre de Guy Roux. En France, on peut supposer qu’il y restera 7 ans, de mi-1978 à mi-1984. Dans l’hexagone ce sont l’AJ Auxerre et le Chalon FC qui se partageront donc les services du papa pendant ces années. Ce n’est qu’à la fin de la carrière de Józef que la famille retourne au pays, mais seulement pour quelques temps.

Ainsi, après seulement trois ans en Pologne, la famille Klose plie bagage et part en Allemagne. Elle en prend finalement la nationalité. Miroslav a 8 ou 9 ans et peut enfin penser à suivre les traces de son père.

Après avoir effectué ses classes en jeune au SG Blauback, Klose commence timidement sa carrière de footballeur. D’abord en 1998 au FC Hombourg, un club de division 3 dans la Sarre, région de l’ouest de l’Allemagne. Puis après une saison, où il ne peut éviter la relégation en D4, il signe avec la réserve de Kaiserslautern. Nous sommes en 1999 et l’attaquant sort de bonnes stats avec la réserve : 26 buts en 50 matches. De toute évidence, ces prestations suffisent à convaincre Otto Rehhagel de le passer chez les « A » pour la saison 00-01.

Révélation allemande

Il restera 4 ans chez les A des « Diables rouges » et cela se passera bien pour lui. En effet, ses prestations lui permettent de connaître sa première sélection et de marquer pour ce même match.

Mais surtout, il se révèle aux yeux du monde lors de la Coupe du Monde 2002. Klose finit la compétition avec 5 buts et mène l’Allemagne en finale. Cependant, malgré un nouveau statut, l’attaquant restera deux saisons de plus à Kaiserslautern. Il quittera la Rhénanie-Palatinat en 2004 après 147 matchs et 52 pions pour rejoindre le nord du pays. C’est donc au Werder Brême, champion en titre, que Miro continue son ascension. Avec les Verts & Blancs, il n’accrochera pas de titre de champion, mais finira meilleur buteur de Bundesliga en 2006 avec 26 buts. Ainsi, après 3 saisons à Brême, lui et son club cèdent aux sirènes du Bayern de Munich contre 15M€.

Haut et bas en Bavière

C’est donc en Bavière que Klose continue ses aventures allemandes et sa première saison est un succès. Le club fait le triplé, Championnat-Coupe de la Ligue-Coupe d’Allemagne et Klose s’illustre. L’attaquant finira la saison avec 21 buts et 12 passe décisive en 47 matches. Malheureusement, la suite de sa carrière au Bayern se compliquera pour lui, même si sa deuxième saison sera bonne. Il marque sa vingtaine de but et distribue une dizaine d’offrande, mais cette saison marque le début de la fin.

Tout d’abord, le Bayern fait une saison 2008-2009 blanche, ce qui fera grincer des dents le board bavarois. C’est donc naturellement que les dirigeants enclenchent un recrutement d’envergure qui sera fatal à Klose. L’attaquant fait les frais des arrivées de Mario Gomez et Arjen Robben avec, en plus, l’éclosion de Thomas Müller. Les deux dernières saisons de Miroslav au Bayern seront donc longues avec seulement 20 titularisations en championnat et 12 buts toutes compétitions confondues. Cependant, ce statut en club contraste avec celui qu’il possède en sélection où il est titulaire indiscutable.

Les portes ne sont pas Klose à plus de 30 ans

Ainsi en fin de contrat à l’issue de la saison 2010-2011, Klose quitte l’Allemagne pour rejoindre la Lazio de Rome. Malgré son âge, 33 ans à l’époque, l’attaquant est convoité par plusieurs clubs tel que Tottenham, Valence et Galatasaray. Finalement, c’est bien à Rome qu’il signera pour 2 ans, au grand bonheur d’Edy Reja. En effet, l’entraineur en poste à la Lazio demandait à son président un attaquant depuis un an.

Klose effectue donc son premier match lors des qualifications en C3 contre le Rabotnicki Skopje. Nous sommes le jeudi 18 Août 2011 et seulement un peu moins de 25.000 spectateurs assistent à la prestation de Klose.

