Yatabaré : « Il braque ma voiture avec un pistolet »

Fans de football avec leurs fumigènes
Fans de football avec leurs fumigènes

Sambou Yatabaré a récemment été empêtré dans des affaires policières. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que cela aurait pu mal tourner.

Que s’est-il exactement passé le 28 juin dernier ?
Sambou Yatabaré : Avec ma femme et ma fille, on se trouvait en direction de l’aéroport de Roissy où on devait prendre un vol en direction de Nice pour y passer le week-end. A un moment donné, j’oublie de mettre le clignotant et le conducteur qui est derrière moi devient fou. Il se met à côté de mon véhicule, met des grands coups de volant, fait des gestes menaçants et il me demande de descendre dans le parking. Quand on arrive dans celui-ci, il descend de sa voiture et braque mon véhicule avec un pistolet.

Comment avez-vous réagi à ce moment-là ?
Lui affirme qu’il nous a précisé être policier quand il a braqué mon véhicule. C’est faux ! A aucun moment il ne l’a dit et il a encore moins montré sa carte ! Donc l’espace de quelques secondes, pleins de choses se bousculent dans ma tête. La première idée, c’est même de me dire qu’il veut me braquer mon véhicule.

D’ailleurs, au départ, je ne bouge pas de ma place. Mais ma femme est sortie de la voiture, elle s’est mise en face de son pistolet pour lui crier dessus en lui demandant de ranger son arme car notre fille nous accompagnait. C’est à ce moment que je rejoins ma femme en dehors du véhicule. Là, il est parti reposer son arme dans sa voiture. Mais il revient très rapidement vers moi, en me disant qu’il avait maintenant posé son pistolet et qu’on pouvait se battre.

Et c’est au moment où il s’est approché de moi que je lui ai mis un coup de poing. J’avais une chose en tête : le neutraliser afin qu’il ne retourne pas chercher son arme. Je voulais protéger, de cette façon, ma famille. Le coup de poing l’a sonné et on est rapidement parti.

Qu’est-ce qui s’est passé par la suite ?
Nous avons pris notre vol pour Nice. Mais je n’avais pas l’esprit apaisé. Je trouvais anormal que ma famille se soit fait menacer de la sorte. Donc le lendemain matin, j’ai pris un train pour Paris afin de porter plainte pour mise en danger de la vie d’autrui et menace avec arme. Mais le dimanche, les policiers sont venus me chercher chez moi afin de me placer en garde-à-vue. C’est à ce moment-là que j’ai appris que cette personne était policière.

Maintenant qu’une enquête est ouverte, espérez-vous que les caméras de surveillance du parking viendront étayer votre version ?
J’ai justement demandé à voir les vidéos et à ce qu’elles soient exploitées par la justice. J’avais espoir qu’elles permettent de vite régler cette affaire et qu’elles fassent la lumière sur tout ce qu’il s’était passé. On m’a rétorqué qu’il y a deux caméras à cet endroit mais que la première ne marche pas et que la seconde filme mais n’enregistre pas…

Moi, j’ai juste voulu protéger ma famille d’une personne qui était armée et qui n’a jamais dit qu’elle était policière. De toute façon, est-il justifiable qu’un policier qui n’est pas en service tente de provoquer un accident de la route puis menace une famille avec son arme de service pour un oubli de clignotant ?

A aucun moment, je n’arrive à comprendre qu’il ait pu perdre la raison pour un clignotant ! C’est juste dingue. Pour sortir une arme et braquer un couple et son enfant, il faut être fou !

Propos de Sambou Yatabaré via L’Equipe
A propos NSOL 402 Articles
“La liberté d'écrire et de parler impunément marque soit l'extrême bonté du prince, soit le profond esclavage du peuple : on ne permet de dire qu'à celui qui ne peut rien.” (Diderot)