B. Antoine : “Je suis très heureux”

FC Metz
FC Metz

B. Antoine est l’entraîneur des U17 du FC Metz. Et il était interviewé par le site officiel de son club sur la saison. Retrouvons ses propos.

Vous avez conclu la saison à la 4ème place en championnat et avec une victoire en Coupe de Lorraine. Quel bilan global tirez-vous de la saison des U17 ?

Bertrand Antoine : « C’est une saison positive par rapport à une réorganisation. Cette saison nous n’avions qu’une équipe en championnat national et l’équipe en Ligue a été supprimée. Dans cette optique nous avions réduit et rajeuni l’effectif. Au final, il y a eu une bonne alchimie entre les premières et les deuxièmes années. Tout au long de l’année, l’ambiance de travail fut sérieuse d’autant plus que cette année le travail athlétique fut plus important. La saison fut aussi positive en terme de résultats même si la priorité reste de faire progresser les joueurs. On a par exemple fait de beaux parcours aux tournois de Quevilly (victoire), de Seraing (victoire) et de Montaigu (3ème place). En championnat, on est peut-être un peu déçus car nous aurions souhaité participer aux phases finales mais on a évolué avec un effectif plutôt jeune composé à 60% de deuxièmes années et à 40% de premières sur le onze de départ. Cela reste relativement intéressant. »

En championnat, vous avez effectué une très bonne première partie de saison avant de subir un coup d’arrêt sur la fin de saison (1 victoire sur les 7 derniers matches). Comment l’expliquez-vous ?

B. Antoine : « Oui, effectivement la deuxième partie de saison a été un peu moins bonne pour plusieurs raisons. Quand tu joues avec un effectif relativement jeune contre des clubs comme Sochaux, Auxerre, Nancy essentiellement composés de deuxièmes années, c’est plus difficile. La deuxième raison est due au gros travail de préparation physique effectué en janvier. Nous sommes là pour tirer le maximum des joueurs et il y a peut-être eu un peu de fatigue. Enfin, il faut aussi souligner la qualité d’effectif des équipes que l’on a affrontées. Tous ces éléments cumulés font que nous avons été un peu moins performants sur la deuxième moitié de l’exercice. Au final, nous ne perdons que quatre fois mais nous avons concédé beaucoup de matches nuls. »

A l’instar des U19, vous terminez avec la meilleure défense de votre poule. Cela traduit-il une volonté commune de la formation d’avoir des équipes solides défensivement ?

B. Antoine : « Je l’explique surtout par le fait que nous sommes tous très rigoureux. On travaille sur des principes défensifs et les joueurs y adhèrent plutôt bien. Maintenant, ce n’est pas non plus une volonté affichée de prioriser l’aspect défensif. Nous essayons de jouer et d’être bons dans la conservation du ballon. Dans le football, c’est peut-être plus difficile de marquer beaucoup de buts que de bien défendre. En tout cas l’esprit insufflé cette saison sous l’impulsion de Sébastien Muet, responsable technique de la formation, était tourné vers le travail, la rigueur et la concentration. Au final, ces éléments moteurs ont forcément rejailli sur nos séances d’entraînement, nos discours, sur nos joueurs. »

Si vous aviez un match à retenir cette saison, lequel serait-il ?

B. Antoine : « J’en ai plusieurs qui me viennent à l’esprit. La victoire au tournoi de Quevilly, même s’il faut la relativiser, a fédéré le groupe et a permis de lancer notre saison. On y a affronté Monaco, Le Havre, le Paris Saint-Germain, des équipes qui ont très bien figuré par la suite dans leur championnat. Après, je retiens aussi cette victoire à Sochaux (1-0). On les a battus alors qu’ils avaient remporté leurs dix premiers matches. Ce jour-là, j’ai vu sur le terrain les valeurs Grenats avec de la solidité, de la concentration et dans le jeu nous avions proposé des choses très intéressantes. »

Au contraire, si vous aviez, un regret sur cette exercice 2016/2017 ?

