Simone Zaza, en entrant en jeu face à l’Allemagne dans les derniers instants de la prolongation, avec l’Italie, à l’Euro, avait échoué sur pénalty. Mais malgré ce premier échec à l’Euro, cet tactique est restée dans les esprits. A tel point que Bruno Génésio a décidé de faire de même. C’est ainsi le polonais Maciej Rybus qui est entré en jeu dans les dernières secondes de la prolongation. Et l’international polonais a offert la qualification aux siens. Je vais donc vous prouver pourquoi il s’agit bien ici du héros lyonnais de la Ligue Europa. Celui qui va emmener Lyon très haut.

Des événements contraire à Rybus

Bruno Génésio ne fait pas confiance à Maciej Rybus. En effet, celui qui compte plus de quarante sélections en équipe de Pologne n’est pas un titulaire dans l’esprit du coach lyonnais. Certains pensent sans doute que cela est dû à son niveau trop faible. Mais quand on voit les carences tactiques de Génésio, malgré tout ce qu’Aulas peut en dire, comment ne pas rester dubitatif. En effet, voir Houssem Aouar en tribune et Rachid Ghezzal titulaire peut sembler un contresens tactique. Mais certains se trompent de victime, et s’acharnent sur le joueur de côté Polonais.

Car quand on est né à Łowicz, ville de 30 000 habitants, on sait comment jouer au football. Ce n’est pas un hasard si le grand Legia Varsovie l’avait repéré. Ce n’est pas non plus un hasard si Daniel Ljuboja parlait de lui comme un ailier à la Robben. Car Maciej, avant d’être un arrière latéral, est un ailier droit. C’est d’ailleurs à ce poste qu’il s’impose au Legia Varsovie. Et quand on voit les performances en demi-teinte de Maxwel Cornet et celles effroyables de Rachid Ghezzal, on se demande comment Bruno Génésio peut ne pas faire confiance à Rybus.

En plus, quand Bruno Génésio se décide à le faire jouer, c’est au poste d’ailier gauche, poste qui n’est pas celui auquel il est habitué, souvent dans les dernières minutes de la rencontre. Et avec Jérémy Morel comme latéral, le dédoublement est encore plus compliqué. Et quand il joue arrière gauche, malgré quelques carences défensives, il apporte. Cela, Génésio l’avait vu, et l’a titularisé face à Bastia. Mais les événements ont été contraires au Polonais, avec notamment les agissements Bastiais sur les joueurs lyonnais.

Docteur Maciej & Mister Rybus

Mais malgré toutes ces actions contraires, Maciej Rybus reste important. D’abord dans la vie de groupe, car le Polonais ne fait pas de vague, et possède l’amour du maillot. Il ne se plaint jamais de son faible temps de jeu, du fait d’être forcé d’évoluer à un poste qui n’est pas le sien. Non, Maciej Rybus est le footballeur que tout effectif rêve d’avoir, au moins dans la mentalité.

Et le fait de jouer, enfin, le rend heureux. C’est tellement rare d’avoir un joueur qui aime le football que cela fait plaisir. D’ailleurs, Maciej est un gagnant. Il se bat pour la Sainte Pologne, changeant de poste pour son maillot polonais. Maciej également fait don de son temps et de ses maillots pour des enfants malades. Et c’est beau de voire un joueur s’impliquer, pour son collectif et pour ses supporters.

Et quand il faut “porter ses couilles”, Maciej est le premier. Qui n’aurait pas eu peur de rentrer à la 121e pour subir le même sort que Simone Zaza ? Qui n’aurait pas eu peur de frapper en 4ème tireur ? D’aucuns soulignent le courage de Gonalons, mais rappelons qu’il a frappé en 8ème, derrière un gamin de 20 ans qui ne compte que 27 matchs en pro dans les jambes, et en plus après un pénalty raté par l’adversaire. Maciej Rybus n’a pas tremblé, et a frappé son pénalty impeccablement. Car c’est lui le héros de cet OL. Le héros invisible, si doux en dehors et si hargneux sur le terrain.

A propos NSOL 762 Articles
« Quand un vrai génie apparaît en ce bas monde, on le peut reconnaître à ce signe que les imbéciles sont tous ligués contre lui ». (Jonathan Swift, 1667-1745)