S. Cruz : « Cela va être une très belle bataille »

Paris Saint-Germain féminin
Paris Saint-Germain féminin

La joueuse du PSG, double vainqueure de la Ligue des Champions avec l’OL, disputera la finale avec le PSG.

Comment avez-vous préparé cette finale, le dernier match de votre saison et le plus important ?
Ce sera le troisième match contre Lyon (après celui perdu 0-3 en Championnat et la finale de la Coupe de France où les Parisiennes se sont inclinées aux tirs au but, 1-1, 7-6 aux t.a.b.). On a montré lors de la Coupe de France qu’on avait de la qualité. Ca va se jouer à des détails mais nous, on est prêtes, elles ont compris qu’on est venues ici pour gagner la finale. On a hâte d’y être.

Lors de la finale de Coupe de France, il y a eu beaucoup de nervosité. Allez-vous jouer dans le même registre jeudi ?
C’est une finale qui s’est joué aux penalties, c’était du 50-50. On a fait notre travail. On a réglé ce qui n’allait pas au premier match contre elles, et là, maintenant on veut ramener cette Coupe à Paris. Il ne faut rien lâcher, on est prêtes pour ce défi.

Que représente cette finale pour vous ?
Elle représente énormément. J’espère pouvoir donner ce trophée à Sabrina (Delannoy, qui mettra un terme à sa carrière à l’issue de la finale), elle a beaucoup donné pour le club. C’est un rêve pour toute l’équipe, on espère pouvoir finir la saison en lui offrant ce trophée. Chaque finale disputée est différente. Cette année, on a une équipe très, très solidaire. On a déjà battu une fois Lyon cette saison (1-0 en Championnat, 17 décembre). On attend ce moment-là.

Dans quel état d’esprit êtes-vous après la finale de la Coupe de France perdue aux tirs au but ?
On est concentrées sur nous, je pense que les Lyonnaises ont eu peur. À la fin du match, on est restées sur la pelouse, certaines Lyonnaises n’ont pas voulu nous serrer la main. Ca montre que nous, on respecte notre adversaire. Demain (jeudi) ca va être une très bonne bataille.

Via L’Equipe
A propos NSOL 402 Articles
“La liberté d'écrire et de parler impunément marque soit l'extrême bonté du prince, soit le profond esclavage du peuple : on ne permet de dire qu'à celui qui ne peut rien.” (Diderot)