Garande : “On a eu des ressources”

Stade Malherbe de Caen
Stade Malherbe de Caen

Le Stade Malherbe Caen Calvados Basse Normandie s’est sauvé des barrages lors de la toute dernière journée de Ligue 1. Et quelques jours après la fin de la saison, sur le site du Stade Malherbe, Patrice Garande s’est exprimé. Il dresse le bilan de la saison et le travail à venir.

Quel bilan effectuez-vous de cette saison qui a vu le Stade Malherbe se sauver lors de la 38e et dernière journée ?

“Pour la quatrième saison consécutive, le Stade Malherbe évoluera en Ligue 1 ; ce qui n’a jamais été fait auparavant (à d’Ornano). Ce n’est pas anodin. J’ai l’impression que tout le monde est un peu amnésique. Les gens n’apprécient pas cette performance à sa juste valeur. Le premier objectif, pour un club comme Malherbe, c’est d’être chaque année en Ligue 1. C’

Avec le recul, votre victoire 3-2 lors de la première journée aux dépens de Lorient alors que vous étiez menés 2-0 au bout de 20′ a pesé lourd dans la balance…

“Lorient n’aurait pris ne serait-ce qu’un point ce soir-là… Pour un club comme le nôtre, le début de saison est très important. On est pratiquement dans l’obligation de réussir notre départ. D’ailleurs, depuis qu’on est remonté en Ligue 1, on a toujours remporté notre premier match (3-0 contre Evian en 2014 et 1-0 face à Marseille il y a deux ans). Les points pris dans les premières journées, c’est ce qui fait la différence à la fin. Après, ça dépend aussi du calendrier”.

Malgré ce maintien acquis, votre équipe a essuyé beaucoup de critiques…

“Je suis conscient des difficultés qu’on a eues cette année. Les critiques sur notre jeu, elles sont normales. J’en assume toute la responsabilité. On n’a pas fait une grande saison, certes. Mais de là à dire qu’elle est bidon… Si ça avait été le cas, on serait dans la même situation que Lorient, Bastia et toutes les équipes qui sont descendues. Je trouve un peu démesuré ces réactions, ce pessimisme, ce scepticisme. Au Stade Malherbe, sur 38 journées, on sait qu’on ne va pas en gagner 30. Au niveau national, les gens du foot ont bien conscience de la qualité de notre travail compte tenu de nos moyens. Dans le milieu du foot, tout le monde est très content que Malherbe se soit maintenu. On jouit d’une bonne image”.

Avec le 16e budget sur la ligne de départ (environ 30 M€), le Stade Malherbe n’est-il pas plus à sa place cette saison que la précédente où il avait fini septième ?

“L’équilibre se trouve entre les deux. Je reste persuadé que le potentiel de cette équipe ne correspond pas à cette 17e place. On devrait être deux-trois rangs plus haut. Après, ce sont les aléas d’une saison. Je l’ai souvent répété, mais le potentiel de Malherbe se situe entre la 8e et la 12e place. Je parle bien de potentiel. Personne ne veut le lire ce mot. C’est là-dessus qu’il faut travailler. Maintenant, si on finit 13e ou 14e, par rapport à notre budget, c’est très bien aussi”.

Une saison qui a été également très éprouvante à titre personnel…

“Ça fait partie de la vie d’un entraîneur. C’est vrai qu’elle a été compliquée pour moi, mais elle a été compliquée pour tout le monde : les joueurs, le staff, le président… Maintenant, une saison comme celle-ci, c’est très formateur. Ça nous a permis de montrer qu’on avait des ressources que certains ne soupçonnaient, peut-être, même pas”.

Après ce troisième maintien consécutif, c’est le moment selon vous d’amorcer un nouveau cycle ?

“Le président (Jean-François Fortin) l’a dit. Ça se produit dans toutes les équipes. Il faut repartir sur un nouveau cycle pour que dans deux-trois ans le Stade Malherbe soit toujours en Ligue 1. Ça concerne l’équipe, mais aussi l’ensemble du club. Il y a eu déjà beaucoup d’améliorations sur nos conditions de travail, sur la qualité des terrains. Le fait de rester en Ligue 1, ça va nous permettre de continuer avec, notamment, la construction d’un centre d’entraînement. Une descente aurait pu freiner ce projet, car ce sont des investissements lourds”.

Après avoir utilisé lors des dix premières journées un schéma en 4-3-3 (en 4-1-4-1), vous avez adopté un système en 3-4-3 ou 3-5-2 que vous avez conservé quasiment sans interruption jusqu’à la fin de la saison (à l’exception des 32e, 33e et 34e journées)…

“Quand on est entraîneur, il faut s’adapter à l’effectif dont on dispose. C’est pourquoi cette saison, on est passé avec une défense à trois ou à cinq, car ce système convenait mieux à nos joueurs, que ce soit nos arrières centraux ou nos deux pistons sur les côtes. Dans ce schéma, Fred (Guilbert) et Vincent (Bessat) nous apportaient beaucoup plus de centres. Entre le 4-3-3 et le 3-5-2 ou le 3-4-3, on doit être capable de basculer d’un match à l’autre voire même à l’intérieur même d’un match. Pour la saison prochaine, quand l’effectif sera constitué, on verra quel est le meilleur système possible”.

“Certains joueurs qu’on souhaite sont, pour le moment, inaccessibles”

Durant le prochain mercato qui débutera officiellement le 9 juin, quels profils de joueurs recherchez-vous pour renforcer l’équipe ?

“Avec le staff, on a fait le constat qu’on a manqué de vitesse et de puissance. Sur notre style de jeu, il faut qu’il soit adapté à Ivan (Santini). On sait qu’Ivan avec son profil ne va pas prendre l’espace et la profondeur. Ce sont aux joueurs autour de lui de le faire. Maintenant, j’ai toujours la même vision du foot. Je veux qu’on joue vers l’avant, qu’on soit l’équipe qui centre le plus, qui frappe le plus…”.

Est-ce que pour vivre une saison moins stressante, l’une des clés réside dans votre capacité à boucler votre recrutement le plus rapidement possible ?

“Plus le groupe est constitué tôt, mieux c’est. Maintenant, il y a le marché. Chaque année qui passe est plus difficile, car on dispose des mêmes moyens avec un budget de 30 M€. On essaye d’avoir une logique sur le plan financier. Il y a des choses qu’on peut faire et d’autres non. Il y a des choses indépendantes de notre volonté. Quand on va partir en stage cet été, nous n’aurons certainement pas tout le monde non plus. Les joueurs que l’on souhaite, ils sont aussi contactés par d’autres clubs. Du coup, ils prennent leur temps, ils réfléchissent. Il y a d’autres joueurs qu’on voudrait aussi faire venir tout de suite, mais pour le moment, ils sont inaccessibles. Peut-être qu’on pourra les faire plus tard”.

Propos de Patrice Garande via Stade Malherbe de Caen
A propos NSOL 456 Articles

“Vous qui aimez dans l’écrivain l’absence des facultés descriptives ou instructives, je vous détache ces quelques hideux feuillets de mon carnet de damné.” (Arthur Rimbaud, Prologue d’Une Saison en Enfer, 1873)