Thiago Motta : “Nous étions supérieurs”

Verratti et Motta
Source image : www.parisfans.fr

Thiago Motta a terminé une nouvelle saison, marquée par le vice et les fautes mesquines. Il n’en reste pas moins un joueur de grand talent. Et un joueur du Paris Saint-Germain. Il a donné une interview au club francilien, via le site officiel. Thiago Motta résume notamment la saison, ses peines et ses joies.

Thiago Motta, la saison a notamment été marquée par les nombreux buts d’Edinson Cavani. Es-tu surpris par ses performances ?
« Edi a toujours été efficace. Même quand il jouait sur un côté, il était performant. Il a beaucoup marqué, autour de 30 buts chaque saison. Il a désormais retrouvé le poste d’avant-centre. Il fait bien son travail. C’est bien pour lui… et pour nous ! Cette saison, il a inscrit 49 buts. C’est beaucoup, mais ce n’est pas surprenant. On le connaît bien. C’est un très bon joueur. Il fait beaucoup d’appels dans le dos de l’adversaire, cherche les espaces, ce qui crée des brèches au milieu car les défenseurs le suivent. Il aide également beaucoup l’équipe sur le plan défensif. »

Quel match t’a le plus marqué ?
« Le match aller contre Barcelone. L’équipe a été fantastique, proche de la perfection. Battre une équipe comme le Barça, à domicile, 4-0… Cela n’arrive pas tous les jours. On s’est créé beaucoup d’occasions et, en plus, on n’en a concédées très peu à une équipe qui, normalement, marque énormément. Au Parc des Princes, ils n’avaient pratiquement pas tiré au but. »

Le Paris Saint-Germain a terminé sa saison en remportant la Coupe de France…
« C’était important. Après la perte du titre de champion, cette victoire nous a aidé à bien finir la saison. C’était une finale. Chaque joueur qui évolue au Paris Saint-Germain doit comprendre qu’il y a une pression quotidienne, et que gagner est une obligation. Remporter cette finale était une obligation car, sur le papier, nous étions supérieurs. Après, le football se joue sur le terrain, à 11 contre 11. »

Propos de Thiago Motta via PSG
A propos NSOL 436 Articles
"Vous qui aimez dans l'écrivain l'absence des facultés descriptives ou instructives, je vous détache ces quelques hideux feuillets de mon carnet de damné." (Arthur Rimbaud, Prologue d'Une Saison en Enfer, 1873)
Powered by Live Score & Live Score App