Les Sounders sont pleins de contradiction. À la fois populaires localement et peu considérés globalement. À la fois triple finalistes sur les quatre dernières années et loin d’être favoris ne serait-ce que pour attendre la finale. Enfin, à la fois dominés et vainqueurs.

Défier les statistiques

Comme le Real Salt Lake et le Los Angeles FC avant lui, le Toronto FC avait en apparence le contrôle du match, dimanche après-midi (en prime-time en Europe), face aux Seattle Sounders. Dans l’ordre, ces derniers ont passé les tours des Play-offs avec 39%, 31% puis 35% de possession. Contre le LAFC, cinq tirs auront suffit pour inscrire trois buts et les propulser en finale. Là où, d’après les statisticiens de FiveThirtyEight, leur probabilité d’y figurer n’était que de 4% avant les Play-offs. Face à Toronto, ils se seront échangés deux fois moins souvent la balle dans le dernier tiers que leurs adversaires. Pourtant, le trophée se voit bel et bien soulevé par Lodeiro, le meneur et capitaine des Sounders.

Aller contre les chiffres est une habitude de la franchise. Celle-ci a fait de l’efficacité sa marque de fabrique. Si Toronto avait effectivement l’avantage dans le contrôle du terrain et des opportunités, Seattle a fait mieux avec moins. À l’image de leur saison, en fait. Car les Sounders ne s’évertuent pas qu’à faire mentir telle courbe de possession ou de passes dangereuses. Prenons par exemple les investissements. Si Seattle n’est évidemment pas un club du bas du panier en MLS, leurs dépenses salariales annuelles ne s’élèvent qu’à la sixième place de la Ligue, pour un peu plus de 11M$. À titre de comparaison, leurs invités du CenturyLink Stadium hier flirtent avec les 20M$, et sont les plus dépensiers du tournoi. Les 11M$ sont également dépensés de manière équilibrée. Ainsi, leur joueur le mieux payé, Nicolas Lodeiro, n’est que le onzième plus gros salaire de MLS. Et ses 2.5M$ annuels sont loin des 7.2M$ de Zlatan, ou encore des 6.5M$ du capitaine de Toronto, Michael Bradley.

Sous les radars

Avec un engouement à mille lieux de ceux portés envers les tape-à-l’œil Atlanta United et LAFC, les Seattle Sounders soulèvent donc leur deuxième titre en trois finales sur les quatre dernières années. C’est en partie grâce à un recrutement plus homogène et réfléchi que la moyenne. Un des recrutements les plus intelligents de la Ligue et qui met à mal le raisonnement « franchise player ». En effet, avec les statistiques ahurissantes affichées par les Carlos Vela, Josef Martinez et Zlatan Ibrahimovic, nombreux sont ceux qui imaginaient les voir une médaille autour du cou ce soir du 10 novembre. C’est finalement l’équipe la plus cohérente qui l’a emporté.

Un des aspects les plus sous-estimés à Seattle est aussi l’entraîneur. Encore à la mi-temps, dimanche, tout pointait vers un sacre du Toronto FC. Si la première période se solda d’un score nul et vierge, les deux équipes ayant opté pour une approche classique de finale, fermée et prudente, Toronto se distinguait effectivement par une légère domination. Mais Brian Schmetzer a su faire les ajustements à la pause. Puis, il est bien aidé par l’ouverture du score chanceuse des Sounders.

Le plan Schmetzer

Néanmoins, le plan de Schmetzer pour garder l’avantage fut aussi brillant dans sa théorie que dans sa pratique. C’est ce qui a réellement rapporté le titre aux Sounders. À 1-0, Seattle choisit de garder son plan de jeu précédent le but, qui était en soi déjà assez défensif. Ils ont donc continué d’opérer en bloc bas, avec une protection active des ailes mais une défense compacte en son axe.

De la même manière que Carlos Vela et ses 36 buts en 32 matchs, l’attaque torontoise fut totalement neutralisée. Pozuelo, le buteur de Toronto, n’avait d’autre choix que de demander la balle très bas et compter sur des combinaisons envoyant les ailiers Bénezet et Endoh dans la surface, à chaque fois neutralisés. Jozy Altidore, buteur attitré mais n’ayant pas pu jouer tout le match ni le reste des Play-offs, a bien pesé en sortie de banc, obtenant même un but de consolation à 3-1, mais cela n’a pas suffit pour percer le coffre des Sounders.

Les ajustements de Schmetzer à la mi-temps sont les suivants. Tout d’abord, Jones et Morris, les deux ailiers, ont changé de côté. De fait, Schmetzer voulait compter sur le travail défensif plus rigoureux du second pour pallier la menace Bénezet. La comparaison de l’apport offensif de l’ancien Guingampais en première puis en seconde période est édifiante. De 30 touches de balle dans le dernier tiers et 2 tirs, le Français est réduit à 11 touches et 1 tir en seconde période avant d’être remplacé, logiquement. Ensuite, l’entrée de Rodriguez est un véritable coaching gagnant. Non seulement l’Espagnol inscrit un but, mais il libère les deux armes offensives que sont Ruidiaz et Lodeiro, trop souvent isolés en première mi-temps. Cette qualité offensive retrouvée fut décisive pour les Sounders, finalement victorieux 3-1.

 

 

A propos MatthiasT 57 Articles
"Le joueur de football est l'interprète privilégié des rêves et sentiments de milliers de personnes." César Luis Menotti.