Jeudi 14 juin 2018. Depuis plusieurs mois, cette date figure dans toutes les têtes des amoureux de football. En effet, aujourd’hui marque le début de la Coupe du Monde. Comme le veut la coutume, le pays organisateur ouvre le bal par le match d’ouverture. Cette année donc, la Russie aura la chance d’évoluer à domicile. Mais est-ce pour autant synonyme de réussite ? Eléments de réponse en se plongeant dans l’histoire du Mondial.

Historique des pays hôtes au Mondial

Analyse

Lorsque l’on se penche ainsi sur l’historique, on remarque rapidement un chiffre essentiel. Celui des 6 vainqueurs étant parvenus à soulever le trophée à domicile. Un exploit vieux désormais de 20 années, en 1998, effectué par la France. Avant les Bleus, l’Argentine, l’Allemagne, l’Angleterre, l’Italie et l’Uruguay avaient déjà réalisé pareille performance. Autrement dit, 30% des pays hôtes se sont imposés. Plus que les 6 titres, il est important de noter qu’à 13 reprises, l’organisateur a rallié le dernier carré de la compétition. Des statistiques pouvant donner de l’espoir à la Russie. Notons également que, statistiquement, évoluer à domicile fait augmenter la moyenne de buts d’une équipe de 0.5 buts par match.

Néanmoins, évoluer à domicile lors d’une Coupe du Monde est également synonyme de pression. Le Brésil de 2014 peut en témoigner. Être porté par tout un peuple peut vous transcender mais aussi vous annihiler. Qui plus est lors des rencontres décisives où un hôte peut passer complètement au travers (Brésil 1-7 Allemagne). La Russie est consciente de ce piège même si la pression sera forcément différente pour le pays.

Si la Russie souhaite s’appuyer sur des éditions organisées par une équipe non favorite, elle peut se tourner vers 1994 ou 2002. En effet, des sélections moyennes sont parvenues à tirer leur épingles du jeu à domicile. Les USA en 1994 et le Japon en 2002 réalisent un parcours honorable en atteignant les huitièmes de finale. Mieux, la Corée du Sud a terminé quatrième de la même édition. Une véritable surprise. Mais attention, parfois la marche est beaucoup trop haute, comme ce fut le cas pour l’Afrique du Sud en 2010. Les Bafana Bafana n’étaient pas sortis de leur groupe, ce qui n’était jamais arrivé à un pays hôte.

La Russie, qui n’a plus passé le premier tour depuis 1986, connaît donc la marche à suivre pour faire vibrer les siens durant le Mondial.

A propos Ohpack 557 Articles
Entretiens une relation à distance avec l'Olympique Lyonnais. Suiveur de l'actu foot pour demivolee.com.