19 juin 1938. Devant 45 124 personnes, au stade olympique Yves-du-Manoir à Colombes, l’Italie bat la Hongrie 4-2 en finale de la troisième Coupe du Monde de l’histoire et s’adjuge son deuxième trophée planétaire. 16 juillet 1950. La quatrième Coupe du Monde de l’histoire couronne l’Uruguay devant 173 850 personnes, au Maracaña, contre le Brésil. Douze ans, entre ces deux rencontres. Douze ans, et aucune Coupe du Monde. Retour sur la Coupe du Monde 1942, celle qui n’a jamais eu lieu.

Berlin 1936

Au congrès de la FIFA de Berlin du 13 août 1936, l’Allemagne nazie et le Brésil déposent leur candidature pour accueillir la Coupe du Monde. Les délégués sud-américains veulent faire revenir le mondial chez eux, tandis que la FIFA condamne le national-socialisme. Quelques semaines plus tard, c’est au tour de l’Argentine de devenir le troisième candidat. La FIFA, de son côté, recherche une candidature européenne autre que l’Allemagne, mais n’en trouve pas.

Alors Jules Rimet, l’homme qui donnera son nom au trophée de la Coupe du Monde, va en Amérique du Sud pour discuter avec les fédérations candidates. Il craint en effet qu’un mondial sud-américain soit trop cher en frais de déplacement pour les sélections européennes. Mais alors qu’il est à Rio de Janeiro, les troupes allemandes fondent sur la Pologne, et en quelques semaines, l’Europe s’enflamme. La seconde guerre mondiale empêche la quatrième Coupe du Monde de l’histoire d’avoir lieu. Seul le documentaire italo-argentin Il Mundial dimenticato donne utopiquement vie à cette compétition.

Luxembourg 1946

La logique aurait voulu que l’édition suivante se dispute en 1946, alors que le calme était revenu dans le monde. Seulement, le premier congrès de la FIFA après-guerre a lieu en 1946, au Luxembourg. Des décisions incroyables sont prises : une Coupe du Monde tous les deux ans, les années impaires pour ne pas être en concurrence avec les Jeux Olympiques. Les pays hôtes sont choisis : le Brésil pour 1949 et la Suisse pour 1951.

Heureusement, la FIFA se rend compte qu’une Coupe du Monde tous les deux ans n’est pas viable, à la fois logistiquement et économiquement. Et plutôt que de la laisser en années impaires, elle décide de remettre le mondial dans le rythme pré-seconde guerre mondiale : tous les quatre ans, les années paires où il n’y a pas de Jeux Olympiques. C’est ainsi que le mondial 1949 est décalé en 1950 et celui de 1951 en 1954. L’Argentine, quant à elle, devra attendre jusqu’en 1978 pour accueillir une Coupe du Monde, qu’elle remportera à la maison.

Cet article est originellement paru dans la Newsletter demivolee.com. Vous aussi, inscrivez-vous gratuitement pour bénéficier d’articles en publication unique ou en avant-première.
A propos NSOL 763 Articles
« Quand un vrai génie apparaît en ce bas monde, on le peut reconnaître à ce signe que les imbéciles sont tous ligués contre lui ». (Jonathan Swift, 1667-1745)