Tous les clubs de Ligue 1 possèdent dans leur effectif un joueur technique, pas très bon, en général, et assez personnel. Ce joueur, souvent énervant, je vais partir à sa rencontre. Pour cela, je vais déterminer le “freestyleur” de chaque club de Ligue 1. Pour cette première partie, je m’occuperais du Top10 de Ligue 1.

AS Monaco

Nabil Dirar : Nabil Dirar a une carrière atypique. Car le milieu latéral, voire défenseur ou ailier, ne s’est pas tout de suite imposé. En 2013-2014, il n’avait joué que 11 matchs de Ligue 1. Et comme preuve qu’il a manqué une carrière de freestyleur, son carton rouge contre Nice. L’an passé, il avait ainsi fait un “tête-tête” avec l’arbitre. Et un joueur qui ne sait pas garder ses nerfs sur le terrain aurait mieux fait de faire du freestyle.

Paris SG

Lucas Moura : Lucas, c’est le joueur capable de dribbler sur 50 mètres, voire 80, et d’échouer dans son duel face au gardien. Lâcher son ballon est quelque chose qu’il a du mal à faire. C’est un jeu dou Brazzzil qui peut énerver. En fait, c’est le jeu d’un freestyleur que de s’amuser avec son ballon sans penser à l’importance de celui-ci pour l’équipe.

OGC Nice

Mario Balotelli : Perso, ça, Mario l’est. Issu d’une enfance difficile, Balotelli a appris à jouer sur le bord de la route.  L’attaquant italien a toujours préféré une bonne coupe de cheveux à un bon match. Car c’est aussi le propre d’un freestyleur que de choisir ses matchs et d’être capable de passer complétement à côté de la moitié d’entre eux. Cependant, Mario réussit à marquer, mais vendange aussi pas mal.

Olympique Lyonnais

Rachid Ghezzal : Le François Fillon de l’Olympique Lyonnais est, comme tout bon freestyleur, horripilant. Incapable de voir le jeu, mauvais dans ses dribbles, perso au possible, incompatible avec le style de jeu, il aime ralentir le jeu pour le prendre à son compte. Car comme tous ses camarades, le nombre de ballons perdus par l’international algérien le rend très bon comme freestyleur. Mais ignoble comme joueur.

Girondins de Bordeaux

Adam Ounas : C’est aussi le propre de ce type de joueur. Ils sont capable d’exploser très vite au haut niveau pour exploser en vol. Souvenez-vous des premiers matchs en Europa League d’Ounas. On lui prédisait l’Equipe de France. Cette saison, il n’a pas joué 15 matchs de Ligue 1 et n’a marqué qu’en Coupe de la Ligue. Un bon petit freestyleur, étoile filante comme il se doit !

Olympique de Marseille

Zinédine Machach : Avec Marseille, l’avantage, c’est qu’on peut prendre n’importe quel joueur de l’effectif. En effet, ce sont tous des freestyleurs, grossièrement. Sauf Yohann Pelé. Machach, je l’ai choisi avant tout pour ses choix de carrière de mauvaise facture, dignes d’un freestyleur du dimanche. Et puis aussi parce qu’il est insupportable à voir jouer.

AS Saint-Etienne

Oussama Tannane : Oussama Tannane a fait du crochet-simulation sa spécialité. A tel point que les fans stéphanois se sont mis à considérer qu’il n’y avait jamais faute quand il tombait par terre. Cela a tellement énervé l’ancien adjoint de l’Olympique Lyonnais C. Galtier qu’il a décidé d’envoyer le dribbleur marocain venu des Pays-Bas en CFA2.

En Avant Guingamp

Nicolas Benezet : Je vous avoue ne pas avoir regardé beaucoup de matchs de l’EAG cette saison. Mais bon, j’ai bien aimé le fait que quelques jours après avoir déclaré que la saison 2014-2015 serait celle de son explosion en Ligue 1, il se luxe le coude, et ne puisse plus jouer de l’année civile, et soit prêté au Stade Malherbe de Caen, où il connaîtra quelques difficultés à s’imposer.

Stade Rennais

Adama Diakhaby : On a eu des nouveaux Zidane, des nouveaux Platini. Voici donc le nouveau Dembélé. Suffisant pour dire que c’est un joueur freestyle, car c’est leur propre d’être rapide mais de manquer de lucidité, mais aussi d’être “le nouveau xxx”. Je lui souhaite cependant de s’extirper au plus vite de cette catégorie, mais épurer son jeu sera nécessaire.

FC Nantes

Yacine Bammou : Des débuts fracassants, et puis plus rien. Et en plus, il est assez mauvais cette saison. Comme si cela ne suffisait pas, cette anecdote ci-dessous permet aussi de le classer dans la catégorie. Oui, celle de la boutique du PSG.

« – Bonjour Leonardo j’ai une petite question. Voilà je suis footballeur, à côté je travaille, mais est ce-que je pourrais m’entraîner avec vous ? Il a rigolé et m’a dit :

– Non, toi t’es footballeur ? Non, mon petit… »

 

A propos NSOL 762 Articles
« Quand un vrai génie apparaît en ce bas monde, on le peut reconnaître à ce signe que les imbéciles sont tous ligués contre lui ». (Jonathan Swift, 1667-1745)