Humeur – Tout juste sélectionné en équipe de France par Didier Deschamps pour la Coupe du Monde 2018 en Russie, Kylian Mbappé Lottin fait le bonheur des médias grand public. Mais derrière l’image du footballeur talentueux et promis au plus bel avenir, il y a celui d’un enfant pourri gâté. Retour personnel sur la face sombre de Kylian Mbappé Lottin.

Note : Cet article ne constitue pas un avis général de la direction du site ou de l’équipe de rédaction, mais reflète strictement et uniquement la position de son auteur sur l’ego et la personne de Kylian Mbappé. Tous les chiffres énoncés le sont au soir de la 37ème journée.

 

La pépite

Kylian Mbappé Lottin est la nouvelle pépite du football français. Pas une émission de télévision sur le Paris Saint-Germain sans que l’on ne parle du frère de Jires Kembo-Ekoko comme d’un très grand joueur, promis au plus bel avenir. Promis au plus bel avenir, ça, personne ne peut le contredire. Kylian Mbappé gagnera des titres par paquet dans sa carrière. Mais il n’est pas pour autant le très grand attaquant que les médias veulent créer. Son apport statistique est très bon pour un joueur de vingt ans, mais n’est pas exceptionnel pour un attaquant de très haut niveau.

Comparons ainsi sur le plan statistique les deux ailiers droits du Paris Saint-Germain cette saison : Angel di Maria et Kylian Mbappé. En club, le second affiche quarante-quatre matchs, vingt-et-un buts et quinze offrandes. L’argentin quand à lui facture quarante-cinq apparitions, vingt-et-une réalisations également et douze offrandes. Des statistiques relativement similaires, surtout quand on prend en compte le fait que di Maria ait un temps de jeu inférieur à Mbappé, compte tenu d’un nombre supérieur d’entrées en cours de match. Mbappé affiche donc des stats bonnes mais sans plus dans un collectif extrêmement bien huilé et marquant énormément de buts.

Mais c’est surtout en Ligue 1 que le bât blesse. Alors que nous sommes dans une des périodes les plus prolifique de l’histoire du championnat de France (plus de 950 buts alors que par comparaison la saison 2007-2008 en comptait cent de moins), les statistiques de Mbappé sont moyennes. Ainsi, par rapport à un Memphis Depay assassiné dans la presse presque chaque week-end par des « spécialistes », 16 buts et 13 passes au compteur, Mbappé a un bilan statistique pauvre (13 buts, 7 passes). Et Memphis ne joue pas dans un collectif champion de France.

FC Déclarations

Seulement, le problème, ce n’est pas le niveau statistique de Kylian Mbappé. En effet, compte tenu de son âge, on peut bien lui passer un peu d’inconstance. Voire même des prestations transparentes comme celles face au Real Madrid. Non, le problème, c’est les déclarations de Kylian Mbappé. Celui que les médias surnommaient « le vent de fraîcheur offensif », un joueur « avec la tête sur les épaules », un gamin « lucide et posé » devient de plus en plus la proie de médias qui l’encensent. Le problème ne vient sans doute pas de Kylian Mbappé lui-même. Mais de la montagne que l’on fait autour de lui. Et qui lui monte à la tête. Au point de lui faire perdre toute raison.

« J’ai fait presque en six mois ce que plus des trois quarts des joueurs de l’histoire du club n’ont pas fait. On pourra toujours me reprocher de n’avoir fait que six mois. Mais en six mois j’ai fait la meilleure saison de l’histoire du club ».

Autant il est tout à fait normal de louer la bonne saison de Mbappé l’an passé avec l’AS Monaco, autant cette citation est proprement inacceptable. Mbappé semble en effet oublier que l’histoire de l’AS Monaco est une histoire riche, et que ses belles pages se comptent par dizaine. Il semble oublier que l’AS Monaco a compté, rien qu’en attaque, Michel Hidalgo, Lucien Cossou, Delio Onnis, David Trézéguet, Thierry Henry, Ralf Edström, Sonny Anderson, Shabani Nonda ou bien Théodore Szkudlapski. Alain Couriol, Radamel Falcao, Jürgen Klinsmann, Christian Dalger, Jean Petit, Georges Weah ou encore Youri Djorkaeff. Kylian Mbappé devrait avoir honte de prononcer de tels mots, il devrait s’excuser de cracher au visage d’une institution qui est née bien avant lui et qui durera sans doute bien après lui.

Sur le terrain

Kylian Mbappé n’a pas d’autres choix : l’agaçant attaquant parisien doit jouer simple, autant sur le terrain que sur les déclarations. Garder en tête que ceux qui parlent sont ceux qui finissent le plus bas. Se souvenir que l’Angleterre a proclamé à chaque Coupe du Monde qu’elle allait la gagner pour au finale se retrouver avec un unique sacre en 1966. Mbappé a sans aucun doute pris la grosse tête, et ce n’est pas en se gargarisant d’une saison où l’on a moins marqué que Nolan Roux (FC Metz) au soir de la 37ème journée que l’on progresse.

« J’attendais la liste des 23 même si pour moi il y avait un peu moins de suspense que pour d’autres »

Les meilleurs se sont construits en comprenant qu’il fallait partir de bas. Faire profil bas. Travailler encore et encore. Les qualités de Kylian Mbappé ne sont pas remises en cause, mais deux choses le sont. L’image qu’il renvoie de lui-même, et l’image que les médias renvoient de lui. Mbappé est un espoir (cf. Trophées UNFP), il doit être traité comme tel, comme Aouar à Lyon.

« Son cerveau a fondu déjà en fin de saison dernière quand il se fout de la gueule de ses supporters en teasant une décision et nous sort son contrat Nike. » (Un fan de football)

Mbappé ne doit pas oublier qu’il reste un jeune joueur, et que les réactions du public tournent de plus en plus envers lui. Et les gens ont la rancœur tenace. Alors qu’il fasse attention à sa communication, qu’il arrête de se prendre pour Neymar sur le terrain et pour Ibrahimovic dans les médias. Et c’est comme ça que Mbappé deviendra un très bon joueur. En clair : fermes-la, et joue simple.

Vous n’êtes pas de cet avis ? Alors n’hésitez pas : envoyez-nous votre article à l’adresse contributions[a]demivolee[.]com.

A propos NSOL 748 Articles
« Quand un vrai génie apparaît en ce bas monde, on le peut reconnaître à ce signe que les imbéciles sont tous ligués contre lui ». (Jonathan Swift, 1667-1745)