Infantino : “Nous observons la situation au Qatar”

Gianni Infantino et son crâne luisant
Gianni Infantino et son crâne luisant

Le président de la FIFA, Gianni Infantino, était interviewé par le quotidien suisse “Matin-Dimanche”. Il s’est notamment exprimé sur le mondial qatari et la situation perturbée du pays. Il reste confiant concernant l’évolution de la situation, perturbée depuis la rupture de relations diplomatiques avec des pays de la région. En effet, l’Arabie Saoudite en tête, nombre de pays ont condamné le Qatar la semaine passée. Retrouvons les propos de Infantino, l’ancien chauve de l’UEFA.

Avec toute l’actualité entourant le football, êtes-vous un président heureux?

Oui, bien sûr. Mais je suis aussi un président concentré sur son travail, dont l’objectif est toujours d’œuvrer pour l’intérêt supérieur du football, avec sérénité et sang-froid.

Les soucis ne vous perturbent donc pas trop?

Vous me parlez de soucis, moi je vous réponds défi.

Quels sont ces défis ?

Il y en a de nombreux, comme la Coupe des Confédérations qui débute la semaine prochaine, la réalisation des réformes de la FIFA ou la Coupe du monde 2018. Cela fait partie de mes tâches et de mes responsabilités à la tête de l’organisation mondiale du football. Je savais qu’en devenant président de la FIFA, ma vie ne serait pas un long fleuve tranquille.

Comme cette semaine avec la crise du Qatar ? Êtes-vous inquiet ?

Le rôle essentiel de la FIFA, comme je le conçois, est de s’occuper du football et non pas de s’immiscer dans la géopolitique. Néanmoins, il est vrai que la FIFA doit rester attentive à ce qu’il se passe. Nous observons donc avec attention l’évolution de la situation. Nous sommes aussi en contact régulier avec les plus hautes autorités du Qatar et le comité d’organisation.

Est-ce que la Coupe du monde 2022 dans l’émirat est en danger?

Non. De toute façon, je n’ai pas l’habitude d’entrer dans les spéculations et je ne le ferai pas cette fois non plus.

Retrouvez l’intégralité des propos d’Infantino sur Matin-Dimanche
A propos NSOL 433 Articles
“La liberté d'écrire et de parler impunément marque soit l'extrême bonté du prince, soit le profond esclavage du peuple : on ne permet de dire qu'à celui qui ne peut rien.” (Diderot)