Marco Verratti était heureux après la victoire du PSG face à Angers.

«Ca a été dur mais à l’arrivée, vous êtes récompensés de vos efforts ?
Oui, on savait que ça allait être un match très serré, les finales, c’est toujours difficile. On s’est créé pas mal d’occasions mais nous avons manqué d’efficacité. On est très content de ramener ce trophée.

 Cela sauve la saison de remporter ce trophée ?

C’était un objectif, on l’a rempli. Le championnat, on ne l’a pas gagné. On veut toujours tout gagner mais ce n’est pas toujours possible dans le football. On a eu trois-quatre premiers mois difficiles. Depuis janvier, on fait un bon parcours. On a perdu contre Barcelone et Nice mais on a progressé, c’est de bon augure pour l’an prochain.

Il y a quand même de la fierté ce soir ?
Oui car on a gagné. Ce n’est pas facile de gagner la Coupe de France, surtout trois années de suite. C’est une victoire de toute l’équipe.

Quel bilan faites-vous de votre saison ?

C’est un peu comme le bilan de toute l’équipe. Les premiers trois-quatre mois, je n’étais pas bien, je revenais d’une opération. En janvier, les choses se sont améliorées, j’ai progressé. Je me suis aussi amélioré grâce au coach.

Serez-vous au PSG la saison prochaine ?
Je pense que je serai là. On parlera avec le club comme on le fait toute l’année. J’ai encore quatre ans de contrat, je ne pense pas partir. Je suis bien, je suis dans un grand club. Je suis sûr qu’on va faire des choses très importantes l’an prochain. On aura l’opportunité de gagner des titres. Je suis très honoré de faire partie d’un projet comme celui-là. J’ai toujours dit que gagner avec le PSG était très important, je suis là depuis cinq ans, c’est comme une famille.

 Vous êtes heureux que la saison se termine ?

J’ai encore la sélection, mais il faut profiter. C’était dur, c’était long, je suis très content d’avoir terminé avec un trophée.»

Via L’Equipe.fr
A propos NSOL 756 Articles
« Quand un vrai génie apparaît en ce bas monde, on le peut reconnaître à ce signe que les imbéciles sont tous ligués contre lui ». (Jonathan Swift, 1667-1745)