OL-TFC : Les réactions toulousaines

Toulouse FC
Toulouse FC

Les toulousains ont réagis après leur défaite 4-0 face à l’OL. Retrouvons les réactions de Pascal Dupraz et du défenseur Christopher Jullien.

Pascal Dupraz

« A la mi-temps, lorsque nous sommes revenus au vestiaire, il fallait nous pincer pour comprendre que nous étions menés. L’efficacité a fait la différence. Quand nos trouvons deux fois les montants, nos adversaires cadraient trois de leurs quatre premières frappes, et inscrivaient trois buts. Il était plus difficile pour Jallet de marquer son but que pour nos joueurs de trouver les poteaux. C’est le football.
En deuxième période, même en ayant l’impression de ne rien lâcher, nous sommes déjà à 3-0. Le match n’est plus le même. Nous étions venus au Parc OL sachant que l’Olympique Lyonnais était supérieur à nous. On en a eu la confirmation. Avons-nous fait un complexe d’auto-suffisance ? Je ne sais pas, mais nous allons devoir nous reprendre. Je n’en veux pas à mes joueurs. Nous restions sur six matchs sans défaite. On a subi un coup d’arrêt, mais rien définitif. Je pense que le résultat est tout de même très lourd. »

C. Jullien

« Nous sommes frustrés après cette défaite et avons des regrets notamment après cette première période. Nous avons eu quelques occasions et malheureusement, nous nous sommes heurtés au poteau puis à la transversale. Eux, ils l’ont touché une fois mais le ballon est rentré… La réussite était avec eux en première mi-temps. Ensuite, sur la deuxième, nous encaissons un deuxième but très rapidement qui nous fait mal. Après, nous avons tenté de réagir mais Lyon nous a été supérieur.
Nous pouvons nous en vouloir oui. Nous avons eu deux occasions franches en première période. Si nous les mettons au fond, je pense que le match est totalement différent. C’est un jour sans, tout simplement. Eux, ils ont eu une grosse occasion en première mi-temps et elle a fini au fond. Nous devons avancer et tout de suite nous projeter vers le match du weekend prochain. »

A propos NSOL 354 Articles
“La liberté d'écrire et de parler impunément marque soit l'extrême bonté du prince, soit le profond esclavage du peuple : on ne permet de dire qu'à celui qui ne peut rien.” (Diderot)
  • Bien parlé !