S’il faut résumer ce 115e derby Rhône-Alpin en deux mots, je dirai Nabil Fékir. Tout amateur du football ayant suivi cette rencontre n’aura pas besoin que je lui explique le comment du pourquoi. Mais, porté par mes émotions incontenables, je vais tout de même le faire. Mais d’abord, il faut signaler que ce match a été extrêmement riche en événements tous aussi voire plus surréalistes l’un que l’autre. Voici donc les principaux points à retenir de cette soirée passionnante que nous avons vécu à Geoffroy Guichard.

Le score

Parce qu’un derby, ça se gagne, peu importe la manière. Que ce soit sur un pénalty inexistant à la 93e minute, ou d’un 3-0 maîtrisé de bout en bout. Ce qui compte dans ce type de matchs, c’est le résultat. Ce qui fait que la mobilisation avant et durant ces rencontres est toujours exceptionnelle. Par conséquent, les différences de talent entre effectifs s’éclipsent au profit de la hargne, l’envie et la réussite. Suspense, nerfs tendus, et scores serrés.

Bon, ça, c’est ce que nous sommes habitués à vivre et voir depuis des années. Sauf que le spectacle auquel nous avons assisté cette soirée était bien différent de tout cela. Surtout au niveau du score. Puisque les hommes de Bruno Genesio sont venus terrasser leurs rivaux stéphanois au Chaudron sur l’énorme score de 0-5. Du jamais vu jusqu’à là, la plus large victoire lyonnaise de l’histoire du derby s’élevant à 4 buts à 0. Voilà donc le premier élément notable de ce sommet de la 12e journée de Ligue 1 Conforama.

Le quatuor, la terreur

Souvent alignés ensemble, ils n’ont jusqu’à là jamais réussi à être performants tous à la fois. C’était soit la maladresse de Traoré dans le dernier geste, ou les dribbles compliqués de Memphis, ou encore l’égoïsme de Mariano qui venaient ternir la performance du quatuor offensif lyonnais. La seule valeur fixe restait les performances de très haut niveau de Nabil Fékir. Mais ce soir, nous avons enfin eu la chance de voir a quoi ressemblerait l’OL si ses quatre joueurs offensifs jouaient bien, et en même temps. Ainsi, Memphis a joué simple, tout en réussissant la plupart de ses gestes de signature. Il a même ouvert le score d’une frappe enroulée a ras de terre qui suprend Stéphane Ruffier. Bertrand Traoré a enfin cadré une frappe enroulée. Et ça a donné un but. Mariano, la bête offensive, Monsieur “après mes stats le déluge”, a réussi, accrochez-vous bien, 2 passes décisives. Lui qui arrivait à peine à réussir autant de passes tout court en un match, depuis son arrivée dans le club rhodanien. Une anecdote de plus, donc, dans le premier derby des lyonnais depuis le départ d’Alexandre Lacazette.

Fékir, le centre du monde

Pas qu’il demande forcément à ce qu’il le soit, mais il finit par l’être. C’est lui qui réussit le break sur une magnifique percée suivie d’une frappe limpide à l’entrée de la surface. C’est lui qui arrête le match après un choc qui lui réveille sa douleur à l’épaule. C’est lui qui provoque, sur un énième dribble fou, l’expulsion de Léo Lacroix par M. Turpin, l’arbitre de ce soir. C’est lui qui signe la manita historique des gones sur un superbe face à face contre Ruffier. Inspiré par Messi dans le style de jeu, il tente d’étendre cela à ses célébrations, en brandissant son maillot devant les supporters stéphanois. C’est donc encore lui qui provoque l’envahissement du terrain par ces spectateurs déjà suffisamment dépités par le score du match. En tous cas, la comparaison avec le génie argentin prend de plus en plus de dimensions, toutes proportions conservées.

Le résumé vidéo

Memphis lance les hostilités (0-1)

Fékir démarre son show (0-2)

Mariano, buteur affamé (0-3)

Traoré enfonce le clou (0-4)

Fékir enflamme et gèle le Chaudron (0-5)

Lacroix, l’attentat

Tete, la propreté

Memphis, les épices

Traoré, la patte dorée

Les notes

  • A. Lopes : 7
  • K. Tete : 7.5 (1 passe décisive)
  • Marcelo : 7 
  • J. Morel : 5.5
  • F. Marçal : 7
    -> 
    F. Mendy
  • L. Tousart : 6.5
    -> 
    T. Ndombelé
  • H. Aouar : 7.5 (1 passe décisive)
  • B. Traoré : 7.5 (1 but, 1 passe décisive)
  • N. Fékir : 9 (2 buts)
    -> J. Ferri
  • Memphis : 8 (1 but)
  • Mariano : 8.5 (1 but, 2 passes décisives)
A propos Yaman 223 Articles
Un quart de siècle sur Terre. Pharmacien, étudiant, et plein d'autres trucs. Fondateur de Demivolée.com, le 14 décembre 2016.