Si Memphis Depay s’est imposé sur le couloir gauche de l’attaque, le flanc droit des Gones reste en souffrance. Alors, qui à ce poste ? Car aucun candidat n’est en avance pour le moment. C’est donc la question que nous allons traiter dès a présent. Nous allons donc traiter, une par une, les différentes options qui s’offrent à ce poste. En comparant avec les hommes politiques de droite.

Fékir, en mode Macron

Nabil Fékir est un peu l’Emmanuel Macron des Gones. Car ce dernier est avant tout un joueur d’axe, qui ne privilégie

Fékir, la droite MacronFékir, la droite Macron
Fékir, la droite Macron

pas plus sa droite que sa gauche. En effet, il préfère évoluer au centre, grappillant des ballons comme d’autres grappillent des voix. Son positionnement détonne, à la manière d’un candidat au poste qui ne sait pas vraiment quel est le sien. Cependant, il montre des qualités certaines, et de certaines qualités. C’est en effet par un talent hors norme que ce garçon qui n’est pas dans les chemins actuels fait son trou sur le terrain. Parfois annoncé terrassé par son allégeance passée à Hollande, Macron est revenu. Il oscille entre la gauche et la droite. Et Nabil Fékir, parfois annoncé terrassé par le 4-3-3, s’est adapté. Alors que faire ?

Car il est vrai que Fékir n’est pas membre d’une droite dure. Il n’est pas là à son poste réel. Comme d’autres leurs capacités à être dans l’ultralibéralisme – presque libertaire -, pour lui, c’est son apport défensif qui est mis en doute. Ses lacunes dans ce domaine laissent songeuses. Mais cependant, il dénote des qualités hors norme, et ce dès sa manière de se jouer des carcans habituels. Car Nabil Fékir n’est peut-être jamais aussi à gauche que quand il joue à droite. Et la politique comme le football sont de toutes manières questions de réalisme. Et Nabil n’est pas mal dans ce domaine… de quoi donner un signal à Macron ?

Ghezzal, le Fillon lyonnais

Rachid Ghezzal est une forme de François Fillon. Car ce dernier est critiqué. Mais si il l’est, c’est aussi parce qu’il est

Ghezzal, la droite Fillon
Ghezzal, la droite Fillon

critiquable. En effet, comme l’un donne  à sa femme et ses enfants des emplois fictifs, l’autre n’en est pas loin. En fait, ce ne sont même plus les emplois de sa femme qui sont fictif, mais le sien. Car l’Algérien représente une droite vide, ramollie, sans qualités extravagantes. Ses nombreux écarts de comportements sont comme une mise en examen par le public. Et malgré le “verdict populaire”, ni l’un ni l’autre n’ont cependant déclaré défaite.

De plus, comme François Fillon, Ghezzal représente une droite au passif lourd. En effet, qui n’a pas oublié les passages catastrophiques de Ghezzal sous Garde puis Fournier ? Et cela sonne comme un rappel des échecs de Fillon. En effet, ce dernier a été premier ministre durant les cinq années de l’échec Sarkozy. Alors se prétendre compétent lorsque l’on a un passif long comme le casier d’un député semble bizarre. De plus , si le départ de Rachid Ghezzal semble certain, il ne laissera pas une droite dépeuplée. De quoi enfin donner des idées de retrait à François Fillon ?

Valbuena, le vieux Juppé

Mathieu Valbuena partage beaucoup de points communs avec Alain Juppé. En effet, les deux représentent la partie

Valbuena, la droite Juppé
Valbuena, la droite Juppé

la plus âgée des options proposées. D’ailleurs, ce n’est pas un hasard si les deux sont très attachés à la région bordelaise. En fait, on peut même les associer dans une troisième dimension. Car si Mathieu Valbuena n’est jamais si à l’aise que lorsqu’il joue à gauche, cela va de même pour Alain Juppé. En effet, ce dernier représente une aile très à gauche du parti de Les Républicains. Et la comparaison va même encore plus lojn.

Car Mathieu Valbuena est aussi en pleine forme actuellement. Ce de la même manière qu’Alain Juppé. Car si ce dernier a connu une cuisante défaite, Mathieu Valbuena ne l’a t-il pas connue la saison passée ? De plus, Alain Juppé n’a beau pas se présenter, plus de 200 parrainages lui ont été confiés. En fait, Mathieu Valbuena, en ne se présentant plus comme un candidat pour l’aile droite de l’OL en devient le plus sérieux candidat.

Cornet, la droite du Général de Goal ?

Le Général de Gaulle fut un héros pour la France. Et Maxwel Cornet pourra faire de même pour l’OL. Car si la fin de

Cornet, la droite De Gaulle
Cornet, la droite De Gaulle

mandat de De Gaulle a été houleuse, il est revenu triomphalement en mai 58. Cela signifie donc que l’expérience parle. Car Maxwel Cornet a connu une fin de saison 2015-2016 fulgurante, suivie de buts triomphaux. Mais cela s’est un peu terminée dans un cul de sac en début de saison 2016-2017. Un peu comme le mandat de De Gaulle sous la IVème République. Car la constitution ne lui plaisait pas.

Mais Maxwel Cornet reviendra triomphalement. Lancé par son but à Metz, quelques semaines à peine après son but à Alkmaar, ce dernier sera plébiscité. Au point de devenir un joueur incontournable de l’OL. Et dans une jeunesse qui détonne avec l’âge de De Gaulle, l’on peut quand même rappeler que d’aucuns croient que Maxwel Cornet est un présus. Alors, il faut espérer pour Maxwel Cornet qu’il n’aie pas à être mis en examen. Car qui verrait le Général de Gaulle mis en examen ?

Cet article ne reflète que les opinions de son auteur, et ne sont pas signes d’une quelconque prise de parti du site.

Et vous, quel est votre avis pour la droite de l’OL ?

 

[yop_poll id=”19″]

A propos NSOL 764 Articles
« Quand un vrai génie apparaît en ce bas monde, on le peut reconnaître à ce signe que les imbéciles sont tous ligués contre lui ». (Jonathan Swift, 1667-1745)