Kimpembe : « Tu prends des habitudes du haut niveau »

, marquinhos,paris, motta, psg, paris saint germain, emery

Presnel Kimpembe, le joueur du Paris Saint-Germain, était interviewé par l’Equipe. Il raconte son parcours, son accession au haut niveau. Mais aussi ce qu’il a appris dans le groupe France. Un groupe France qu’il est très heureux de fréquenter, et dans lequel il a désormais ses habitudes. Retrouvons un extrait de son interview.

Il y a un peu moins de huit mois, dans le bâtiment des Espoirs, vous nous disiez au sujet de votre début de saison : « Ce que je vis, c’est un truc de fou. » Depuis, vous avez joué vingt-huit matches avec Paris et êtes arrivé en bleu. Comment définiriez-vous cette saison ? De la folie furieuse ?
(Rires) Je dirais plutôt positive. (Sourires) C’est une saison à laquelle je ne m’attendais pas.

Il y a un an, Laurent Blanc souhaitait vous prêter en L 1 à Caen ou à des clubs de L 2. Mesurez-vous le chemin parcouru ?
C’est une période à laquelle je repense, oui. Ce sont les aléas de la vie, du foot, ça va vite, très vite. Aujourd’hui, je sais de quoi je suis capable. J’ai toujours eu confiance en moi. Je suis un bosseur. Je sais que, mentalement, j’ai cette capacité à essayer de me dépasser tout le temps. Je pense que j’en ai surpris beaucoup. Cette saison et même avant. Ce que j’espère, même ce que je veux en fait, c’est continuer à surprendre encore.

En quoi avez-vous changé en un an ?
En maturité. Quand tu t’entraînes en club avec de grands joueurs et en équipe de France, forcément tu regardes et tu prends des habitudes du haut niveau. Je suis quelqu’un qui est beaucoup à l’écoute. Mon parcours, je me le suis construit comme ça. Je n’étais pas un joueur pétri de talent, j’ai dû toujours être à l’écoute.

Tous propos de Presnel Kimpembe via L’Equipe
A propos NSOL 299 Articles
"La première liberté de la presse, c'est de n'être pas un métier" - Karl Marx, 1842.