La mort de Cheik Tioté a ravivé de douloureux frissons. Ces douloureux frissons sont ceux de ces joueurs, comme une étoile filante, anges envolés, qui ont quitté la planète football. Pour rien, pour le pire, pour le meilleur. Mais qui nous laissent orphelins. De William Crooper le 13 janvier 1889, premier footballeur mort sur un terrain recensé, à Cheik Tioté le 5 juin 2017, retour sur ces joueurs morts sur le terrain de football depuis la création du football. Nous nous arrêterons ici en 1950.

L’étoile du matin

William Crooper est le premier mort recensé sur un terrain de football. Victime d’une rupture intestinale, à l’âge de 26 ans, contre Grimsby Town, le joueur de Staveley est devenu ce jour-là le premier de la série noire. L’écossais James “Daddy” Dunlop, le 11 janvier 1892, sera le second à succomber à la mort sur un terrain. Âgé de 21 ans, le joueur de St. Mirren contracte le tétanos en tombant sur un morceau de verre. Quatre ans plus tard, le 26 mai 1896, James Logan, 25 ans, est abattu par la pneumonie alors qu’il porte le maillot du FC Loughborough. Joe Powell, le 29 novembre 1896, décède du tétanos alors qu’il porte le maillot du Woolwich Arsenal, après s’être cassé le bras. Au 19ème siècle, la série noire s’arrête en janvier 1900 avec une nouvelle infection par le tétanos. C’est James Collins qui en est la victime, alors qu’il joue au Sheppey United.

Le 27 août 1902, c’est au tour du gallois de 35 ans Di Jones, alors à Manchester City, de rendre l’âme. En effet, à la suite d’une entaille au genou, sa blessure s’infecte, la gangrène le gagne, et une étoile s’allume dans le ciel. La première victime du tabagisme sera David “Soldier” Wilson. En effet, alors âgé de seulement 23 ans, le 27 octobre 1906, le joueur de Leeds souffre d’une attaque cardiaque. Mais voyant son équipe mal en point contre Burnley, il tente de retourner sur le terrain. Cela lui sera fatal. Un an plus tard, c’est au tour de Tommy Blastock, le défenseur de Man United de 25 ans. Heurtant de la tête le ballon en cuir alourdi par l’eau, l’écossais s’écroule pour ne plus se relever.

La couleur du désir

1er Janvier 1908. Boxing Day. Sheffield United reçoit Newcastle. Dans les rangs de Sheffield, Franck Levick est titulaire. Mais au cours de la partie, il se brise la clavicule. Rien de bien méchant, mais il doit aller à l’hôpital. Il y passera un mois. Au cours de ce mois, il contractera une pneumonie, et décèdera finalement d’une insuffisance cardiaque le 1er février 1908. Près de deux ans plus tard, James Main se déplace sur le terrain gelé de Partick Thistle avec Hibernian. Ce 25 décembre, “Jimmy” est percuté à l’estomac par un adversaire. Le choc est violent. Le 29 décembre, il décède des suites de ce choc.

Bob Benson fut un membre important de l’Arsenal de la 1ère Guerre Mondiale. Mais lors d’un match contre Reading, le joueur de 33 ans va s’écrouler. En effet, une de ses veines se sectionnera au cours de la rencontre. Il ne survivra pas à cette hémorragie interne, et décède le 19 février 1916. Horace Fairhurst, alors qu’il joue à Blackpool, à la fin de l’année 1920, est violemment heurté à la tête. Il décède le 7 janvier 1921 des suites de ses blessures, alors qu’il n’est âgé que de 27 ans. Jusqu’en 1921, donc, tous les joueurs décédés des suites d’un choc ou sur un terrain de football sont britanniques. Il ne s’agit malheureusement ici que des footballeurs recensés

Le sang versé

Le premier non-britannique a décéder sur un terrain de football est le malheureux Nikola Gadzic. Alors joueur du Hajduk Split, il attrape la tuberculose lors d’un match contre le Gradanski Zagreb. Alors qu’au cours de ce match, il inscrit un triplé, la vie ne lui fait pas de cadeau. L’attaquant yougoslave décède le 22 mai 1921. Le décès suivant arrive le 11 novembre 1923. Tom Butler, alors joueur de Port Vale, se casse le bras durant une recontre. Et cette blessure lui sera fatale, car il contracte le tétanos. La mort le happe, huit jours seulement après sa dernière partie de football.

