Jean-Michel Aulas, le président emblématique de l’Olympique lyonnais, l’a confirmé en conférence de presse. Après des propos jugés durs contre Bruno Génésio, que nous vous dévoilions en exclusivité en France, le patron de Lowicz, Maciej Rybus, devrait quitter l’OL. Arrivé l’été dernier libre de tout contrat, il rejoindra très probablement le Lokomotiv de Moscou.

Un pari avec du charme

L’arrivée de Maciej Rybus avait pourtant de quoi séduire à l’Olympique Lyonnais. En effet, Lyon recrutait gratuitement un titulaire en sélection polonaise. Chez les récents quarts de finalistes de l’Euro, sa place en effet n’était pas usurpée. Et à ceux qui critiquent le faible niveau de la sélection polonaise, le classement FIFA leur coupe le sifflet. En effet, l’équipe nationale de Pologne est classée devant son homologue français. Avec ses quarante sélections, ce joueur encore relativement jeune (26 ans au moment du transfert) était donc confirmé sur le plan international.

De plus, le choix de Maciej Rybus témoignait d’une philosophie de jeu séduisante. Ailier droit reconverti arrière gauche, Maciej Rybus était vraiment un choix offensif. D’ailleurs, dans une équipe où les latéraux ont toujours été les premiers attaquants, le choix de celui qui deviendra le numéro 31 de l’OL était plus que logique. Et offrait une alternative à Jérémy Morel, lui beaucoup plus connu pour ses facultés à défendre et ne pas prendre de risques offensifs. Et ce parfois même à l’excès.

Enfin, le transfert de Maciej Rybus, gratuit, ne présentait pas grand risque. Certes, il s’agissait d’un pari pour un joueur n’ayant évolué qu’au Legia de Varsovie et au Terek de Grozny, mais, avec un salaire modique et une indemnité de transfert nulle, il est certain que les risques n’était pas très forts. Surtout, la polyvalence de Maciej Rybus était une qualité mise en avant par Florian Maurice. Car contrairement à nombre de joueurs qui ne savent pas évoluer des deux côtés du terrain, Maciej Rybus a été expert en reconversion au cours de sa jeune carrière.

Maciej Rybus ou l’échec Génésio

Si l’on se penche de plus près sur le cas de Maciej Rybus, l’on se rend compte que son passage en demi-teinte à l’OL est avant tout dû à Bruno Génésio. En effet, ce dernier n’a rien fait pour le mettre en confiance. Souvent aligné en octobre, il a subitement perdu sa place en défense, sans explications, alors qu’il avait réalisé un match somme toutes correct lors d’une victoire 6-0 face à Nantes. Et Maciej Rybus donnait pourtant satisfaction ! Mais, voyant son équipe friable défensivement, Bruno Génésio a décidé de renforcer son onze en mettant des joueurs défensifs. Alors qu’un travail tactique à l’entraînement aurait sans doute permis d’obtenir des résultats de meilleure facture.

Et à partir de ce moment-là, Bruno Génésio n’a eu qu’une idée en tête : rendre son équipe solide derrière. Pour cela, outre le 352 positionnant Jérémy Morel ailier gauche, Bruno a eu d’autres idées. Parmi elles, le double-pivot Gonalons-Tousart qui a définitivement scellé le départ de « Capitaine Max ». Ou encore l’entrée en fin de match, de temps en temps, de Maciej Rybus au poste d’ailier gauche. Soit le poste où il a le moins de capacité à faire la différence. Et également le poste le plus fourni à l’OL à ce moment là (Valbuena, puis Memphis, ainsi que Maxwel Cornet). Alors que l’aile droite, poste de formation de Maciej Rybus, était complètement laissée à l’abandon (Rachid Ghezzal se partageait le couloir avec Max’ Cornet).

Et puis, à un moment donné, Maciej Rybus n’est plus du tout apparu dans le groupe des 18. Des apparitions en CFA ont eu lieu, puis même des matchs où il n’était appelé ni par l’équipe première, ni par la réserve. Au final, il ne dépassera pas la barre des trente apparitions sous le maillot de l’OL.

Maciej Rybus : Europa Man

Pourtant, Maciej Rybus avait effectué des apparitions plus qu’intéressantes en Europa League. En effet, après une bonne partie aller face à Alkmaar, l’on pouvait penser revoir Rybus. Malgré la victoire 4-1, au match retour, Bruno Génésio n’a pas souhaité redonner sa chance au joueur en manque de temps de jeu. En préférant titulariser Rafael, qui pourtant enchaînait tous les matchs. Cela est incompréhensible, et un entraîneur qualifié n’aurait sans doute pas fait ça. On peut cependant comprendre que Génésio n’aie pas choisi de l’aligner face à l’AS Roma, ayant peur d’attaquer.

Mais pourtant, Rybus a été précieux à l’OL en Europa League. Lors du 1/4 de finale retour et des tirs-aux-buts face à Besiktas notamment. Car Maciej est rentré pour tirer son pénalty. Il a marqué. Sans trembler. Au contraire d’un certain Simone Zaza, qui, dans la même situation, n’a pas réussi à surmonter la pression. Et l’Olympique lyonnais s’est qualifié.

Maciej Rybus et son numéro 31, qualifiant l'OL en demi-finale de Coupe d'Europe
Maciej Rybus et son numéro 31, qualifiant l’OL en demi-finale de Coupe d’Europe

L’autre de ses performances en Europa League est arrivée face à l’Ajax d’Amsterdam. Pas dans le groupe à l’aller, on pouvait s’attendre à le voir au match retour, plutôt que l’inoffensif Jérémy Morel. Et malgré les trois buts à remonter, le coach lyonnais a choisi de bétonner. Voyant la situation mal embarquée, il a quand même fait rentrer Rybus. Ce dernier, en moins d’un quart d’heure, a fait les différences sur son côté. Et il a délivré une passe décisive, à Rachid Ghezzal.

Finalement, l’échec relatif de Maciej Rybus à Lyon n’est pas du tant aux qualités intrinsèques du joueur – il ne serait pas international sinon – qu’au fait que l’OL n’aie pas réellement pris en compte le profil atypique de son numéro 31. Bon vent, Maciej, et bon courage !

A propos NSOL 748 Articles
« Quand un vrai génie apparaît en ce bas monde, on le peut reconnaître à ce signe que les imbéciles sont tous ligués contre lui ». (Jonathan Swift, 1667-1745)