Pour ce neuvième épisode de Premier Match, la série reste en Grande Bretagne mais change de pays. Direction le nord de l’île, pour l’Écosse et la plus grande ville du pays, Glasgow. Zoom sur le néerlandais Jan Vennegoor of Hesselink et sa première avec le Celtic FC.

Début de carrière à Twente

Jan est né le 7 novembre 1978 à Oldenzaal, ville de la province de Overijssel. La province qui fait partie de la zone géographique de Twente. C’est dans cette région proche de la frontière entre les Pays Bas et l’Allemagne que Jan commence le foot. Après avoir effectué ses classes dans les équipes de jeune du Twente FC, il intègre l’équipe première en 1996. Pour sa première saison à l’âge de dix-huit ans, il rentre douze fois en jeu et inscrit deux buts.

Sa deuxième saison à Twente traduit sa montée en puissance chez les pros. Vennegoor of Hesselink prend part à trente-trois matchs et marque cinq fois. Mais c’est lors de la saison 1998-1999, que l’attaquant explose véritablement. En effet, le joueur marque vingt-et-une fois en trente-quatre matches de championnat, dont deux triplés contre Maastricht et Sittard.

Sa quatrième saison sera dans la lancée de la troisième avec vingt-cinq buts, tandis que la cinquième saison sera en deçà des précédentes, avec seulement quinze buts. Cette saison moyenne n’empêche pas le PSV de lorgner sur le joueur. Et de se l’offrir lors de la saison 2001-2002. Ainsi, l’attaquant quitte Twente après cent-soixante-neuf apparitions, soixante-seize buts et une coupe nationale gagné lors de sa dernière année.

Signature au PSV

Pour sa première saison au PSV, Vennegoor of Hesselink fait très bien le boulot. Il score vingt-deux fois en quarante-sept matches et délivre six passes décisives. Cependant, les deuxièmes et troisièmes saisons seront plus difficiles pour l’attaquant. Le buteur ne marque que vingt buts en deux ans en ayant joué soixante-seize matches. A l’issue de ces trois saisons, il lui est signifié qu’il pouvait quitter le club, mais l’attaquant s’accroche. Et il aura bien fait de s’accrocher. Jan revient sur le devant de la scène en inscrivant un triplé lors de la première journée d’Eurodevise.

A l’issue de la saison, il terminera meilleur buteur du club avec vingt-trois buts au compteur. Il remporte aussi son deuxième titre de champion et atteindra la demi-finale de la Ligue des Champions en éliminant Monaco et l’OL. La saison 2005-2006 sera sa dernière au Pays Bas. Lors de cet ultime exercice, il remporte le doublé coupe-championnat et marque douze buts.

Vennegoor of Hesselink et l’Ecosse

C’est donc le 24 août 2006 et contre une somme d’environ cinq millions d’euros que Vennegoor of Hesselink signe au Celtic FC. Mais avant de partir, il dispute le 20 août un dernier match en faveur du PSV lors de la première journée d’Eredivisie. Il profitera de ce match pour inscrire son dernier but avec le PSV et porter son total à quatre-vingt-cinq buts. A vingt-sept ans, le joueur découvre un autre championnat et signe donc pour trois années plus une autre en option. A la suite de sa signature, il déclarera :

« J’avais l’intention d’aller dans un autre pays et j’avais un bon sentiment vis-à-vis du Celtic […] Le Celtic est un club fantastique et tous ceux qui suivent le football connaissent ce club, son histoire et ses fans. »

Le néerlandais est sur le banc deux jours après sa signature lors de la réception du Hibernian FC. Et le match commence de la plus mauvaise des façons pour le Celtic. En effet, dès la hutième minute, c’est le milieu de terrain des Hiberian, Scott Brown qui vient ouvrir le score. Le milieu profite d’un ballon en profondeur de Zemmama pour placer un plat du pied qui passe entre les jambes de Marshall.

Entrée en jeu, ovation et premier but

Mené 1-0, Gordon Strachan, l’entraîneur du Celtic, décide de faire rentrer sa nouvelle recrue à la cinquante-deuxième minute. Vennegoor of Hesselink, qui porte le numéro 10, remplace Kenny Miller. Le Celtic Park est debout et offre une ovation à sa nouvelle recrue. Sa première occasion de la tête, à la suite d’un centre de la gauche, est facilement captée par le gardien.

Après avoir frôlé le 2-0, les Hoops se ressaisissent et égalisent par l’intermédiaire de Zurawski. En effet, après une succession de onze passes, Lee Naylor déborde à gauche et centre en retrait pour le polonais. Ce dernier, en plein milieu de la surface, contrôle du droit et frappe. Le Celtic égalise à la soixante-deuxième minute.