Le premier français de ce tragique classement est Georges Le Bidois. Le gardien du Stade Olympique de l’Est et de l’équipe de France décède le 13 mars 1927. Et le suisse Politz s’en voudra toute ça vie. En effet, l’attaquant lui donne un violent coup de pied dans la carotide. Rapatrié au vestiaire, il s’éteint, alors qu’il n’est âgé que de 26 ans. Et quelques jours plus tard, comme l’histoire aime bien se répéter, le belge Albert van Coile décède. Le joueur du Cercle Brugge, lors d’un match amical contre Tourcoing, subit une blessure qui provoque une hémorragie interne et une déchirure intestinale non diagnostiquées à temps. Il décède à 27 ans, le 4 avril 1927.

La violence du destin

David Arrellano aussi trouvera la mort lors de cette tragique année 1927. Le trois mai, le joueur chilien de Colo-Colo décède d’une péritonite, âgé seulement de 24 ans, alors que son club effectue une tournée en Espagne. Sam Wynne, quatre jours plus tôt, meurt des suites d’une pneumonie à 30 ans alors qu’il joue à Bury. Cependant, la mort du joueur anglais est encore aujourd’hui contestée, car Bury affirme qu’il s’agit d’une hémorragie cérébrale. Quoi qu’il en soit, une étoile s’est éteinte lors de cette rencontre contre Sheffield United.

Le Old Firm est sans doute l’un des matchs les plus attendus d’Ecosse. Le 5 septembre 1931, John Tohmson est titulaire avec le Celtic. En face, Sam English porte le maillot bleu des Rangers. Au cours de la rencontre, les deux joueurs se heurtent. John Thomson, touché par la violence du choc, décède, alors qu’il n’est âgé que de 22 ans. Cela n’empêchera pas le joueur des Rangers de faire partie des principaux joueurs irlandais de l’entre-deux-guerres. Il est d’ailleurs présent au panthéon des Glasgow Rangers. Sam English sera également au cours de sa carrière un joueur essentiel du Liverpool FC. Mais toute sa vie, il maudira ce fameux match.

L’immensité du désert

En ce 13 juin 1933, Jon Kristbjornsson est un joueur essentiel du Valur Reykyavik, malgré ses 22 ans. Mais le joueur islandais ne connaîtra jamais la gloire. En effet, au cours d’une rencontre de championnat, il est heurté à la tête. Il décède de cette blessure le 17 juin. Sim Raleigh, le 1er décembre 1934, connaît le même sort alors qu’il joue à Gillingham. En effet, le joueur de 25 ans meurt après un choc tête contre tête avec un joueur de Brighton & Hove Albion.

Le 5 février 1936, Jimmy Thorpe est heureux d’être titulaire face à Chelsea. Alors qu’il récupère un ballon sur un corner, les joueurs adverses se battent pour récupérer le ballon dans ses mains. Il tombe dans le coma, et n’en sortira jamais. A 22 ans, il fait allumer une nouvelle étoile dans le ciel. Sa mort conduit à la règle interdisant aux joueurs de botter le ballon quand il est dans les bras du gardien. En effet, il a été conclut que les chocs répétés sur le ballon alors qu’il l’avait dans les bras l’avait estourbi. Il remporte à titre posthume le championnat d’Angleterre 1935-1936. Le jeune gardien prometteur sera le dernier joueur renseigné à être décédé au cours de la première moitié du 20ème siècle.

Nous reviendrons plus tard sur les autres joueurs partis trop tôt. Et l’étoile que portait chacun des joueurs dans leur cœur ne doit pas être oubliée. Rendons hommage à ces joueurs que l’on oublie.

A propos NSOL 756 Articles
« Quand un vrai génie apparaît en ce bas monde, on le peut reconnaître à ce signe que les imbéciles sont tous ligués contre lui ». (Jonathan Swift, 1667-1745)