Vainqueurs de la Coupe de France l’an passé contre le Paris Saint-Germain, les joueurs du Stade Rennais sont attendus au tournant cette saison. Mais cette attente est-elle justifiée ? Le club de Rennes arrive-t-il à un virage dans son histoire ? Même si personne n’est prophète en son pays, voilà quelques éléments d’analyse sur la saison à venir des rennais…

La fin d’un cycle ?

Le Stade Rennais, dixième la saison passée, a sans doute réalisé une des meilleures saisons de son histoire. En effet, souvent critiqué par son incapacité à remporter des titres, le club breton est parvenu à remporter la Coupe de France à la suite d’une campagne éprouvante. En outre, Rennes s’est illustré en Coupe d’Europe : avec une rencontre accrochée face à Arsenal et une élimination sur le fil du rasoir, les hommes de Julien Stéphan se sont montrés aux yeux de l’Europe entière. En bref, Rennes a fait belle figure dans toutes les compétitions officielles disputées. Mais voilà, ça serait trop beau si tout était forcément pareil la saison prochaine. Car il y a eu des grands chamboulements à l’intersaison.

La fin de ce « cycle de défaite » a aussi sonné la fin d’un cycle de joueurs. Des joueurs expérimentés ont quittés le navire rennais durant l’été. Le départ de Romain Danzé n’est pas d’un grand impact sur le plan sportif – il n’avait pas joué de la saison passée – mais affecte fortement la vie du vestiaire. Et il n’est pas le seul à s’en être allée. Benjamin André, capitaine durant l’exercice 2018-2019, s’est engagé avec le Lille OSC, deuxième la saison passé derrière le Paris Saint-Germain. A ces deux départs s’ajoute celui de Mexer, qui a rejoint Bordeaux. Bref, trois joueurs importants, à leur mesure, dans l’équilibre du Stade Rennais, qui quittent le club.

En outre, Hatem ben Arfa, Mehdi Zeffane et Thomas Koubek ont quittés la Bretagne. Ce sont donc quatre titulaires et un récent vainqueur de la Coupe d’Afrique des Nations qui partent du Stade Rennais.

Une saison compliquée à venir ?

Et finalement, ces départs n’ont pas été compensés d’une manière très homogène. Pour ce qui est de l’expérience, il y a eu l’arrivée de l’international malgache Jérémy Morel, passé notamment par Lyon et Lorient. Avec un an de contrat, il vient d’abord pour apporter toute sa connaissance du football de haut niveau. Cependant, sa polyvalence – il peut jouer dans l’axe et sur le couloir gauche de la défense – sera également un atout pour le système défensif rennais. La levée de l’option de Mbaye Niang et le recrutement de Edouard Mendy, le remarqué portier de Reims, sont également des éléments très positifs pour le Stade Rennais. Le recrutement de Flavien Tait et le retour de prêt du nîmois Faitout Maouassa viennent aussi faire du bien à l’effectif.

Mais tous ces recrutements laissent à penser que la mayonnaise mettra du temps à prendre pour le Stade Rennais. En effet, même s’il a beaucoup été critiqué, Hatem ben Arfa était le réel milieu créateur du club breton. Certes, Clément Grenier est toujours rennais à l’heure où ces lignes sont écrites. Mais Edouard Mendy reste un pari dans la cage, malgré son passé en Ligue 2, et il est difficile de dire si Morel aura le coffre pour disputer une saison entière au plus haut niveau. Et la deuxième saison sera forcément la plus compliquée pour le jeune Julien Stéphan.

Rennes sera face à un dilemme et devra faire confiance à ses jeunes joueurs dans l’optique d’une saison de transition. L’occasion peut-être d’admirer un des diamants du centre de formation, comme par exemple Eduardo Camavinga, le milieu de terrain angolais de seize ans qui pourrait bien faire plaisir aux fans de Ligue 1.

A propos NSOL 705 Articles
« C'est la marche funèbre des cendres que voici. À côté de celles de Carnot avec les soldats de l'an II, de celles de Victor Hugo avec les Misérables, de celles de Jaurès veillées par la Justice, qu'elles reposent avec leur long cortège d'ombres défigurées ». (André Malraux)