Aujourd’hui, les qualifications de la zone Europe ont quasiment rendues leurs verdicts. Mais vous êtes vous déjà seulement demandé pourquoi l’Europe était ce qu’elle est ? Voyage dans le temps à l’origine de l’Europe.

A l’origine du mot

Le mot « Europe » renvoie d’abord à un espace de la surface terrestre, avec des limites conventionnelles. Il est constitué par 49 Etats et 750 millions d’habitants. Le terme « Europe » remplace également par abus de langage bien souvent l’Union Européenne. L’Union Européenne à 28 compte 510 millions d’habitants ; et constitue un ensemble d’institutions. Enfin, le mot « Europe » renvoie à une ancienne civilisation ; le terme est plus flou sur l’étendue. D’où l’idée d’une utopie, d’un idéal politique (l’Europe unie). Le mot « Europe » s’identifie beaucoup à l’Occident, avec le passé d’Occident chrétien au Moyen-Âge. L’Occident est pour certain un rêve, pour d’autre un ensemble à abattre.

Aux racines du concept…

La première occurrence du terme Europe est dans un poème du grec Hésiode, L’île homérique à Apollon, au VIIIème siècle av. J.C. Les auteurs l’ont employé peu à peu, en renvoyant le terme à la mythologie.

La mythologie

Europe était la fille d’un roi de Phénicie, Agénor. Elle est enlevée par Zeus transformé en un taureau, conduite en Crète, et s’accouple avec le taureau. Un de ses enfants, Minos et l’autre, Rhadamanthe, sont les symboles de la justice.

Ce mythe représente l’amour, l’alliance d’un mortel avec un Dieu, mais aussi un rapt voire un viol. La signification grecque du mot Europe, c’est « le regard profond ». Europe, c’est ce qui n’a pas de limite.

« Le dieu Apollon affirme sa volonté de construire un temple à Delphes, dit-il, pour ceux qui habitent le gras Péloponnèse, comme ceux d’Europe et des îles ceintes par les flots », écrit Hésiode. On commence géographiquement à définir l’Europe, grâce notamment à Hérodote au Vème siècle av. J.C. L’Europe est entre l’Adriatique et la mer noire. A cette époque, l’Europe, c’est les Balkans. Cette conception continue jusqu’à Alexandre le Grand. Les terres désignées par le concept d’Europe vont évoluer jusqu’à devenir toute l’air géographique au Nord et à l’Ouest de la Grèce.

Cela désigne ensuite l’intégralité des territoires qui séparent l’Afrique et l’Asie, de Gibraltar au Bosphore.

L’invention du concept d’Europe désigne une opposition fondamentale, avec les mèdes et les perses lors des guerres médiques. Les mèdes sont désignés dans l’Asie, et les grecs dans l’Europe. L’Occident et l’Asie s’opposent.

Les descendants d’Enée, qui partit de Troie en flamme, ont fondé Rome. C’est un transfert de l’Orient vers l’Occident. Comme la princesse mythologique.

Plus géopolitiquement, la bataille d’Actium, en 31 av. JC, qui marque la victoire d’Octave Auguste contre Marc-Antoine et Cléopâtre, marque la victoire de l’Occident romain sur l’Orient romain. Le centre de gravité de l’Empire est à Rome, et non Alexandrie. L’Europe, c’est le Nord-Ouest. Le concept continue à faire séparation entre l’Est et l’Ouest, une domination de l’Est sur l’Ouest.

Du mythe à l’histoire

Une des significations du mythe d’Europe, c’est le déplacement des masses de population de l’est vers l’ouest. Les doriens et les ioniens, lors de la Grèce pré-hellénistique, ont migré. Les doriens sont venus piller les phéniciens, et il y a eu un rapt de femmes nobles de Phénicie par les doriens. D’où l’idée de l’enlèvement d’Europe. Il y a aussi l’inversion des valeurs : le viol d’Europe représente le passage devant des valeurs masculines devant les valeurs féminines auparavant mises en avant (Vénus de la fécondité). Des valeurs plus violentes et plus masculines se sont imposées.

Ce passage d’Europe par la Crète représente aussi le passage des phéniciens par l’île pour entamer des relations commerciales. Il y a eu aussi le passage en Thrace avec des comptoirs. Il y aurait eu des colons phéniciens venus en Crète, qui auraient découvert la légende d’Europe, et auraient lors des colonisations diffusé la légende. Les populations venues de l’orient auraient fondé les villes de Thèbe et Delphes, et fondé la civilisation grecque.  C’est une translation de faits civilisationnels. La révolution néolithique fait passer le centre de la Mésopotamie vers la Grèce et Rome. L’orient féconde l’occident.

Le mythe d’Europe sert aussi à se singulariser de l’Asie, même si le fait civilisationnel vient d’Asie.

Penser l’Europe

L’Europe est une représentation historique : comme l’Amérique, selon le moment de pensée, cela ne signifie pas la même chose.

A partir du VIème siècle est élaboré une conception des territoires terrestres : on essaye d’individualiser les différents espaces. Après les travaux d’Isidore de Séville, il y a l’identification du concept du « T dans l’O », autour d’une espèce de mappemonde avec trois contient.

Les découvertes de Colomb bousculent l’ordre du monde. Les découvertes de l’Orénoque ou l’Amazone permettent d’identifier l’existence de grands continents. Waldseemüller en 1507 crée le premier globe et donne le nom d’Amérique en hommage à Amerigo Vespucci. Cela entraîne une lecture différente de la Bible : voir le caractère laïque. Les européens prennent alors l’habitude de nommer les espaces terrestres, de les cartographier, de les nommer. Le concept d’Océanie est ensuite inventé au XIXème par les Européens…

En 1570, les cartes précises du monde européo-centré du monde apparaissent. Pour les européens, l’Europe domine et règne au centre. L’Asie est présentée comme opulente, riche et à dominer. L’Afrique apparaît sauvage, brûlée par les ardeurs du soleil, et l’Amérique est représentée par des cannibales.

Et le football…

Le football s’est, comme chacun le sait, développé à l’origine en Europe. Et si aujourd’hui le vieux continent se partage avec l’Amérique du sud la majorité des titres internationaux majeurs, c’est bien parce qu’il y a eu au fil de l’histoire une forme de domination culturelle de l’Europe. Sans vouloir revendiquer les bénéfices de celle-ci, rappelons que si le sport-roi nous unit aujourd’hui, c’est aussi parce que l’Europe a dominé le monde. Et a importé le football aussi bien en Éthiopie qu’en Asie.

 

A propos NSOL 763 Articles
« Quand un vrai génie apparaît en ce bas monde, on le peut reconnaître à ce signe que les imbéciles sont tous ligués contre lui ». (Jonathan Swift, 1667-1745)