Claudio Ranieri : “Il y a de la qualité”

Le FC Nantes
Le FC Nantes

Les supporters nantais peuvent se réjouir de la signature de Claudio Ranieri. Car le technicien italien, ancien de Monaco et champion avec Leicester City, est assurément une bonne pioche pour les canaris. C’est en tout cas une opinion couramment partagée par les suiveurs du football. De plus, Claudio Ranieri est un entraîneur parfaitement francophone, du fait de son passage à la tête de l’AS Monaco, en tant que prédécesseur de Jardim. Et il a donc pu déclarer ses premiers mots aux nantais dans un français parfait. Retrouvons ses premiers mots en tant qu’entraîneur du Football Club de Nantes.

Quel est votre sentiment au moment de rejoindre la Maison Jaune ?
Claudio Ranieri :
Je suis très heureux de devenir l’entraîneur de Nantes. C’est une équipe très connue, dans le monde entier. J’ai rencontré le président Waldemar Kita qui s’est montré très enthousiaste. Il y a beaucoup de bons jeunes joueurs dans le club. Je suis convaincu que nous allons faire un bon championnat.

Comment se sont passées les discussions avec le Président ?
Claudio Ranieri :
Les discussions ont été très bonnes avec le Président Kita. J’ai apprécié son enthousiasme.
Je connais bien l’équipe de Nantes. Le fait que cette équipe passe des dernières places à la 7ème montre bien qu’il y a de la qualité chez les joueurs. J’ai l’habitude de beaucoup travailler pour obtenir des résultats.

Les supporters nantais vous attendent avec impatience. Avez-vous un message à leur faire passer ?
Claudio Ranieri :
Oui. C’est ensemble que nous devons travailler pour faire de bons résultats. Je compte sur les supporters.
J’arrive avec beaucoup d’enthousiasme et je sais que nous aurons besoin de tous les supporters pour faire du bon travail.

Quand arriverez-vous à la Jonelière ?
Claudio Ranieri :
Je dois encore en discuter avec le Président, mais je pense arriver pour la reprise, le 26 juin.

Propos de Claudio Ranieri via FC Nantes
A propos NSOL 433 Articles
“La liberté d'écrire et de parler impunément marque soit l'extrême bonté du prince, soit le profond esclavage du peuple : on ne permet de dire qu'à celui qui ne peut rien.” (Diderot)