B. Antoine : « Selon moi, ce serait notre match nul contre Aubervilliers au mois de janvier (2-2). On avait fait une bonne première partie de saison et il s’agissait de notre première rencontre après la trêve. On mène 1-0, ensuite on se fait surprendre sur l’égalisation mais on reprend quand même l’avantage avant qu’Aubervilliers ne revienne encore au score. En menant deux fois, nous aurions du gagner. C’est comme si un petit grain de sable avait enrayé la machine qui tournait bien. Derrière cette rencontre, on enchaîne deux défaites (contre Strasbourg et Reims) et un nul (contre Brétigny). »

Le 4 juin dernier, vous avez remporté la Coupe de Lorraine aux dépens de l’AS Nancy-Lorraine (3-0). Est-ce une satisfaction d’avoir pu terminer l’année sur une note positive ?

B. Antoine : « La Coupe, c’est un état d’esprit. On souhaitait continuer dans la lignée de la génération précédente qui l’avait remportée en 2016. Pour l’anecdote, avant cette finale finale nous et Nancy étions à 11 titres chacun en Coupe, cette victoire nous permet de prendre une longueur d’avance (sourire). Les garçons ont eu une saison éprouvante tant sur le terrain, avec 50 matches joués, qu’en dehors où l’exigence du niveau scolaire est importante. Malgré cela, mes joueurs ont bien répondu face à une équipe nancéienne qui nous avait posé des problèmes en championnat (0-0 et 4-4). Lors des tours précédents, on a su aussi respecter nos adversaires peu importe les divisions d’écart. Cette compétition a aussi permis de pouvoir faire participer tout le groupe et même d’intégrer à certains moments des U15. Ce résultat final est aussi le fruit du travail de la semaine où l’ensemble des joueurs s’est montré performant, ils étaient tous concernés même s’ils savaient que je ferai des choix et que certains ne participeraient pas à cette rencontre. Ce titre est une belle récompense. »

Cette saison, Vincent Collet, Yann Godart ou encore Guillaume Dietsch ont été appelés en Equipe de France U17 et U16. Est-ce toujours rassurant de voir le travail de ses joueurs reconnu au niveau national ? 

B. Antoine : « C’est avant tout valorisant pour les joueurs parce qu’ils engrangent de l’expérience et vivent des moments extraordinaires, ils touchent le très haut-niveau. Ensuite, c’est gratifiant pour le club car cela met en avant le travail de la pré-formation et de la formation du FC Metz. Nous sommes tous contents et fiers d’avoir des garçons en équipe de France même s’il ne s’agit pas d’un aboutissement. »

Personnellement, vous êtes passé de la pré-formation à la formation. Comment avez-vous vécu votre première saison avec les U17 ?

B. Antoine : « Je suis très heureux. J’avais déjà entraîné cette catégorie d’âge lorsque j’étais éducateur à la RS Magny donc je connaissais ce championnat là mais les attentes étaient différentes. J’étais très heureux d’intégrer le groupe de travail de la formation. C’est très enrichissant de pouvoir échanger avec Sébastien Tambouret (entraîneur des U19) qui a une certaine expérience, avec Sylvain Marchal (entraîneur adjoint des U19) qui apporte son regard d’ancien joueur de Ligue 1 et avec José Pinot (entraîneur de l’équipe réserve), le tout piloté par Sébastien Muet et Denis Schaeffer. Nous avons aussi eu la chance d’avoir l’apport de Bertrand Barbier qui a amené une vraie plus-value sur le travail physique, sans oublier Michaël Ménétrier qui a permis aux gardiens d’être performants. Enfin, j’ai parfaitement épaulé dans cette aventure Matthieu Hornet et tout le staff U17. Cette année a été un vrai travail de groupe, de partage et d’échanges. »

Un dernier mot sur la saison des U15, que vous avez quittés cette année, qui fut encore  très productive (doublé championnat et Coupe de Lorraine)…

B. Antoine : « Je félicite Sébastien Allieri car je sais qu’une première année dans un club c’est toujours compliqué mais il s’est parfaitement intégré en amenant sa touche personnelle et en obtenant de bons résultats. Ils ont réussi un très beau doublé et ne sont pas passés loin du triplé en terminant à la 2ème place du championnat de France UNSS. J’ai également pu me rendre compte de la qualité du travail fourni lorsque plusieurs joueurs de cette génération 2002 sont venus avec nous aux tournois de Montaigu et de Seraing. C’est du bon boulot ! »

Propos de B. Antoine via FC Metz
A propos NSOL 433 Articles
“La liberté d'écrire et de parler impunément marque soit l'extrême bonté du prince, soit le profond esclavage du peuple : on ne permet de dire qu'à celui qui ne peut rien.” (Diderot)