Tour du Monde n’est pas qu’une rubrique destinée aux hipsters végétariens, mais bien à tous les amoureux du football. Et surtout à ceux qui aiment sortir des sentiers battus pour découvrir des clubs atypiques. C’est donc, comme d’habitude, à l’étranger et à la découverte d’un club malheureusement trop peu connu en Europe que nous allons partir. C’est dans le seul pays se revendiquant ouvertement chiite, l’Iran, que nous allons mettre le cap. Attachez vos ceintures, éteignez vos mégots, et partons découvrir l’Esteghlal Khuzestan Football Club.

Dans le pays du gardien de la jurisprudence

Le saviez-vous ? L’Iran est une république islamique. En effet, depuis la révolution de 1979 conduite par l’ayatollah Khomeiny, c’est ce système politique qui est en place. En effet, le premier principe de la constitution iranienne affirme le statut théocratique du pays. Le pays obéit donc, compte tenu des amendements juridiques mis en place, à une version modernisée de la charria, la loi islamique. Le pays possède donc un “Guide de la révolution”, aussi appelé “gardien de la jurisprudence” ou “guide suprême”. Le titulaire actul du poste est Ali Khamenei, depuis le 4 juin 1989. Si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez visiter le site internet du leader. Mais gare à vous ! Si vous êtes choisi guide de la révolution, cela ne vous donne aucune supériorité devant la loi, puisque vous serez légalement égal aux autres. Et il vous faudra être juste, vertueux, ancré dans votre époque, gestionnaire et habile !

Outre cela, l’Iran reste quand même un pays extrêmement important dans la région. En effet, il compte plus de 80 millions d’habitants, et possède la dix-huitième superficie du monde. Et le fuseau horaire est UTC+3:30, ce qui signifie donc qu’il y a deux heures et demi de décalage avec la France. N’oubliez pas d’ajuster vos montres, donc, si vous planifiez, à la suite de ce Tour du Monde, de partir pour l’Iran. Dans ce pays, vous pourrez rencontrer Lors, Bakhtiaris, Baloutches, Arméniens, Turkmènes et Kachkaïs. Mais n’ayez crainte, il vous suffira de maîtriser le farsi pour pouvoir vous débrouiller dans la rue. Cette langue vous permettra donc de vous débrouiller, outre en Iran, en Irak, en Afghanistan, au Tadjikistan, en Hazaristan, dans certaines régions d’Israël et en Ouzbékistan. Puisque toutes les langues locales en sont des variantes.

On parlait de football

Revenons à notre sujet : l’Esteghlal Khuzestan Football Club ! Le club, donc, est relativement récent dans le paysage footballistique iranien. En effet, il n’a été fondé que le 3 décembre 2008. Le club est basé à Ahvaz, dans la province du Khouzistan. Vous noterez une forte similitude entre le nom transcrit du club (Esteghlal Khuzestan Football Club) et le nom de la province. Le club évolue depuis cette période sous un splendide maillot bleu foncé, avec une tenue extérieure blanche. Cependant, durant les trois premières années de son existence, l’Esteghlal Khuzestan Football Club n’évolue qu’en division inférieures. Il faut attendre le rachat en 2011 de la licence de l’Esteghlal Jonoob pour voir le club évoluer au niveau professionnel, en deuxième division. La première saison sera placée sous le signe du maintien, avant que la deuxième soit teintée de plus d’ambitions. En 2012-2013, enfin, ils obtiennent le maintien en première division.

Et en 2013-2014, l’Esteghlal Khuzestan Football Club dispute donc la première saison de son histoire en première division. La saison s’achève sur une jolie douzième place. Mais la seconde sera plus compliquée, puisqu’ils finiront barragistes, sauvés lors de ces barrages. L’Esteghlal Khuzestan Football Club recrute donc de nombreux joueurs prometteurs de seconde division, notamment de la réserve du Foolhad Ahvaz, pour enrichir l’effectif. Et la saison 2014-2015 verra, déjouant tous les pronostics, l’Esteghlal Khuzestan Football Club remporter le titre de champion. Le club aura imposé son rythme dès le début de la saison, et surtout fini en trombe le championnat. Ce premier titre est, jusqu’à présent, le seul de l’histoire du club du Khouzistan.

Formidable outil

Son succès, l’Esteghlal Khuzestan Football Club l’a aussi construit sur ses infrastructures. En effet, le club évolue depuis 2012 au stade Ghadir. C’est dans ce stade également qu’évoluent les rivaux du Foolhad Ahvaz. Détenu par le ministère de la Jeunesse et des Sports, il est laissé en gestion au deuxième des deux clubs cités. Sa construction a durée six ans, sous les ordres de l’architecte Zohreh Malileh Farshid. Equipé d’une pelouse naturelle, il a une splendide capacité de 51 000 places. Le stade ne sert pas uniquement au football, puisqu’il est multisport. Et, dans les prochaines années, l’Esteghlal devrait en être le seul occupant, suite au déménagement à venir du Foolad dans son stade au sud-est de la ville.

L’Iran est donc doté, grâce à ce stade, d’un réellement bel outil. Mais malheureusement pour eux, ce dernier n’est pas connecté, ne produit pas de miel et n’est pas doté de Wi-Fi. Aucun risque donc pour les supporters de l’Olympique lyonnais de voir le club s’exporter en Iran. Au grand dam, sans doute, des supporters de l’Esteghlal Khuzestan, qui peuvent rêver d’être rachetés par un magnat du pétrole ou du gaz iranien, pour acheter des joueurs de grande classe. Et pourquoi pas braquer le Paris Saint-Germain, en payant 400 millions pour Neymar ou 190 millions pour Mbappé.

Vous pouvez retrouver nos précédents épisodes de Tour du Monde en cliquant sur les liens ci-dessous :
  1. Abdulrahim Jumaa
  2. Coin Nord de Mitsamiouli
  3. Bohême-Moravie
A propos NSOL 762 Articles
« Quand un vrai génie apparaît en ce bas monde, on le peut reconnaître à ce signe que les imbéciles sont tous ligués contre lui ». (Jonathan Swift, 1667-1745)