Namakoro Diallo : « Baal fait partie des tous meilleurs »

Stade Rennais
Stade Rennais

Le capitaine de la réserve du Stade Rennais, Namakoro Diallo, a prolongé récemment son contrat. Le joueur de 20 ans portera donc deux saisons de plus le maillot rouge et noir. Arrière gauche de formation, il s’est exprimé sur le site de son club. Retrouvons les propos lucides et posés du jeune défenseur. Il explique notamment les bénéfices engendrés par l’arrivée de Christian Gourcuff au Stade Rennais.

Namakoro, signer un nouveau contrat est une grande marque de confiance…
Le but était de prolonger. Ce n’est jamais facile de confirmer après avoir signé un premier contrat professionnel. C’est un honneur de pouvoir s’inscrire dans la durée. Je dois maintenant tout simplement progresser pour intégrer le groupe pro.

Tu te projettes maintenant plus loin ?
Je n’ai pas de pression, le club me fait confiance. Cette prolongation va me donner le temps de progresser pour être prêt au moment venu. En CFA, il y a plusieurs jeunes joueurs professionnels. On travaille bien. Le groupe vit très bien.

Voir certains de tes copains sur les terrains de Ligue 1, ça donne envie ?
Joris (Gnagnon) et Adama (Diakhaby) ont été lancés cette saison. Ils ont joué pas mal de matchs et ça se passe bien pour eux. L’arrivée de Christian Gourcuff nous a fait du bien. Il est attentif à nos performances. Ça nous donne envie de donner le meilleur.

Les bons latéraux gauche de formation ne sont pas légion. Tu sais que c’est un profil rare ?
J’ai aussi joué plus haut, je n’ai pas perdu cette percussion. Je prends du plaisir à attaquer. Dans le 4-4-2 de Christian Gourcuff, les latéraux participent beaucoup dans les phases offensives.

Ludovic Baal joue à ton poste, c’est une grosse référence ?
Il fait de très gros matchs. J’apprends beaucoup en le regardant jouer. Franchement, avec ses performances, il fait partie des tous meilleurs latéraux de Ligue 1.

Propos de Namakoro Diallo via Stade Rennais
A propos NSOL 408 Articles
“La liberté d'écrire et de parler impunément marque soit l'extrême bonté du prince, soit le profond esclavage du peuple : on ne permet de dire qu'à celui qui ne peut rien.” (Diderot)