Beaucoup de joueurs à l’heure actuelle ont une double nationalité et cela les amène à un choix de carrière qui peut être irréversible, celui de représenter une équipe nationale. Des décisions qui peuvent interroger certains spécialistes du foot et les supporteurs. Mais on peut observer que des décisions prisent par les binationaux ont des répercussions dans leur carrière en club. Cet article, à travers plusieurs exemples comme Fékir, Benzema entre autres, nous montrera que les binationaux ont deux choix entre celui du cœur et de l’opportunité ainsi que les conséquences dans le futur en club.

Choix de cœur ou choix opportuniste ?

Ce sont souvent ces questions qui interviennent quand un joueur fait son choix, celle du cœur ou de l’opportunité. La question s’est posée lorsque Fékir a fait le choix de la France. Une décision qui fut longue à donner par le milieu offensif de l’Olympique Lyonnais. En croire les déclarations de Gourcuff en 2015, Fékir avait fait le choix de l’Algérie avant de se rétracter.

Nabil devait nous rejoindre en stage au mois de septembre de l’an dernier. Mais, blessé, il n’est pas venu. Puis il a commencé à prendre du recul car il jouait de plus en plus à Lyon. Il a alors demandé à ne pas participer à la CAN. On l’a pris comme un non. Enfin, le jour où on doit donner les convocations pour le stage au Qatar, Nabil m’appelle pour me dire qu’il avait choisi l’Algérie. Il était 14 heures. Et à 16 heures, il me rappelle pour me dire qu’il avait choisi finalement la France.

Benzema a aussi fait le choix de l’opportunisme. Il déclara aussi en 2015 sur RMC qu’il a fait le choix de la France pour le foot. Ensuite, certains joueurs n’ayant pas le niveau pour s’imposer en équipe de France ou une autre grande nation, choisissent de représenter leur second pays afin de connaitre la sélection.

Certains talents font le choix du coeur, comme dernièrement Boufal ou Ounas, jeunes, ils ont la possibilité de se montrer et être de grands talents pour la France. Mais ils ont fait ce choix très jeune, prouvant qu’ils n’hésitent pas et ne se montrant pas opportunistes.

Des choix qui peuvent avoir des conséquences.

En effet, peu de grands clubs européens recrutent des joueurs africains, à cause de la Coupe d’Afrique des Nations qui se joue en février, période où on joue en Europe. Alors certains clubs préfèrent ne pas se priver de joueurs.

L’effectif du FC Barcelona ne comptabilise aucun joueur ayant choisit de jouer pour une sélection africaine. Le Real possède un joueur marocain Achraf, formé au club. L’Atletico a aussi un joueur pouvant jouer la CAN, Partey, jeune ghanéen.

En Allemagne, le Bayern n’a pas de joueur africain, le Borussia Dortmund a Aubameyang comme seul représentant du continent et qui a préféré le Gabon à la France.

Le PSG n’a pas de joueur africain, tandis que Monaco en a deux, avec Almany Touré et Rachid Ghezzal.

En Italie, il y a 6 représentants africains entre la Juventus, l’AS Roma, l’Inter, l’AC Milan et le Napoli.

Enfin en Angleterre, on trouve 8 joueurs du continent africain entre Liverpool, Arsenal, Chelsea, Tottenham, Manchester City et United.

Bien-sûr dans cette partie de l’article je n’ai toujours pas parler des binationaux. Mais je pense que tous le monde est capable de faire le lien : le peu de nombre de joueurs africains dans ces grands clubs montrent que les joueurs binationaux qui choisissent de jouer pour une sélection africaine auraient donc moins de chances de signer avec un grand club. Du moins, avant que la CAN ne se joue en été, ce qui est proche d’arriver.

Bonus

Enfin comme souvent avec Loulou88, on finit par un bonus. Van Basten jugeait la décision de Ziyech de jouer pour le Maroc comme “stupide” alors qu’il aurait pu jouer pour les Pays-Bas. Au final, Ziyech jouera le mondial 2018 en Russie avec le Maroc, alors que les coéquipiers de Memphis regarderont le mondial depuis leur salon.

Maintenant, mettez vous dans la peau d’un jeune binational. Franco-libanais, franco-polonais ou même franco-catalan, pour quelle sélection joueriez vous ?

A propos Aloïs 309 Articles
Rien n'a changé pour le mieux. Branleur au maximal, toujours sourire amical