Brommapojkarna : ce nom sonne comme un aisé moyen mnémotechnique pour mémoriser la carte de la République Populaire de Chine. Mais bien au-delà de cette simple utilité, c’est aussi le nom d’un quartier de la banlieue de Stockholm. C’est tout de suite moins sexy vu comme cela. Mais qu’à cela ne tienne, nous allons dans ce nouvel épisode de Tour du Monde partir à la découverte de ce club – car c’en est un – suédois.

C’est la guerre

1942 est une année noire pour beaucoup. D’une part pour tous les supporters lyonnais, à cause du chiffre qui compose cette année. Et d’autre part à cause des conséquences que cette année a eu sur le monde. Outre le fait que cette année commence un jeudi, le 21 janvier, Rommel réussit une contre-offensive en Cyrénaïque. La dictature nazie, aidée par ses alliés fidèles français, italiens et japonais, est sans doute dans une des meilleures phases de la guerre. Et le 13 janvier, l’emblématique André-Grenrard Matousa (fondateur de l’association amicale des originaires de l’AEF) décède dans les geôles vichystes. Cependant, cette même année voit l’emblématique bataille de Bir Hakeim avoir lieu. Mais la contre-offensive de Tobrouk fera mal. Cependant, à l’hiver, la contre-offensive Torch prend place. Bon, en fait, c’est une année charnière de la guerre. Mais en quoi cette année nous intéresse-t-elle ?

1942 est en fait l’année de fondation de l’IF Brommapojkarna. Le club est fondé d’abord comme club omnisport, en fait. L’athlétisme ; le bandy – une espèce de hockey sur glace – et le hockey sur glace sont au programme. Le club entreprend au fur et à mesure la construction de nombreux terrains, d’infrastructures d’entrainement. Et les footballeurs affluent peu à peu. L’académie se fait connaître, au point de devenir très performante. Le club forme ainsi le très grand Ibrahim Kargbo, dont nous dressions un Tour du Monde il y a quelques semaines. Impressionnant hein ? De plus, comme Idrottsföreningen Brommapojkarna est un peu long comme nom de club, ce dernier obtient le surnom de BP. Oui, exactement comme les stations-services. Sinon, le club évolue en rouge et noir. Et il prône l’amitié ; comme le témoigne son logo (une poignée de main).

Coups d’éclat

Le club grandit petit à petit. Et en 1999, Bojan Djordjic est transféré à Manchester United. Et le club s’affilie donc au Red Devils d’Alex Ferguson – à l’époque. Cependant, ce deal n’est pas très durable, puisque Idrottsföreningen n’a pas apprécié que United entame des négociations avec d’autres clubs de première division. Et donc… et donc la vengeance peut aussi exister. Le club s’affilie ainsi à Manchester City – comme le montre le passage de Guidetti.

Toutes ces billevesées n’entament pas la détermination du club de Brommapojkarna, qui monte petit à petit les échelons. Et ceux-ci sont de moins en moins grand. Car le club obtient le 12 novembre 2006 sa promotion en Allsvenskan (D1 suédoise). En effet, grâce à une victoire contre BK Häcken, le billet est validé. Le maintien n’étant pas acquis, l’IF est obligé de recomposter son billet le 16 novembre 2008 (1-1 contre Ljungskile SK). Et le club se maintient cette fois-ci encore quelques temps. Ainsi, bien qu’ils se prennent un 3-0 à domicile contre Göteborg, ils assurent en 2009 leur maintien.

Cependant, en 2010, la dernière place leur est dévolue. Après deux saisons en Superettan, le club est à nouveau promu en 2012. Et après deux saisons en Allsvenskan, ce championnat leur est trop étroit. Car la Ligue Europa est leur voie. En 2014-2015, ils disputent deux tours préliminaires. Ils disposent des finlandais de VPS (3-2 en aller-retour) et des nord-irlandais de Crusaders (5-1 en cumulé). Le tour suivant, ils doivent jouer le Torino. Et ils ne passent pas loin du tout de l’exploit. Car tout se joue dans deux matchs accrochés. Le Torino passe dans la douleur (7-0 en cumulé).  Bon, par contre le club est relégué la saison d’après en D2. Et la saison encore suivante en D3, où Brommapojkarna évolue encore.

Tragique Brommapojkarna

Le club est aujourd’hui coaché par le fameux Olof Mellberg. En Division 1. Norra ; le club évolue dans un beau stade : 5 500 place selon Wikipédia en Anglais, 8 000 selon son homologue français. Malgré son âge (74 ans), le club possède un président encore en vie. Sans doute parce qu’il a dû changer. Ah ouais, en fait, c’est sans doute ça. Patrik Emanuelsson est à la tête du club fondé le 13 avril 1942. Depuis 2003, l’affluence moyenne évolue entre 532 (en 2016) et 4571 personnes par match (en 2007).

Non, la tragédie n’est sans doute pas là. Elle est dans le décès de Pontus Segerström. En effet, ce défenseur central suédois fut un joueur emblématique de Brommapojkarna. Il dispute 126 matchs pour le club de 1998 à 2004 et 131 de 2010 à 2014. Et si sa carrière est stoppée le 13 octobre 2014, dans son club de cœur, la raison est bien tragique. Car il décède d’une tumeur au cerveau, trois mois après son dernier match avec Brommapojkarna. Et celui qui porta pour son dernier match le brassard de capitaine en Ligue Europa mérite le respect. En hommage, le numéro deux a été retiré du club.

Veuillez m’excuser de finir sur cette note tragique, mais il est indispensable de n’occulter aucune chose de la vie, même les plus tragiques.

A propos NSOL 756 Articles
« Quand un vrai génie apparaît en ce bas monde, on le peut reconnaître à ce signe que les imbéciles sont tous ligués contre lui ». (Jonathan Swift, 1667-1745)