Sergio Ramos : « Nous serons surmotivés »

Fernando Torres au duel avec Dani Carvajal et Sergio Ramos
Fernando Torres au duel avec Dani Carvajal et Sergio Ramos

Après son entraîneur, Sergio Ramos était en conférence de presse. Il s’est exprimé sur cette finale que son équipe va disputer ce soir. C’est quelque chose de très important pour le défenseur central international espagnol. En effet, il avait déjà performé en finale de Ligue des Champions, en marquant dans les arrêts de jeu face au rival de l’Atletico.

Vous avez déjà remporté 14 titres avec le Real. Que représente cette Ligue des champions ?
Demain (samedi), on a rendez-vous avec l’histoire et avec nous-mêmes. On essaie d’oublier les trophées qu’on a gagnés dans le passé, et on jouera comme si cette Ligue des champions était la première ligne à inscrire à notre palmarès.

Vous venez de remporter la Liga. Est-ce une source de motivation supplémentaire ?
Dans chaque finale, les deux équipes partent de zéro. Je ne crois pas que le fait d’avoir gagné la Liga nous donne un avantage samedi, au contraire. C’est un match très, très important. Nous ferons face à une grande équipe, et ce sera une occasion de plus de montrer ce que nous valons. Nous sommes très solides, et à chaque fois que nous avons la chance de nous battre pour un trophée, nous le faisons. Nous serons extrêmement concentrés pour faire le moins d’erreurs possibles.

Il y a trois ans, face à l’Atlético, vous aviez égalisé au bout du temps additionnel avant que le Real ne remporte la finale en prolongation (4-1). Vous y avez repensé, à cette tête victorieuse ?
Nous ne vivons pas dans le passé, mais il est vrai que le fait que ce soit Madrid, notre mentalité, nous poussent à nous battre jusqu’au’à la dernière minute, jusqu’à ce que l’arbitre siffle le coup de sifflet final. Nous espérons quand même que demain (samedi), nous ne souffrirons pas autant qu’à Lisbonne (en 2014). Nous serons surmotivés.

Propos de Sergio Ramos via L’Equipe

 

A propos NSOL 408 Articles
“La liberté d'écrire et de parler impunément marque soit l'extrême bonté du prince, soit le profond esclavage du peuple : on ne permet de dire qu'à celui qui ne peut rien.” (Diderot)