Revigoré, le Celtic pousse à l’image de McGeady qui veut faire la différence à lui tout seul. L’irlandais hérite du ballon au milieu de terrain et s’avance au 20 mètres. Dans l’axe, il déclenche une frappe à ras de terre, le gardien est battu, mais sa frappe tape la base du poteau. Le ballon, après avoir frappé le montant gauche du gardien, revient dans l’axe aux cinq mètres cinquante. Vennegoor of Hesselink, qui a suivi, s’arrache pour placer un plat du pied droit. Le ballon fini dans la lucarne droite du gardien, ce qui a pour conséquence de donner l’avantage à son équipe. 2-1, le score ne bougera plus

La suite de sa carrière au Celtic

Pour sa première saison, il marque onze fois en vingt-et-un matches et fait le doublé championnat-coupe. De plus, il sera aussi sacré champion des Pays-Bas. En effet, le PSV remporte le titre cette même année et ayant disputé 90 minutes lors de la première journée d’Eredivisie, le numéro dix est déclaré champion.

Sa deuxième saison sera sensiblement du même acabit, avec douze buts et surtout deux buts importants. Le premier pour donner la victoire au Celtic lors du derby contre les rivaux des Glasgow Rangers. Lors de ce match en retard de la vint-et-unième journée, l’attaquant viendra placer une tête à la dernière seconde et faire exploser le Celtic Park. Ce but fut ô combien important car il permit au Celtic de rester au contact des Rangers. Rangers qu’ils battront onze jours plus tard lors de la trente-cinquième journée. Cette victoire leur permis de revenir à deux points du rival à 3 journées de la fin du championnat.

Lors de la journée suivante, les Rangers font nul sur le terrain du Hibernian FC, pendant que le Celtic bat Motherwell. Cela a pour conséquence de mettre les deux équipes à égalité de point. Cependant, c’est le Celtic qui prend la tête grâce à une meilleure différence de but, +55 contre +51. Lors de l’ultime journée du championnat, les Bhoys s’impose sur le terrain du Dundee United. L’attaquant est l’unique buteur du match et vient ainsi assurer le titre à son club. Dans le même temps, les Rangers perdent 2-0 sur le terrain de Aberdeen et finissent à 3 points de leur rival.

La troisième saison du numéro 10 sera marqué par des blessures et la perte du titre au profit du rival. Néanmoins, il remporte la Coupe de la Ligue Écossaise mais n’inscrit que six petits buts en vingt-huit matches.

Fin de carrière

Après trois ans en Ecosse, Vennegoor of Hesselink en fin de contrat signe en Premier League en faveur de Hull City. Cependant, il ne peut éviter la relégation du club et s’engage librement avec le Rapid de Vienne la saison suivante. Nous sommes lors de la saison 2010-2011 et sa saison est pourrie par les blessures. Il ne joue que treize matches et inscrit quatre buts.

A la suite de cette saison, le club et lui rompent le contrat qui les lie. Sans attaches, l’attaquant s’engage librement avec le PSV et dispute quelques fins de match. Lors de cette ultime saison, il ne marque que deux fois. La première fois pour réduire le score contre le RKC Waalwijk, pour une défaite 2-1. La seconde fois contre le NEC Nijmegen. L’attaquant rentre à trois minutes de la fin et marque du gauche soixante secondes plus tard pour donner la victoire au PSV. Malgré son faible de temps de jeu, il remporte la Coupe de la Ligue hollandaise, ce qui sera son dernier trophée.

Le joueur met donc un terme a sa carrière à la fin de la saison 2011-2012. Il est actuellement recruteur pour le PSV Eindhoven. Le joueur laissera une excellente image auprès des supporters du PSV et du Celtic. Lors de son passage dans ces deux clubs, il eut le droit par deux fois à un chant à son nom.

Pour conclure, nous ne pouvions pas terminer sans vous expliquer le pourquoi de la longueur du nom de famille de ce joueur. En fait, au XVIIème siècle, quand deux familles néerlandaises se marièrent, il était coutume que les couples mariés prennent le nom de la famille la plus riche. Malheureusement, les familles Vennegoor et Hesselink étaient socialement égales. Le couple décida donc de s’appeler Vennegoor of Hesselink, le « of » signifiant « ou ». C’est qui fait que le héros de cet article s’appelle Jan Vennegoor ou Hesselink

A propos Prince Owski 350 Articles
Comme Ole Gunnar Solskjær en 1999, je suis le joker de luxe de DV. Heureux propriétaire du suffixe -Owski. "Qu’importe : on pourra même me traiter de fou, il n’y a que ces couleurs Parisiennes qui illuminent mon cœur. Et à chaque blessure, il saigne ce cœur-là. Mais il s’enflamme encore." Francis Borelli