Un magnifique match prolifique s’est déroulé en Alsace, entre Strasbourg et Épinal. Malgré que la logique fût respectée, la désillusion est énorme côté vosgien. Par contre, le scénario est  extrêmement heureux pour les strasbourgeois.

Une domination spinalienne

Le ton est donné en première période, dès le début du match, c’est Épinal qui se montre dangereux, avant que le défenseur central, Mike Cestor expédie son ballon dans la lucarne de Bonnefoi, sur un coup franc de Colin (0-1).

Épinal continuait à se montrer dangereux devant les buts Strasbourgeois et aurait put profiter des boulettes du portier alsacien en cette première période. Mais ce ne fut pas le cas, Épinal rentre à la pause avec 1 but.

Une deuxième période délicate

Épinal revenait sur la pelouse avec de bonnes intentions et essayait de creuser l’écart. Dès la 49e, Lemb inscrit le deuxième but pour les boutons d’or sur un centre d’El Hriti et une mauvaise sortie de Bonnefoi (2-0).

On aurait pu penser que c’était la fin pour les alsaciens. Mais ce deuxième but allait marquer le réveil des hommes de Thierry Laurey. Strasbourg dominait de plus en plus avant de trouver la faille à la 54e minute grâce à un but de Seka (1-2).

Et les strasbourgeois, poussé par ses supporters, à la Meinau, allait égalisé sur un coup franc de Dimitri Liénard à la 62e minute. On peut noter aussi l’erreur du gardien Olivier Robin, qui anticipe une frappe du côté du mur spinalien. (2-2)

Épinal parvient à tenir le score à la fin du match, et peut espérer encore avec une qualification aux tirs au but.

Des prolongations fatales

Le SAS craque totalement en prolongation. A la 106e, Paul Léonard est dépassé sur son côté gauche et commet une faute dans la surface. Blayac trompe Robin en tirant à contre-pied. Pour la première fois de la partie, le Racing mène au score (3-2).

Strasbourg profite même de la prolongation pour se mettre définitivement à l’abri. La défense jaune se troue et Strasbourg en profite, Benkaid marque, l’espoir est mort, Épinal est éliminé (4-2).

Strasbourg retrouve les 16e de finale depuis 2011, tandis qu’Épinal s’arrête, une nouvelle fois, en 32e.

Les compos:

Strasbourg: Bonnefoi – Dos Santos, Seka (cap.), Salmier, Ndour (Weissbeck, 117e) – Ndoye, Caci (Gonçalves, 55e), Lienard – Guillaume (Benkaid, 83e), Blayac, Bahoken.

Épinal: Robin – Léonard, Diawara (cap.), Cestor, El Hriti – Gonzalez – Colin (Marques, 78e), Dabo (Lusamba, 111e), Guibert, Gboho – Lemb. (Bai, 68e)

A propos Aloïs 309 Articles
Rien n'a changé pour le mieux. Branleur au maximal, toujours sourire amical