Mboula : “Je me sens très fort mentalement”

AS Monaco
AS Monaco

L’AS Monaco a frappé un grand coup sur le marché des transferts avec la signature du jeune ailier Jordi Mboula. Ce dernier arrive tout droit du grand FC Barcelone. Retrouvons ses premiers mots.

Pourquoi as-tu choisi l’AS Monaco ?

J’ai décidé de rejoindre l’AS Monaco car c’est un des meilleurs clubs européens ces dernières saisons. Je sais que c’est un club qui fait confiance aux jeunes. L’AS Monaco forme des joueurs mais leur donne également l’opportunités de passer le cap avec l’équipe première. C’était un aspect très important pour moi.

Avec quelle ambition arrives-tu au club ?

Mon objectif est tout d’abord de m’adapter, de m’imprégner de la culture du club. À moyen terme, je souhaite devenir un joueur important de l’AS Monaco et y développer mes qualités au plus haut niveau. Je veux bien entendu gagner des titres importants sous mes nouvelles couleurs.

As-tu suivi le parcours européen et le titre de champion du club la saison passée ?

J’ai suivi le magnifique parcours européen de l’AS Monaco la saison dernière. J’ai adoré leur manière de jouer en Ligue des Champions. En championnat, ils ont réalisé un superbe parcours, j’espère que nous ferons honneur au titre de champion gagné par l’équipe cette saison. 

Comment te décrirais-tu comme joueur de football ?

Je dirais que je suis un joueur de couloir, un ailier très rapide qui aime déséquilibrer l’équipe adverse, marquer et offrir des passes décisives. Les deux dernières saisons m’ont permis de beaucoup mûrir, aujourd’hui je me sens très fort mentalement.

As-tu un petit mot pour les supporters de Monaco ?

Je leur demande un peu de patience le temps que je m’adapte à mes nouveaux coéquipiers et au championnat français. J’espère leur montrer le meilleur de moi-même et, avec le temps, devenir un joueur important à leurs yeux.

Propos de Mboula via ASM
A propos NSOL 433 Articles
“La liberté d'écrire et de parler impunément marque soit l'extrême bonté du prince, soit le profond esclavage du peuple : on ne permet de dire qu'à celui qui ne peut rien.” (Diderot)