Ce match, les Romains le prendront par le bon bout et ne laisseront aucune chance aux Macédoniens. En effet, Hermanes ouvrira le score des la 20ème minutes. Il faudra attendre la 39ème pour voir Klose être décisif et ainsi délivrer sa première passe décisive. L’Allemand est à la réception de la longue ouverture qui se dirige à droite de la surface adverse. Klose, à l’angle du rectangle des 5m50, ne se pose pas de question et la remet instantanément. Il réussit à reprendre du plat du pied et centrer pour Mauri qui se jette et double ainsi le score.

Une deuxième mi-temps de haute volée

Bien en jambe, l’ancien bavarois ne s’arrête pas là et continue sa prestation. Nous voici à la 52ème minute, Klose, à 35m du but, efface son défenseur et s’avance à l’entrée de la surface. Avec un petit coup d’œil à gauche, il voit Djibril Cissé démarqué dans la surface. La suite ? Passe du pied droit pour le français qui enroule son ballon qui finit dans la lucarne opposée. Les jeux sont faits mais le score ne va pas s’arrêter là. L’Allemand non plus. Alors que Cissé s’offre un doublé pour porter le score à 4-0, Klose en veut encore.

Ainsi, à la 87ème minute, suite à une passe en profondeur, Miro profite des errements de la défense pour s’enfoncer dans la gauche de la surface. Ce dernier, à l’entrée des 5,5m, crochète son vis-à-vis et remet en retrait à Rocchi. L’attaquant, quasiment au point de penalty, décoche une frappe qui sera déviée par un défenseur pour finir sa course au fond des filets. Alors que le score est de 5-0, la Lazio pousse encore et inscrit le 6ème but à la 90ème. Suite à une ouverture venue du milieu de terrain, Rocchi remet du plat du pied dans l’axe pour Klose. L’attaquant ne se fait pas prier et vient glisser le ballon sous la barre du gardien. C’est ainsi, avec trois passes décisives et un but, que Miroslav Klose débute son aventure romaine.

Après ce match

Klose restera 5 ans dans la capitale, il jouera donc au foot jusqu’à ses 38 ans tout en restant performant. En effet, en 171 matchs avec les Biancocelesti, il inscrira 63 buts et délivrera 35 passes décisives. Durant cette période, il remportera la Coupe d’Italie en 2013 puis la Coupe du Monde 2014 avec la Mannschaft. Il s’illustrera aussi en inscrivant cinq buts en 41 minutes contre Bologne en 2013.  Il ouvrira le score à la 22ème minute puis conclura pour le 6-0 à la 61ème. Une performance qui n’avait pas été réalisée depuis 1986 et Roberto Pruzzo. Il donnera aussi la victoire à la Lazio dans le derby contre l’AS Roma en 2012 grâce à un but dans les arrêts de jeu.

Ainsi, le joueur met un terme à sa carrière à l’issue de la saison 2016. Lors de sa carrière, il aura cumulé 737 matches, inscrit 303 buts et délivré 166 passes décisives. Il est aussi le meilleur buteur de la sélection allemande avec 71 buts, devant Gerd Müller. Depuis sa retraite, il est actuellement l’entraîneur des U17 du Bayern Munich.

Quelle trace ?

L’homme est discret, sobre, travailleur et fair-play, en témoigne son trophée du Fair-play reçu en 2012 et ces deux anecdotes. La première alors qu’il était au Werder Brême, il avait signifié à l’arbitre que le penalty sifflé pour lui suite à un contact avec le gardien ne devait pas l’être. La seconde fois sous le maillot de la Lazio, Klose avait marqué de la main et l’avait ensuite signifié à l’arbitre.

Miroslav Klose laissera l’empreinte d’un redoutable attaquant, à qui il n’en faut qu’une pour la mettre au fond. Très bon de la tête, renard des surfaces, il ne fait jamais de geste superflu et spectaculaire. Ce qui contraste avec sa célébration qu’il effectue parfois après un but : un saut périlleux.

Mais surtout, il restera pour quelques années encore le meilleur buteur de l’histoire de la Coupe du Monde avec 16 buts. La Klasse.

A propos Prince Owski 351 Articles
Comme Ole Gunnar Solskjær en 1999, je suis le joker de luxe de DV. Heureux propriétaire du suffixe -Owski. "Qu’importe : on pourra même me traiter de fou, il n’y a que ces couleurs Parisiennes qui illuminent mon cœur. Et à chaque blessure, il saigne ce cœur-là. Mais il s’enflamme encore." Francis Borelli