Bien que les supporters fassent partie intégrante de le vie d’un club de foot, on distingue plusieurs degrés d’implication chez les supporters.

Les supporteurs “lambda”

Non, être un supporter lambda n’est pas une insulte. Cependant j’entends par là qu’un supporter dit lambda ne participe que peu, mais aussi pourtant énormément a la vie d’un club de foot. Pourquoi ? Parce que son degré d’implication reste faible, mais étant la grande majorité des supporteurs, ils représentent un club. Et ce où qu’ils soient, aussi et surtout dans un stade

Petit descriptif d’un supporter dit lambda

Le supporter lambda est celui qui vient de temps en temps au match, quand il le veut surtout. Effectivement cela dépendra avant tout des résultats du club qu’il supporte et des prix a l’achat des places au stade. On le retrouvera surtout dans la boutique officielle en train de s’acheter des goodies en tout genre et qui servent a rien, genre des mugs. Mais aussi sur les réseaux sociaux, là où tout le monde a droit a la parole et peut dire ce qu’il veut. On assiste dès lors a des combats de #Team en tout genre. En vrai, ces supporteurs la ne retranscrivent pratiquement que leurs états d’âmes sur la vie du club dans son intégralité basé sur les informations bien limitées qui lui sont apportés.

Largement influencé par les médias, il fera dès lors des procès un peu rapide et se contentera bien souvent de dénigrer ce qu’il ne lui plaît pas plutôt que de mettre en valeur son club.

On notera également que la majorité des supporteurs ne se gênerons pas pour crier au scandale sur la politique d’un club lorsque les résultats sont en baisses, par le biais d’une demande de manifestation des groupes de supporteurs, mais une fois au stade, aucune action ne sera entreprise pour exprimer leur mécontentement. Basé sur du “j’achète une place/un maillot/un accessoire de mon club, j’ai mon mot à dire sur la gestion du club ..”, leur raisonnement bancal appuyé par les autres supporteurs lambda n’aura pour conséquence que du mépris pour les dirigeants du club. Qui, eux, ne porteront aucun crédit à ces personnes.

Les “ultras”

Ici on considérera que tout les groupes de supporteurs sont des ultras. Bien qu’un groupe de supporteurs est à distinguer d’un groupe d’ultra, leurs actions sont dans le fond les mêmes. En effet, ce sont les plus impliqué des supporteurs, on entends très peu parler d’eux mise a part sur les fausses pages d’ultras de Facebook suivies par les idolâtres – les supporteurs lambda.

Les actions de ces groupes sont visibles surtout une fois au stade : ils chantent, mettent de l’animation durant le match. Ce par exemple comme la zyleta du Legia Varsovie. Beaucoup plus “réfléchis” que les supporteurs lambda, ils mesurent leur propos, et l’impact de leurs banderoles. Car ils possèdent bien souvent une relation étroite avec les dirigeants.

Ils se doivent donc d’avoir un contrôle sur eux-mêmes pour rester crédibles.

On retrouve ces supporteurs aux abords du stade le jour de match, pour essentiellement se retrouver “en famille” et se mettre saoul. Saoul est certainement aussi l’adjectif qu’ils leur correspond le plus : qu’ils soient dans le stade, en déplacement ou dans un bar lorsque il leur est impossible d’assister au match dans le stade, on les retrouvera tous le foie imbibé d’alcool. Il est vrai que ce descriptif correspond plus a la tranche dur des ultras plutôt que des groupes de supporteurs, dont les membres sont plus calmes et mesurés, d’où l’importance de nuancer ces deux genres de supporteurs.

Les propos dans cet article n’engagent que leur auteur. Et vous êtes libres d’y voir du second degré !